dimanche 10 octobre 2010

Ode à la Joie de Schiller, extrait, Dimanche poétique



Joie! Belle étincelle des dieux,
Fille de l'Élysée,
Nous entrons l'âme enivrée
Dans ton temple glorieux.
Tes charmes relient
Ce que la mode en vain détruit;
Tous les hommes deviennent frères
Là où tes douces ailes reposent.

Extrait du livre de Éric-Emmanuel Schmitt : «Quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent » p.43


Les apprécierais-je ces vers de Friedrich von Schiller, sans les ailes puissantes que Beethoven leur ajoute afin qu’ils volent haut ? Je juge pertinent qu’on distingue leurs travaux par deux mots différents : on appelle Ode à la joie les strophes de Schiller et Hymne à la joie la déferlante  sonore de Beethoven. La musique en effet transcende le poème, dessine des volutes exaltées, organise des échanges entre les quatre solistes et le chœur en écho. Puis soudain, jaillie d’un silence assourdissant, c’est une marche, une marche à la rutilance militaire, inexorable, héroïque : la joie conquiert le monde.


Beethoven, Neuvième Symphonie, quatrième mouvement et final : »Hymne à la joie »
http://www.youtube.com/watch?v=U8lpPZdBYL0
Participation au x dimanches poétiques de Bookworm

12 commentaires:

  1. Schiller et Beethoven qui ne voterait pas pour, vous reprendrez bien un peu de 9ème non ?

    RépondreSupprimer
  2. Mais hum j'ignorais l'existence de ce poème ^^ mais ai toujours mélangé ode et hymen à la joie car en anglais c'est "Ode to Joy" la composition de Beethoven!
    Merci pour ce dimanche poétique :)

    RépondreSupprimer
  3. L'analyse entre l'ode du poète et l'hymne du musicien est très juste. Beaucoup plus de simplicité dans l'ode surtout dans la traduction.

    RépondreSupprimer
  4. C'est toujours aussi beau!
    je m'en souviens encore
    en allemand
    Freude schöner götter funken tochter aus Elysium
    Wir betreten feuer trunken himmlische dein Heiligtum
    Deine Zauber binden wieder was die Mode streng geteilt
    Alle Menschen werden Brüder wo dein Flügel weilt…

    RépondreSupprimer
  5. La fille de l'Elysée, elle a mauvaise mine en ce moment ! bon je sors, j'ai l'esprit mal tourné ce matin. Les vers sont magnifiques.

    RépondreSupprimer
  6. Sabbio, ce livre est très agréable à lire et à entendre, c'est une bonne idée de lier les deux!

    RépondreSupprimer
  7. claudialucia, j'ai trouvé cette analyse très pertinente, c'est un livre vraiment intéressant!

    RépondreSupprimer
  8. dominique, dommage que je ne connaisse pas l'allemand!

    RépondreSupprimer
  9. Aifelle, très drôle! Je n'y aurais pas pensé!

    RépondreSupprimer
  10. Ötli, difficile même de l'en faire sortir tant on la connaît!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.