dimanche 8 novembre 2009

Qu'il vive de René Char, dimanche poétique,

Qu'il vive !


Dans mon pays, les tendres preuves du printemps et les oiseaux mal habillés sont préférés aux buts lointains.

La vérité attend l'aurore à côté d'une bougie. Le verre de fenêtre est négligé. Qu'importe à l'attentif.


 Dans mon pays, on ne questionne pas un homme ému.


 Il n'y a pas d'ombres malignes sur les barques chavirées.


 Bonjour à peine est inconnu dans mon pays.


On n'emprunte que ce qui peut se rendre augmenté

.
 Il y a des feuilles, beaucoup de feuilles sur les arbres de mon pays. Les branches sont libres de ne pas avoir de fruits.

On ne croit pas à la bonne foi du vainqueur.


Dans mon pays, on remercie.



René Char Qu'il vive (1968) (Extrait des Matinaux)

37 commentaires:

  1. Merci pour cette belle découverte ;-)

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup René Char .... et beaucoup moins Naulleau. Qui est-il pour juger de manière aussi lapidaire ?

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup ! (Petit tag chez mo i!)

    RépondreSupprimer
  4. je sens toujours une immense tristesse et un pincement au coeur à la lecture de René Char

    RépondreSupprimer
  5. Moi non plus, je ne m'en lasse pas de René Char !
    Quant à la réflexion de Naulleau : combien les gens qui n'ont jamais écrit une ligne sont méchants !

    RépondreSupprimer
  6. Pleinement

    Quand nos os eurent touché terre,
    Croulant à travers nos visages,
    Mon amour, rien ne fut fini.
    Un amour frais vint dans un cri
    Nous ranimer et nous reprendre.
    Et si la chaleur s'était tue,
    La chose qui continuait,
    Opposée à la vie mourante,
    A l'infini s'élaborait.
    Ce que nous avions vu flotter
    Bord à bord avec la douleur
    Etait là comme dans un nid,
    Et ses deux yeux nous unissaient
    Dans un naissant consentement.
    La mort n'avait pas grandi
    Malgré des laines ruisselantes,
    Et le bonheur pas commencé
    A l'écoute de nos présence;
    L'herbe était nue et piétinée.

    René Char

    RépondreSupprimer
  7. Je ne connaissais pas ce poème. Il fait souffler un grand vent de liberté autour de lui...

    RépondreSupprimer
  8. Lunima, Tant mieux si tu aimes! :)

    RépondreSupprimer
  9. Aifelle, A-t-il seulement lu le livre en question?

    RépondreSupprimer
  10. Hathaway, Je suis passée chez toi et j'ai vu ton tag (pas si petit que ça quand même!) :)

    RépondreSupprimer
  11. E.Caminade, Merci pour cet autre beau poème de René Char!

    RépondreSupprimer
  12. bookworm, très juste! moi, il me bouleverse toujours!

    RépondreSupprimer
  13. J'aime beaucoup René Char! Je mettrai un des ces poèmes un jour. Celui là est bien choisi.

    J'aime Atiq Rahimi aussi; souvent on obtient de meilleurs résultats avec une certaine économie de moyens, et si l'on charge trop son propos, on alourdit et l'effet se perd.
    Naulleau n'est pas toujours amusant.

    RépondreSupprimer
  14. Je n'avais pas particulièrement aimé ce livre-là mais Naulleau exagère tellement qu'il n'est plus crédible!

    RépondreSupprimer
  15. Très joli choix ! Chaque vers éveille un écho, une image...

    RépondreSupprimer
  16. Oui, du moins, je ne m'en souvenais pas...

    et chaque fois que j'entends René Char, je pense à cette période de l'histoire

    RépondreSupprimer
  17. Il est vrai que l'on ne dit pas assez souvent "merci", tout simplement....

    RépondreSupprimer
  18. Armande, Char est un peu difficile au début, mais on finit par l'aimer!

    RépondreSupprimer
  19. Lystig, pays réel ou pays imaginaire, pays rêvé en tout cas!

    RépondreSupprimer
  20. Alex-Mot-a-Mots,des choses toutes simples finalement!

    RépondreSupprimer
  21. Décidemment, j'adore tes choix de poèmes ! ;-)
    Par contre, je ne comprends rien à certains commentaires : qu'est-ce que Naulleau (Eric ? Le critique littéraire ?)vient faire ici ??? J'ai loupé un épisode, on dirait !

    RépondreSupprimer
  22. Turquoise, :) Rassure-toi, les allusions à Eric Naulleau viennent de la remarque que j'ai mise dans mon blog-it du jour, comme quoi il vient de déclarer sur Europe 1 que le Goncourt de l'an dernier "Syngué Sabour" ne valait pas mieux qu'une rédaction de 4e! D'où l'indignation générale!

    RépondreSupprimer
  23. Toujours très poétique les dimanches :) J'aime beaucoup!

    RépondreSupprimer
  24. Zik, nous sommes au moins deux! Je l'adore aussi! :)

    RépondreSupprimer
  25. herisson08, c'est très varié, j'aime bien!

    RépondreSupprimer
  26. Je suis de retour yeah !!!
    Ton poème est superbe comme l'est l'oeuvre de Char qui n'est pas si facile que cela. Il faut accepter d'aller à sa rencontre, de laisser ses idées à la porte et de se laisser porter quelque part dans son pays du sud, quelque part comme cet endroit magique qu'on appelle "le partage des eaux".
    Merci Mangobella, merci pour tout, pour ta présence et ton réconfort et merci pour le cadeau.
    Ami(es) blogeurs, Mango est grande !

    RépondreSupprimer
  27. Laurence, je suis très contente que tu sois de retour! J'espère te lire plus souvent peut-être!:)

    RépondreSupprimer
  28. celsmoon, pas toujours facile cependant! :)

    RépondreSupprimer
  29. C'est génial ! Ces poèmes du dimanche me font découvrir plein d'auteurs !

    RépondreSupprimer
  30. Marie, oui, plein d'auteurs et de poèmes nouveaux et même quelquefois des blogs! J'aime bien ces dimanches!

    RépondreSupprimer
  31. Heureuse initiative ce dimanche poétique qui est l'occasion de bien belles découvertes.

    RépondreSupprimer
  32. Soie, c'est en effet un rendez-vous que j'aime bien!

    RépondreSupprimer
  33. Je n'arrive pas à "transpercer" ce poème, et cela m'intrigue beaucoup. Pourriez vous éclaircir mon esprit ?

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.