jeudi 10 juin 2010

Maurice de e.m.Forster

«Une fois par trimestre, toute l’école, sous la conduite des trois maîtres, partait en promenade ».  L’un des adultes eut une conversation sérieuse avec  Maurice Hall, un grand qui les quittait pour entrer au  collège. C’est là,  en dessinant sur le sable,  qu’ il lui fit un cours d’éducation sexuelle mais le jeune garçon déclara qu’il ne se  marierait jamais.
La mer alors effaça les dessins. «Puis les ténèbres se refermèrent, éphémères ténèbres de l’enfance qui précèdent l’aube douloureuse de l’âge d’homme.»
Maurice, orphelin de père,  vivait dans une confortable maison près de Londres avec sa mère et ses deux sœurs mais le départ d’un jeune jardinier fut son  premier vrai chagrin
A dix-neuf ans, à la sortie du collège, il prononça un discours en grec de sa composition et toute l’école l’acclama  «non parce qu’il était exceptionnel mais parce qu’il était moyen.»
Cette fois encore, un des adultes présents le sermonna : «L’homme est né de la femme et il doit aller vers la femme si on veut que l’espèce humaine se perpétue  et,  sous couleur d’être aimable, il sut habilement trouver les mots qui font mal.»   
A Cambridge où il alla ensuite, il travailla et se montra aimable. « Grimper sur le flanc de la montagne, tendre la main vers la cime jusqu’à ce qu’une autre main prenne la sienne, tel était le seul but de son existence… Maurice se préparait à entrer dans la niche  que l’Angleterre lui avait préparée. »
C’est alors qu’il devint l’ami platonique de Clive Durham,  un autre étudiant comme lui, après un été qu’il passa à lire  Le banquet  de Platon.
« Je vous aime » lui chuchota Durham





Maurice fut horrifié, scandalisé. De toute son âme de petit bourgeois, il était choqué. « Non, mais vous rigolez ! » s’exclama-t-il. Sa réaction, ses mots furent plus prompts que sa pensée. « Durham, dit-il, nous sommes anglais tous les deux, ne dites donc pas de sottises!... Vous n’ignorez pas que c’est le seul sujet absolument tabou, le seul écart impardonnable. »

Plus tard seulement ils s’acceptèrent et devinrent intimes.
Cependant, à la fin de leurs trois années d’études,  Durham, ambitieux et peu courageux à la fois,  choisit la  "normalité",  se maria, fit de la politique  et encouragea son ami à suivre le même chemin, En ce début de XXe  siècle,  la société anglaise punissait encore de mort  l’homosexualité.
  Maurice souffrit beaucoup de cette forme de trahison. A son tour il voulut guérir et  vit divers médecins mais « tout était si compliqué ! Quand l’amour disparaît, le souvenir qu’il laisse ne lui ressemble pas.»
Finalement, au cours d’un séjour à Penge, chez Clive et sa jeune femme,  il rencontra  Alec Scudder, un jeune garde-chasse qui devait partir quelques jours plus tard en Argentine par le prochain bateau. Ce fut une attirance physique,  immédiate et réciproque. 
Maurice  tenta encore de résister, mais cette fois non plus à cause d'  interdictions morales ou religieuses  mais  pour des raisons  purement sociales. Il avait l’impression de déchoir en allant avec un être d’une condition si inférieure.


« Je suis tout de même un gentleman – public school, Cambridge, et tout ça. Maintenant encore, je n’arrive pas à croire que j’aie pu aller avec lui »

Quelques péripéties plus tard, le bateau pour l’Argentine partit sans Alec  qui préféra rester avec son nouveau compagnon malgré les menaces familiales et Maurice et Clive,   après une ultime rencontre, se séparèrent à jamais, sans que Clive comprenne « que tout était fini, sans crépuscule ni compromis, que leurs routes ne se croiseraient jamais plus, qu’ils n’entendraient plus jamais parler de lui. »



C'est pour moi un coup de cœur  total, au même titre que "Avec vue sur l'Arno" Plus j'aime un auteur et plus j'ai du mal à en parler. Forster est  un écrivain cher à mon cœur! Dommage qu'il ne me reste plus que "La route des Indes"  et "Le plus long des voyages " à lire encore! (Merci Lilly,grâce à toi, la liste s'allonge!)

Très belle adaptation de James Ivory avec James Wilby, Hugh Grant, Rupert Graves

Lilly , Karine:) , Yueyin,  Erzébeth , Chiffonnette  en parlent très bien (G**gle ne m'a pas fourni d'autres noms)

Maurice de Edward Morgan Forster
(Christian Bourgois, 1971/1987,279 p)
Traduit de l’anglais par Nelly Shklar,

42 commentaires:

  1. J'ai été très emballée d'abord par le film, ensuite par le livre, même si je l'ai trouvé plus sombre que les autres romans de Forster.

    RépondreSupprimer
  2. Très belle présentation, je souligne "Maurice", dans ma LAL depuis... ben depuis la blogosphère je crois, il est aimé ! Et la première couverture est vraiment superbe.

    RépondreSupprimer
  3. C'est un livre magnifique mais la fin est optimiste pour moi puisqu'il choisit de s'accepter enfin contrairement à Clive, son premier amour!

    RépondreSupprimer
  4. Ys, oui, la première couverture résume bien les deux dilemmes de Maurice: sa propre nature homosexuelle mais aussi et peut-être surtout les contraintes sociales imposées par la société de l'époque et de l'endroit. La vraie déchéance est de choisir quelqu'un de la classe inférieure! La photo le montre très bien!

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Mango, je n'ai vu que le film d'Ivory que j'avais beaucoup aimé. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Et dire que je ne connais pas...

    RépondreSupprimer
  8. Dasola, Le film, je trouve, complète vraiment bien le livre. Il m'a semblé plus troublant dans les scènes d'amour. Le livre reste très réservé, lui!

    RépondreSupprimer
  9. clara, tu l'aimerais, je suis sûre!

    RépondreSupprimer
  10. j'aime bien les passages que tu as choisis, son style me donne envie

    RépondreSupprimer
  11. J'ai vu tous les films tirés des romans de Forster sans avoir lu les romans... j'ai une passion pour "Chambre avec vue" dont j'ai acheté le roman récemment !!!

    RépondreSupprimer
  12. Je comprends ta difficulté à parler de ce livre, puisque j'ai eu la même ;o) Forster est vraiment un auteur qui appartient à mon panthéon personnel. En revanche, contrairement à Aifelle, je trouve que "Maurice" est l'un des romans les moins sombres de l'auteur. Il finit rejeté par la société (du moins, c'est plus que probable), comme George et Lucy dans "A Room with a view", mais "Monteriano" ou "Route des Indes" sont loin d'être si nuancés.
    Tu as lu "Le plus long des voyages" ? C'est le seul qu'il me reste à lire, mais j'hésite, j'ai peur de me retrouver sans roman de Forster que je n'ai jamais lu...
    Erzébeth et Yue Yin ont aussi fait des billets sur "Maurice" sinon.

    RépondreSupprimer
  13. Un livre magnifique, je suis tout à fait d'accord! Je veux lire tout Forster depuis!!!

    RépondreSupprimer
  14. Cet été, grande décision : je lirai Foster! Je vais commencer par Chambre avec vue. Le film est tellement beau ! D'après toi, quel pourrait être le deuxième livre?

    RépondreSupprimer
  15. J'adore ta présentation, on y sent bien l'humour de l'auteur. Eh bien moi, je n'ai trouvé à la bibliothèque que "Le plus long des voyages" qui vous intrigue Lilly et toi ;) la 4e de couv' dit que c'est le roman préféré de l'auteur, mais j'ai plus de mal à m'y plonger que dans "Vue sur l'Arno".

    RépondreSupprimer
  16. esmeraldae, il écrit à l'anglaise, avec toujours des traits d'humour.

    RépondreSupprimer
  17. George, avant, "Chambre avec vue " était mon préféré. Maintenant j'hésite: celui-ci est beau aussi!

    RépondreSupprimer
  18. Lilly, je te comprends bien! Finalement il a assez peu écrit de romans! Dommage! Heureusement cependant que les films ne le trahissent pas!

    RépondreSupprimer
  19. Karine:) Ses livres résistent bien aux relectures. Je relirai certainement celui-ci aussi dans quelque temps!

    RépondreSupprimer
  20. claudialucia, et bien justement, juste après "Chambre avec vue", c'est "Maurice" que j'ai préféré et le film est très beau aussi!

    RépondreSupprimer
  21. rose, c'est son préféré? Sachant cela, ça me rend doublement surieuse de le lire!

    RépondreSupprimer
  22. je n'ai encore jamais lu cet auteur.je le rajoute à ma liste.

    RépondreSupprimer
  23. alinea, tu ne peux que l'aimer, tu verras!

    RépondreSupprimer
  24. Un superbe roman qui m'a permis de découvrir Forster. Pour une fois, c'est le cinéma qui m'a mené à la littérature puisque c'est le film d'Ivory qui m'a donné envie de lire le roman (je crois d'ailleurs que mon aversion envers Hugh Grant date de ce film ;o) ).

    RépondreSupprimer
  25. In Cold Blog, Pauvre Hugh Grant! Je l'aime bien pourtant! :)
    Quant au roman, j'ai bien lu ton billet mais quand j'ai voulu le mettre en lien, ça m'a été impossible et je ne peux plus rentrer sur ton blog! J'espère que c'est momentané!

    RépondreSupprimer
  26. Pas tentée du tout par le sujet qui revient de plus en plus dans les bouquins au point de me lasser et de me dire dorénavant quand je découvre ce sujet dans un livre : encore...

    RépondreSupprimer
  27. Géraldine, oui, mais ici il faut tenir compte de son époque! C'était alors un sujet si brûlant que l'auteur n'a pas voulu le publier pendant sa vie

    RépondreSupprimer
  28. Karine me l'a offert à l'occasion du swap "happy face", il me tarde de le lire !

    RépondreSupprimer
  29. J'aime beaucoup l'écriture de cet auteur, même si il y a longtemps que je ne l'ai pas lu (Retour à Howard Ends).

    RépondreSupprimer
  30. J'avais aimé "Avec vue sur l'arno" mais sans être un coup de coeur (pas de flagellation stp ;-) ) Mais je note celui-ci quand même !

    RépondreSupprimer
  31. Bon par ta faute je viens d'acheter "Maurice" et "Retour à Howard end"...!!!! merci quand même !!

    P.S: j'aime beaucoup ta nouvelle présentation !

    RépondreSupprimer
  32. Stephie,tu vas l'aimer,j'en suis sûre!

    RépondreSupprimer
  33. Alex, il a un style toujours très moderne et j'aime ses personnages.

    RépondreSupprimer
  34. Manu, je vais beaucoup m'avancer mais ce n'est pas possible que tu n'aimes pas celui-ci!

    RépondreSupprimer
  35. George, non pas à cause mais ce sera grâce à moi et j'en serai fière, tu verras, parce que tu vas les aimer,c'est forcé!
    Tant mieux pour ma présentation!

    RépondreSupprimer
  36. C'est curieux, j'ai l'impression de voir le nom de Forster partout en ce moment! Moi qui ne connaissais même pas son existence il y a peu, je le crois désormais sans cesse... Un signe?

    RépondreSupprimer
  37. J'ai très envie de découvrir cet auteur et j'ai commandé "La route des Indes" mais en anglais, histoire de tenter d'améliorer mon angalis... ;-)

    RépondreSupprimer
  38. Kali, Découvert depuis un an seulement,je ne peux plus m'en passer!

    RépondreSupprimer
  39. Lounima, en anglais! Tu as toute mon admiration! Je ne m'en sens plus capable!

    RépondreSupprimer
  40. J'ai A-DO-RE le film et le roman - vu et lu plusieurs fois. Tu me donnes envie de renouveler l'experience !

    RépondreSupprimer
  41. L'ogresse, je te comprends tout à fait. Je suis sûre de les relire et revoir aussi! Je les A-DO-RE tous les deux comme toi!

    RépondreSupprimer
  42. Inconditionnelle du roman et du film. Un grand choc personnel depuis 2 ans: jamais je n'ai lu de texte décrivant aussi bien les émotions et déchirements intérieurs. S'y plonger et revivre. Je cherche les autres textes de Forster en français, c'est pas gagné...

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.