lundi 21 novembre 2011

Le dîner, Herman Koch

4ème de couverture: 
Le Dîner dresse le portrait de notre société en pleine crise morale. 
Deux frères se donnent rendez-vous avec leurs épouses dans un restaurant branché d'Amsterdam. 
Hors-d'oeuvre : le maître d'hôtel s'affaire. 
Plat principal : on parle de tout, des films à l'affiche, des vacances en Dordogne. 
Dessert : on évite soigneusement le véritable enjeu du dîner, les enfants. 
Car leurs fils respectifs ont commis un acte d'une violence inouïe. 
Un café, un digestif, l'addition. 
Reste la question : jusqu'ou irions-nous pour préserver nos enfants ?                                               
Pas étonnant que ce livre ait eu un énorme succès dès sa sortie. Il est tout simplement renversant! A prendre au pied de la lettre.
A la réflexion, il ferait une excellente pièce de théâtre, une comédie de mœurs, très sarcastique  avec montée de la tension dramatique tout du long jusqu’à l’explosion finale.
Un seul lieu : un  restaurant chic d’Amsterdam.
Un temps bien resserré : celui du repas avec ses six moments forts de l’apéritif courtois   au moment débridé de l’addition.
Quatre personnages  principaux: les quatre parents  et un objet essentiel : le portable qui les relie à l’extérieur et à Michel, l’un des enfants.
Jusqu’à mi-parcours, quand arrive le plat principal, j’ai cru  tout comprendre, je devinais presque la fin. Je faisais front avec Paul, le narrateur, le père de Michel. J’étais inquiète pour lui et le plaignais de la terrible décision qu’il allait devoir prendre au sujet de son fils unique.
Je partais à fond  dans une direction, celle du cas de conscience d’un père  et c’est dans une autre que l’auteur m’a conduite, à l’opposé, juste à l’opposé. Je suis tombée de Charybde en Scylla,  du meurtre gratuit au mal absolu. Avoir été manipulée à ce point-là, je ne m’y attendais pas. J’ai été choquée, inquiétée, totalement bluffée.
Attention spoiler. Ne pas lire la suite si on ne l'a pas lu! 
Le problème soulevé  dans le roman : jusqu’où peut-on protéger ses propres enfants, en ne les dénonçant pas quand la loi l'oblige  mais aussi comment se fait-il que  tant de jeunes adolescents puissent en arriver à de telles extrémités et enfin et surtout, comment certains éducateurs et parents peuvent-ils encore préconiser le laxisme dans l'éducation des enfants après de si nombreux exemples des plus dramatiques qui sont régulièrement d'actualité?
L’auteur a déclaré s’être inspiré d’une histoire vraie qui s’est passée à Barcelone où deux adolescents filmaient leurs crimes pour les montrer sur le net
Ce livre devrait être bientôt adapté au théâtre en Hollande, en Allemagne et en Espagne. Un film est également envisagé .
Ont aimé ce livre: Clara, Ys,   Dasola,  Amanda, cuné, Manu, Sandrine, Alex, Hélène Brize, Emeraude, Lucie, Liliba
Le dîner de Herman Koch, roman, (Belfond, 2009/2011,330 pages) Traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin
Challenge de Kathel: Pays-Bas                                                         Challenge de Hérisson 08

33 commentaires:

  1. Bonsoir Mango,
    Tu me donnes vraiment envie d'en savoir plus sur ce dîner...
    Un petit jeu t'attend chez moi, si et seulement si cela te fait plaisir d'y participer.
    Bisous et très belle soirée

    RépondreSupprimer
  2. Un dîner dont on ne sort pas indemne, nous non plus.

    RépondreSupprimer
  3. Me voilà absolument convaincue qu'il me faut lire ce roman! noté et stabiloté. J'aime qu'un auteur me balade!

    RépondreSupprimer
  4. C'est un roman qui a l'air de frapper tout le monde, je le prendrai à la bibliothèque dès que j'aurai un moment.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai moi aussi adoré !
    http://liliba.canalblog.com/archives/2011/11/16/22187802.html

    mais tu en dis beaucoup pour ceux qui ne l'ont pas lu !!!

    RépondreSupprimer
  6. Kenza,Bien qu'ayant déjà fait ce tag,je le referais dès que possible puisque tes questions sont différentes des précédentes.

    RépondreSupprimer
  7. Alex Mot-à-Mots,Un dîner qui pose bien des problèmes très actuels.

    RépondreSupprimer
  8. choupynette,l à tu seras baladée, je te promets! :)

    RépondreSupprimer
  9. Aifelle, c'est une lecture qui m'a laissée songeuse.

    RépondreSupprimer
  10. liliba, Je vais mettre ton lien et j'ai mis un avertissement pour mise en garde avant le spoiler . Tu as bien fait de me prévenir!

    RépondreSupprimer
  11. Bon. Il faut que je trouve ce livre, je suis ferrée par toutes les blogueuses qui l'ont lu, personne ne donne un avis négatif. Je veux le lire. Je vais faire une crise d'enfant gâtée, bientôt !! (Non, je blague, je suis tout simplement lectrice acheteuse compulsive.) (Vendredi, c'est la soirée Coups de coeur chez Tirloy à Lille, tralala) N'empe^che, tu es sûre qu'il est de la Rentrée de septembre ? Il y a tellement longtemps que j'en lis, des billets sur ce livre...

    RépondreSupprimer
  12. Que d'éloges partout. Bon, il va falloir s'y mettre.
    Et sur ta remarque sur l'adaptation théâtrale, je trouve que le sujet rappelle très fort "Carnage" de Yasmina Reza.

    RépondreSupprimer
  13. Ton billet vient à nouveau confirmer que ce livre est devenu un incontournable ! Il me tarde de le trouver en librairie et de me faire mon avis !

    RépondreSupprimer
  14. Oui, il pose beaucoup de questions ce roman, on n'en sort pas indemne ! Les adultes aussi font peur je trouve. Ils ne sont pas totalement innocents dans cette histoire !

    RépondreSupprimer
  15. Anne,C'est un livre qui secoue! Je l'ai vu classé dans les livres de la rentrée en France pour sa traduction très récente.

    RépondreSupprimer
  16. Voyelle et Consonne, je ne connais pas "Carnage" mais c'est un récit qui se prête bien à une adaptation plus théâtrale que cinématographique, d'ailleurs, je trouve.

    RépondreSupprimer
  17. Cynthia, il m'a fait grincer des dents tellement cette histoire est consternante mais hélas bien typique de la vie actuelle.

    RépondreSupprimer
  18. Manu, pour moi, ce sont manifestement les parents les plus grands coupables, sauf justement celui que j'accusais au départ. Seul le politicien finalement se montre digne de la situation.

    RépondreSupprimer
  19. La couverture (que je trouve très moche) ne m'aurait pas tentée normalement mais, avec ton avis et tous les autres, impossible de ne pas avoir envie de le lire.

    RépondreSupprimer
  20. Marguerite, si tu en as l'occasion, ne le laisse surtout pas passer.

    RépondreSupprimer
  21. je suis en train de le lire, sur les conseils de manu - je n'en suis qu'aux "entrées", mais j'aime le ton ironique du narrateur

    RépondreSupprimer
  22. niki, J'ai hâte de lire ton billet.

    RépondreSupprimer
  23. Bon, il est toujours emprunté à la bibli, mais je l'aurai! (j'ai refusé qu'il soit en LV, je serai patiente)

    RépondreSupprimer
  24. Ce roman a l'air de faire l'unanimité. Je suis très tenté de le lire. Le sujet semble en plus passionnant.

    RépondreSupprimer
  25. keisha, tu finiras bien par le trouver et alors tu le liras d'une traite.

    RépondreSupprimer
  26. dimitri, un nouveau roman réussi.

    RépondreSupprimer
  27. Je n'avais pas fait attention au fait que ce livre était de la rentrée littéraire. En tous cas, il me tente bien, je note et reconnaitrais très vite sa couv dans les rayons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne le rate pas surtout; Il en vaut la peine!

      Supprimer
  28. Comment est-il possible qu'il reste des blogueurs qui n'aient pas lu ce livre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le monde va finir par l'avoir lu, tu verras. C'est un livre qui se lit tout seul! :)

      Supprimer
  29. Moi j'ai aimé puis détesté ce livre et comme tu as un avis positif je mets un lien vers ton blog
    Luocine

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.