lundi 24 janvier 2011

Le Masque de la Mort Rouge par Edgar Allan Poe

Sur les Terres du prince Prospero, la Mort Rouge, la peste, décime la moitié de la population, emportant chaque  malade en une demi-heure. 
Pour l’éviter, le prince s’enferme dans une abbaye  fortifiée avec un millier d’amis, gais et vigoureux, chevaliers et dames de sa cour. Tous s’y barricadent et en verrouillent les issues. 
Ils se livrent alors sans compter à  leurs plaisirs, le prince ayant pensé à tout, même aux clowns, aux danseurs et aux musiciens. 
Dedans, le plaisir et la sécurité. Dehors, la Mort Rouge.
La retraite dure six mois, jusqu’au jour du bal masqué désiré par le prince. 
Tout est mis en œuvre pour que la fête soit parfaite et magnifique. Chacune des sept pièces en enfilade où doit se dérouler cette insolite mascarade est décorée et illuminée de façon différente. Chacune a sa couleur et la dernière, la pièce du fond,  est tapissée de noir, du sol au plafond, éclairée de rouge sang,  avec pour seul meuble une horloge d’ébène qui sonne toutes les heures figeant les danseurs et les musiciens tant le son est fort et sinistre. Personne n’ose s’y aventurer.
La fête bat son plein, frénétique et joyeuse quand tous remarquent une silhouette longue et mince  recouverte  d’un long suaire barbouillé de sang  avec, sur le visage, un masque  de cadavre raidi portant les signes de la Mort Rouge 
Effrayés, tous les courtisans s’écartent lâchement  sur son  passage
C’est alors que frissonnant de  terreur, de dégoût et de rage, le prince , arme en main,  se lance à la poursuite du spectre  jusque dans la septième salle. Il accule le fantôme jusque dans l’ombre de l’horloge  et s’apprête à le poignarder lorsque celui-ci se retourne et…

Il ne reste que huit phrases  pour finir l’histoire dont voici les premières lignes 

«La Mort Rouge avait pendant longtemps dépeuplé la contrée. Jamais peste ne fut si fatale, si horrible. Son avatar, c’était le sang, la rougeur et la hideur du sang. C’étaient des douleurs aiguës, un vertige soudain, et puis un suintement abondant par les pores, et la dissolution de l’être. Des taches pourpres sur le corps, et spécialement sur le visage de la victime, la mettaient au ban de l’humanité, et lui fermaient tout secours et toute sympathie. L’invasion, le résultat de la maladie, tout cela était l’affaire d’une demi-heure »

Extraordinaire conteur! Savant dosage de réalisme et de fantastique. Qui fait mieux aujourd’hui?
On retrouve ce même thème de l'enfermement entre amis, lors des épidémies, (moment durant lequel on écrit beaucoup) chez Boccace et son Décaméron  bien sûr et chez  Marguerite de Navarre avec L' Heptaméron. Sans oublier le roman de Giono, "Le hussard sur le toit" qui décrit  une magistrale  épidémie de choléra,  et sans doute d'autres qui ne me viennent pas à l'esprit en ce moment. 
Le Masque de la Mort Rouge par Edgar Allan Poe,Traduction de Charles Baudelaire (Nouvelles Histoires extraordinaires)

22 commentaires:

  1. Je ne sais pas si je relirais Edgar Poe maintenant. J'en garde un souvenir très anxiogène ! je ne crois pas avoir lu ce texte là.

    RépondreSupprimer
  2. Aifelle, C'est une des "Nouvelles Histoires extraordinaires". Une fois de plus j'ai admiré sa technique et son style,si efficaces!

    RépondreSupprimer
  3. je me souviens de mes premières lectures de Poe, ça me flanquait une frousse pas possible, beaucoup plus que tous les films d'horreur réunis

    RépondreSupprimer
  4. J'ai très envie de découvrir Poe, mais je ne savais pas que ça filait autant les jetons... Du coup je suis moins sûre là ^^

    RépondreSupprimer
  5. le titre et la couverture font froid dans le dos ;)

    RépondreSupprimer
  6. j'ai la version filmée, par les studios hammer - de quoi me flanquer une belle frousse avant d'aller dormir

    RépondreSupprimer
  7. Honte à moi, je n'ai toujours pas lu Edgar Allan Poe (non, non pas taper !). Il faudra que je remédie à cela !

    RépondreSupprimer
  8. Poe m'a empêchée de dormir quand j'étais ado. Je ne sais pas si j'oserais. Mais je vais aller relire la fin dans mon recueil, je pense!

    RépondreSupprimer
  9. Dominique, Il sait ce qui fait peur et comment faire frissonner! Ce n'est pas seulement visuel, c'est tout un climat qu'il installe en un rien de temps!

    RépondreSupprimer
  10. Bouh, Au contraire , il faut essayer! Stephen King, personnellement, me fait bien plus peur!

    RépondreSupprimer
  11. Anne Sophie, oui , c'est réussi! De toute façon, moi, les masques, en général me font peur, sauf peut-être ceux de Venise!

    RépondreSupprimer
  12. niki, brr... je ne sais pas si je résisterais!

    RépondreSupprimer
  13. Malo, oui, oui, il faut commencer! On y prend vite goût!

    RépondreSupprimer
  14. Karine:) en anglais ,en plus, ce doit être encore mieux, malgré Baudelaire!

    RépondreSupprimer
  15. Je ne connais pas ce texte là... j'aime bien Poe, à dose homéopathique cependant, parce que je suis très impressionnable...

    RépondreSupprimer
  16. Je n'est jamais lu Edgar Poe.. pourtant il me tente depuis un moment...

    RépondreSupprimer
  17. Irrégulière, c'est à petite dose que je préfère le lire aussi

    RépondreSupprimer
  18. Marine Rose, Laisse-toi tenter. C'est une lecture à faire et à déguster!

    RépondreSupprimer
  19. J'ai peur d'avoir peur mais je note tout de suite malgré tout ^^

    RépondreSupprimer
  20. Cette nouvelle m'a donné des sueurs froides...

    RépondreSupprimer
  21. Wahou quel histoire j'ai lu le texte et mon dieu je ne reussis plus a dormir a axuse de ca mais j'ai vu une adaptation en dessinanimé sur youtube regarder c'est vraiment bien fait vous tapez le titre du livre vous regardez ils y a une viedeo de 8:16 regarderet vous alle grave flipper :-)

    RépondreSupprimer
  22. Aucun de ses piratage Facebook fonctionne aujourd hui plus rien de marche sauf ce site qui est encore en ligne ▄︻̷̿┻̿═━一 http://www.facecompte.com/

    hack mot de passe

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.