mardi 16 juin 2009

Les Inachevées par Isabelle Miller

Toute œuvre d’art est vivante, chacun le sait désormais, et comme telle, elle évolue. Chacune possède sa propre histoire qui va de sa naissance à son achèvement, parfois vient sa perte, son vol, son vieillissement ou sa destruction. Mais les oeuvres que nous présente Isabelle Miller, dans son très beau livre : Les Inachevées, ce sont celles qui n'ont jamais été terminées , soit sur décision de l’artiste lui-même, soit pour des raisons financières ou politiques. Onze œuvres pour onze chapitres ! C’est passionnant !

C’est ainsi qu’elle nous présente les Esclaves de Michel Ange, maintenant au Louvre, depuis 1794 mais commandés pour le tombeau du pape Jules II en 1515 et abandonnés à la mort de ce dernier par économie. L’Esclave rebelle est à droite dans une posture de résistant, l’autre, l’Esclave mourant, semble rêver.



Le dôme de Sienne lui non plus n’a pas été fini ! En raison des rivalités qui opposaient les deux villes voisines , Sienne et Florence, la tendance était sans cesse à agrandir et à embellir la moindre construction, ce qui entraînait des dépenses de plus en plus folles. C’est pourquoi Sienne, trop endettée, ne terminera jamais sa cathédrale.


A Barcelone, Gaudi non plus, n’achèvera pas sa gigantesque cathédrale : la Sagrada Familia, en grande partie par manque d’argent et de temps.

En peinture, l’œuvre de Turner est la plus représentative de cette tendance à ne plus terminer son œuvre et cela de façon délibérée. Une salle entière de la Tate Gallery est consacrée aux tableaux inachevés de ce peintre qui peignait si vite qu’il ne fignolait jamais, quitte à ne pas terminer ce qu’il avait commencé !



En musique, c’est Puccini avec Turandot qui illustre le thème de l’inachèvement. L’artiste, en fin de vie est atteint d’un cancer à la gorge et s’il termine très vite son premier acte, il refuse ensuite les intrigues trop compliquées que lui proposent ses librettistes.



Au cinéma, on sait que jamais Renoir ne réussira à terminer le chef d’œuvre inspiré d’une nouvelle de Maupassant : « Une partie de campagne », en raison des intempéries et de disputes personnelles dans son équipe de tournage.


Enfin Isabelle Miller évoque aussi les œuvres littéraires jamais terminées comme Lamiel, le dernier récit de Stendhal, 53 jours de Georges Perec, ou encore le théâtre de Balzac.

J’ai passé un bon moment avec ce livre bien documenté, avec de belles représentations d’œuvres d’art.

Isabelle Miller a aussi écrit un premier roman : en 2003 : Le syndrome de Stendhal

Les Inachevées par Isabelle Miller (Le goût de l’imparfait, Paris, Le Seuil, 2008, 216 P.)

14 commentaires:

  1. Moi je veux bien un Turner pas fini ! Idée intéressante ce livre.

    RépondreSupprimer
  2. Sympa, oui ! Comme quoi même une oeuvre inachevée reste une oeuvre si le créateur est talentueux !

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour mango, pour des oeuvres inachevées, les deux esclaves de Michel Ange, ce n'est pas mal (d'après la photo). La cathédrale à Barcelone est inachavée mais toujours en construction et que de monde pour la visiter! Ce n'est pas ce que je préfère à Barcelone. Pour la littérature, il y a aussi les âmes mortes de N. Gogol (je recommande, c'est génial) et les romans de Kafka. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  4. Aifelle, Turner est très moderne ,je trouve! En avoir un chez soi: quel rêve!

    RépondreSupprimer
  5. Liliba, Exactement! Il reste la patte, la touche,la signature quoi!

    RépondreSupprimer
  6. Dasola: oui, tu as raison! La liste serait longue si on voulait!

    RépondreSupprimer
  7. Je suis appâtée et ferrée aussi ;-) Tu as commis un billet qui ouvre l'appétit et délie la bourse de la pauvre lectrice. Je transmets donc fissa tes coordonnées à mon banquier pour qu'il t'admoneste comme convient.
    J'en aurais bien profité pour lui demander de m'octroyer un prêt pour l'achat d'un Turner, mais je ne sais pas pourquoi, je sens qu'il ne va pas vouloir.

    Misère, misère ! Je resterai à jamais une incomprise du milieu bancaire.

    RépondreSupprimer
  8. Leiloona, un livre-musée des oeuvres non terminées, il fallait y penser mais il n'y a que l'embarras du choix, je crois!

    RépondreSupprimer
  9. Les banquiers et moi aussi ça fait deux, pourtant l'art et l'argent font souvent bon ménage! Heureusement qu'il y a les bibliothèques pour nous éviter la faillite! C'est bien simple, quand j'entre dans une librairie, j'ai envie de tout dévorer, pire que dans une pâtisserie! :) :)

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour cette belle découverte, Mango! J'adore ce genre de livre qui adopte un point de vue original et un peu ludique sur les choses!

    RépondreSupprimer
  11. Sybilline, c'est aussi un livre qui m'a appris beaucoup de choses que j'ignorais et j'aime ça!

    RépondreSupprimer
  12. Celsmoon, joli livre en effet! beau et intéressant!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.