samedi 18 avril 2009

Lauren GROFF: Les Monstres de Templeton


Comme j'ai aimé ce roman! Quelles belles heures j'ai passées grâce à lui! Je ne l'aurais jamais cru en le commençant car les monstres , d'avance, m'ennuyaient! Je n'aime pas les monstres! Les monstres me font surtout rire ou trop peur! Bref, je n'aime pas tellement les histoires de monstres.
Mais ici il ne s'agit que de tout petits monstres, petits tout du moins en malfaisance,car en réalité l'un est énorme et l'autre encore un bébé! Mais ce sont plutôt des monstres symboliques, mythiques, qui vivent dans les profondeurs d'un lac comme parmi nos ancêtres, dans nos arbres généalogiques se cachent aussi des êtres monstrueux.
C'est ce que découvre Willie, l'héroïne, qui rentre chez elle, sans doute enceinte mais abandonnée et très malheureuse. Sa mère, une ancienne hippie qui l'a élevée seule et qui n'a jamais voulu lui dévoiler le nom de son père, lui indique cependant que celui-ci habite à Templeton, et qu'elle le connaît bien. Willie commence alors une enquête sur le vif, parmi ses connaissances et en remontant sa généalogie grâce à ses recherches aux archives de la ville. Elle ira ainsi de surprise en surprise tant chez les vivants que chez les morts! Ses ancêtres étaient de fortes têtes eux aussi,comme leurs descendants,encore très nombreux dans la ville moderne.
Cette lecture m'a étonnée, surprise, amusée, attendrie. J'ai aimé les personnages, les anecdotes,l'écriture,les images ,les photos,les quelques arbres généalogiques qui rythment le récit. Je n'ai jamais été déçue. J'aimerais qu'il y ait une suite pour savoir ce que deviennent les personnages dans leur nouvelle vie - comme pour tous les bons romans!
Résumé de l'éditeur: Bienvenue à Templeton : jolie bourgade rurale américaine par excellence. Wilhemina Upton, surnommé Willie, regagne sa ville natale désemparée et malheureuse. La jeune femme est enceinte de son directeur de thèse et ne se fait guère d'illusions : Primer Dwyer ne quittera jamais son odieuse épouse pour elle. Les retrouvailles entre Willie et sa mère, déjà délicates, deviennent houleuses lorsque cette dernière révèle à sa fille qu'elle n'est pas le fruit de sesamours tumultueuses de sa période hippie mais l'enfant d'un habitant respectable de Templeton dont elle lui tait l'identité...

L'ont aimé également:Chaplum, Cuné
Les monstres de Templeton par Lauren Groff ( traduit de l'anglais (États-Unis) par Carine Chichereau, Éd. Plon, 2008, 424 p.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.