dimanche 18 octobre 2009

La chanson du mal aimé de Guillaume Apollinaire

A Paul Léautaud


Et je chantais cette romance
En 1903 sans savoir
Que mon amour a la semblance
Du beau Phénix s'il meurt un soir
Le matin voit sa renaissance

Un soir de demi brume à Londres
Un voyou qui ressemblait à
Mon amour vint à ma rencontre
Et le regard qu’il me jeta
Me fit baisser les yeux de honte
 
Mon beau navire Ô ma mémoire
Avons-nous assez navigué
Dans une onde mauvaise à boire

Avons-nous assez divagué
De la belle aube au triste soir
 
Voie lactée ô sœur lumineuse
Des blancs ruisseaux de Chanaan
Et des corps blancs des amoureuses
Nageurs morts suivrons-nous d’ahan
Ton cours vers d’autres nébuleuses
 
Moi qui sais des lais pour les reines
Les complaintes de mes années
Des hymnes d’esclave aux murènes
La romance du mal-aimé
Et des chansons pour les sirènes

La chanson du mal-aimé de Guillaume Apollinaire :
Alcools (1880-1918)



Les amateurs de poèmes du dimanche sont ici, chez Celsmoon,
Publient généralement le dimanche: Edelwe, lepetitmouton, Abeille,Emmyne, Paradoxale, Chrestomanci, Mariel, Laurence, Ankya, Herisson08, Anjelica, Schneeweiss, George, Uhbnji, Fleur, Esmeraldae, Armande, Restling, Satya, Violette, Zik, Lystig, Amos, Emma666, Dominique, Marie, Julien, Bookworm,

23 commentaires:

  1. J'adore Appolinaire. Très beau poème!

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connaissais pas ce poème d'Apollinaire... Il est très beau, mais un peu compliqué au niveau des références et du langage.
    Bonne journée !

    Marie

    RépondreSupprimer
  3. Apollinaire, un de mes poètes préférés... je lui ai consacré une partie de mon mémoire de maîtrise au temps lointain de mes études universitaires.La strophe sur la mémoire est magnifique.

    RépondreSupprimer
  4. J'adore ! et les illustrations que tu as trouvées sont très intéressantes.

    RépondreSupprimer
  5. Extra :) Et les illustrations superbes !!

    RépondreSupprimer
  6. Bouh, un peu difficile, mais je l'aime aussi beaucoup!

    RépondreSupprimer
  7. Marie, j'aime particulièrement les sonorités de ce poème, appris quand j'étais ado!

    RépondreSupprimer
  8. Armande, oui, j'aime cette strophe aussi! J'ai dû faire un choix!

    RépondreSupprimer
  9. Rose, les trois portraits sont faits par ses amis peintres!

    RépondreSupprimer
  10. celsmoon, peintres et poètes s'influençaient beaucoup à cette époque!

    RépondreSupprimer
  11. Je l'ai souvent entendu étant au lycée... il prend une autre dimension aujourd'hui!

    RépondreSupprimer
  12. Un poème d'Appolinaire ; c'est forcément touchant...

    Les chats du maquis venaient ronronner tendrement en ton écrin, Mango :-)

    Chaleureusement

    Rose

    RépondreSupprimer
  13. les illustrations sont particulières!

    RépondreSupprimer
  14. herisson08, Apollinaire a toujours un côté ludique que j'aime bien!

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour Rose, Les chats du maquis ont bon goût!

    RépondreSupprimer
  16. esmeraldae, j'ai choisi des amis du poète qui ont fait son portrait!

    RépondreSupprimer
  17. Joli poème... Dire que c'est celui que j'avis choisi de publier aujourd'hui.... Mais au dernier moment j'en ai choisi un autre. Bien m'en a pris sinon, sinon j'aurais eu l'impression de "copier" sur la voisine...

    RépondreSupprimer
  18. bookworm,j'aime beaucoup celui que tu as choisi aussi mais il n'y aurait eu aucun mal à publier le même poème! Ce qui montrerait combien celui-ci est connu et aimé! Après tout, les poème sont faits pour être lus et relus! Faisons-les mieux connaître et qu'on les recopie!:)

    RépondreSupprimer
  19. Un très joli texte. J'aime beaucoup ce poète!

    RépondreSupprimer
  20. je ne connaissais pas, j'aime beaucoup !

    RépondreSupprimer
  21. Moi aussi j'aime beaucoup Guillaume Apollinaire et en pensant à ses vers si percutants:
    « Adieu Adieu
    Soleil cou coupé » Apollinaire (Zone)

    j'ai tenté modestement de lui rendre hommage:


    A Apollinaire.


    Soleil d’été tu as saigné.
    Dis moi Guillaume qu’as-tu aimé ?
    Est ce le vent qui te l’a dit
    Que de l’amour naîtrait la nuit ?

    Soleil d’hiver au corps blessé,
    Pourquoi Poète l’as-tu gravé ?
    Passe la mort en ton esprit
    Le soleil noir jamais ne luit.

    Soleil d’été au cœur donné
    Et sur la terre ensemencé,
    Est ce à Marie que tu l’as dit
    Ce vers qui blesse et qui gémit.

    Soleil d’hiver et vers semés,
    Dis moi Guillaume as-tu trouvé ?
    Pourquoi faut –il que tu souffris ?
    Passe l’amour, l’amour s’enfuit.

    @clorinda.

    merci Mango pour ce très beau blog

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.