jeudi 24 septembre 2009

Les Onze de Pierre Michon

Voici un livre très attendu puisque l’auteur a mis 15 ans à l’écrire !

C’est un livre mince de seulement 137 pages mais les feuilles critiques qui l’encensent sont si nombreuses qu’elles doivent largement dépasser ce nombre !

Une sorte de vénération semble entourer l’auteur, limousin de la Creuse, né en 1945, ayant reçu le Prix France Culture en 1984 pour ses « Vies minuscules », après avoir écrit sur Antonin Artaud et Rimbaud. On le compare parfois à Julien Gracq pour la densité de ses textes, son exigence et sa discrétion.

Et voici que cette année 2009, il publie enfin, le fruit de ses longues années de travail et d’attente de l’inspiration qui l’avait quitté après le troisième chapitre, selon son propre aveu ici.

Les Onze désignent les onze membres du Comité du salut public de 1794, le fameux comité de la Terreur. La liste de leurs noms revient de façon obsessionnelle, comme une litanie, dans tout le roman : Billaud, Carnot, Prieur et Prieur (de la Marne), Couthon, Robespierre, Collot (d’Herbois), Barère, Lindet, Saint-Just, Saint-André, tous apprentis écrivains, sauf un !

Le portrait de ces onze révolutionnaires a été commandé à un peintre limousin de 63 ans : François-Elie Corentin, dit le « Tiepolo de la Terreur » C’est le héros du livre, mais le narrateur est un anonyme érudit qui s’adresse à un «Vous, Monsieur» général qui pourrait désigner tout visiteur du Louvre, aujourd’hui, ou tout simplement le lecteur du livre ! Le portrait, exposé dans le Pavillon de Flore, est en effet devenu le plus célèbre de tous les tableaux et a détrôné la Joconde que personne ne regarde plus!

Sauf que, décrit longuement par Michelet par la suite, ce tableau n’existe que dans l’imagination de l’auteur et dans celle de son lecteur, ainsi pris au piège, car un doute subsiste suffisamment longtemps pour y croire un peu à cette histoire de peinture, d’art, de politique et de pouvoir, de vie, de survie et de mort. La mystification l’emporte ! Tout se mêle et s’entremêle au fil de l’Histoire, la grande, la terrible et les petites histoires qu’on se raconte ensuite ! Tout ceci raconté dans un style impeccable, un style d’orfèvre.

Il y a de quoi gloser à l’infini, sur un ouvrage aussi érudit, aussi pensé, aussi encensé aussi !

Seulement voilà, ce livre m’a mise mal à l’aise ! J’ai eu peu de plaisir à le lire ! Je l’admire mais ne l’aime pas : je le trouve trop froid, sans chaleur ! Désincarné ! Du style, pas de chair !

Je suis passée à côté d’un auteur remarquable et rare, « le grand auteur français de ce début de siècle » a-t-on écrit quelque part, je ne sais plus où .

Tant pis pour moi !

Les Onze de Pierre Michon ( Verdier, avril 2009, 137 pages)

23 commentaires:

  1. Bon le sujet déjà ne m'attire pas alors ton commentaire risque de me faire passer mon chemin bien vite...

    RépondreSupprimer
  2. Un livre un peu trop documenté, on dirait...

    RépondreSupprimer
  3. je viens de le réserver à la BM.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne vais pas commencer àar celui-ci alors!

    RépondreSupprimer
  5. on a envie de le lire juste pour le récompenser d'avoir mis 15 ans à l'écrire!!

    RépondreSupprimer
  6. Restling, tu sais tu irais plus largement sur la toile et tu ne verrais presque que des éloges concernant cet auteur et ce livre!

    RépondreSupprimer
  7. Alex, un livre que je j'ai trouvé rébarbatif! Je suis restée totalement à l'extérieur!

    RépondreSupprimer
  8. Yv, je vais attendre ton billet avec impatience, curieuse de connaître ton avis!

    RépondreSupprimer
  9. chiffonnette, je l'ai trouvé difficile mais je ne connais pas ses autres livres!

    RépondreSupprimer
  10. esmeraldae, tu n'as pas tort! :)

    RépondreSupprimer
  11. Yv a parlé d'un autre de ses livres, j'ai alors noté le nom de l'auteur (inconnu, la honte!) alors on verra...

    RépondreSupprimer
  12. je ne doute pas de la qualité de ce livre mais j'avoue de pas etre sensible à cette hsitoire...

    RépondreSupprimer
  13. Pareil, l'histoire ne m'attire pas du tout, alors hop, je passe sans scrupules !

    RépondreSupprimer
  14. je ne connais pas du tout l'auteur, mais je suis assez tentée, parce que j'en entends beaucoup de bien. Ne serait-ce que par curiosité...

    RépondreSupprimer
  15. Keisha, J'ignorais tout de cet auteur il y a peu également!j'aimerais lire un autre de ses livres maintenant pour mieux le connaître!

    RépondreSupprimer
  16. choco,je te comprends! Le sujet est simple et complexe malgré tout! C'est très spécial!

    RépondreSupprimer
  17. Manu,L'intrigue est mince en effet et peut surprendre!

    RépondreSupprimer
  18. Lilly, la curiosité me pousse également à le connaître un peu mieux! Tant d'éloges m'intriguent!

    RépondreSupprimer
  19. Arff, j'ai lu la même chose que toi, et ces Onze me tentaient... Je vais me contenter des Vies minuscules qui se prélassent dans ma PAL!

    RépondreSupprimer
  20. Aurore,Il se peut en effet que le livre "Les vies minuscules" me plaise davantage! J'aimerais bien savoir ce que tu en penses si tu le lis bientôt!

    RépondreSupprimer
  21. Bonjour,

    Cela fait toujours plaisir de lire l' opinion sincère de quelqu'un qui refuse de suivre le conformisme ambiant de la quasi-unanimité de la critique faisant autorité !

    Vous n'êtes pas la seule à émettre des réserves envers ce livre, et envers l'encensement- servile- de la majorité de la critique, dépourvue, justement, d'esprit critique.

    Vous pouvez lire "le sacre de Michon" sur mon blog, où vous trouverez également un lien - dans les commentaires - vers un remarquable article d'un spécialiste de la Littérature ( Nunzio Casalaspro): "Michon où le paradoxe du grand écrivain" .

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour,
    sans la plus grande sincérité et un peu d'érudition, mon blog n'aurait plus de raison d'être! Je vais m'empresser de lire les articles signalés!

    RépondreSupprimer
  23. Au contraire de toi, j'ai adoré ce livre. L'ouverture, dans le grand escalier de la Résidence de Wurzburg, sous le plafond peint par Tiepolo est magistrale. Peut-être est-ce le ton épique, le caractère très (trop?) écrit du récit qui ne t'a pas plus. C'est en tout cas ce qui fait que depuis des années je retarde ma découverte de Michon. Mais là, la première page parlait de Tiepolo et d'une des régions que je préfère en Allemagne, alors je me suis jeté sur le livre, et je ne le regrette pas. Depuis, j'ai dévalisé mon libraire en achetant tous les Michon. Je te conseille "Rimbaud le fils". Si celui-ci ne passe pas, alors en effet passe à autre chose, ce n'est pas ton auteur, heureusement il y a plein de grands et bons écrivains.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.