mardi 17 janvier 2012

Le livre d’Hanna de Geraldine Brooks

J’aimerais n’avoir à présenter que des coups de cœur comme ce livre-ci.
Hanna est une jeune australienne, restauratrice de manuscrits anciens. En 1996, elle est en mission à Sarajevo où on  lui  a confié la célèbre Haggadah, un manuscrit hébreu très ancien et très précieux,  aux enluminures de toute beauté, créé dans l’Espagne médiévale et  qu’un musulman bosniaque, directeur de musée, vient de sauver des bombardements de la ville.
Peu à peu Hanna se passionne pour son travail et n’a de cesse de retrouver l’histoire de l’ ouvrage sacré. Grâce à de minuscules indices qu’elles recueillent et fait analyser, elle parvient, étape après étape, à remonter  les siècles jusqu’à l’époque de sa création, à Séville, en 1480. Elle fait revivre ainsi  des  moments historiques tragiques où le livre a failli disparaître. Tous sont liés à des lieux célèbres et à des personnages de communautés très variées et de toutes sortes de conditions sociales. Tous ont des personnalités fortes, odieuses ou émouvantes mais le destin de la Haggadah est entre leurs mains à un moment critique de leur vie et c’est ce qui nous est raconté en alternance avec la vie d’Hanna, la chercheuse dont le destin familial n’est d’ailleurs pas le moins banal, prise entre sa mère, une brillante chirurgienne du cerveau avec laquelle elle ne peut s’entendre  et un père qu’elle n’a pas connu et dont elle ne saura la véritable identité que très tard, révélation qui transforme sa vie.

C’est romanesque à souhait et je me suis suffisamment bien identifiée à l’héroïne dès le départ pour aimer la retrouver  après les plongées dans le passé  qui m’ont également envoûtée tant l’imagination de la romancière fait des merveilles en s’appuyant sur des recherches et des détails historiques, d’une grande précision
C’est ainsi que je me suis sentie menacée  tour à tour par les  nazis  en 1940,  la censure vénitienne et ses autodafés en 1609, la cruelle inquisition, à Taragonne, en 1492, au moment de l’expulsion des juifs espagnols  pour revenir en Australie et à Sarajevo avec les problèmes de ce début de siècle. 
C’est une sorte d’odyssée autour d’une œuvre d’art qui est avant tout un objet sacré et c’est  très habilement mené. J'ai été embarquée dans cette histoire de la première à la dernière page avec un énorme plaisir et un grand intérêt pour les évocations historiques d’un grand réalisme. 
C’est un de ces grands romans plein de souffle et de vues généreuses, comme je les aime. On y parle de tout avec beaucoup de  rythme et une grande ampleur de vue. La lectrice en moi aime quand l’auteur sait lui tenir fermement la bride pour le mener où il veut, même très loin, au gré de sa fantaisie à lui, l’artiste.
C'est aussi un livre plein d'humanité, une leçon de tolérance et d'humilité  par une romancière dont c'est le 3ème roman.  
Geraldine Brooks. "Née en Australie, elle vit aujourd'hui aux États-Unis, sur l'île de Vineyard (Massachusetts).  Correspondante de guerre pendant quatorze ans, elle a couvert des combats en Bosnie, en Somalie et au Moyen-Orient. Une incarcération dans les geôles nigériennes la pousse à abandonner le journalisme. Son premier roman paraît en 2003. Elle reçoit le Prix Pulitzer avec le suivant « March », en 2006." Le Livre d'Hanna  figure toujours sur les listes des meilleures ventes aux États-Unis depuis sa parution en 2008."

Dédicace du roman: "Pour les bibliothécaires" «Là où on brûle les livres, on finit par brûler les hommes.» Heinrich Heine
Le livre d’Hanna de Geraldine Brooks. Traduit de l’américain par Anne Rabinovitch  (Éditions de Noyelles, 2008, 416 p) Titre original: People of the book
(Haggadah de Sarajevo) :Elle est l'un des plus précieux manuscrit écrit en hébreu. Cette Haggadah a suivi les Juifs dans leur exil et durant des générations elle fut perdue de vue. Elle a réapparu à la fin du xxe siècle, lorsqu'un enfant juif de Sarajevo, dont le père venait de mourir, l'a apportée à son école pour la vendre afin de nourrir sa famille. Conservée au musée de la ville, elle a fait l'objet de soins particuliers de la part des autorités bosniaques durant le siège de Sarajevo. De même, elle fut protégée par un bosniaque musulman, Dervis Korkut, pendant la seconde guerre mondiale..(Wikipedia)

31 commentaires:

  1. Dès qu'il s'agit de manuscrits anciens, d'enluminures, d'Andalousie... je suis à l'écoute. Ton billet est des plus alléchants! Voilà un roman que je vais m'empresser d'acheter et de lire grâce à toi!
    Merci Mango, je te souhaite une agréable journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vraiment passé un très bon moment avec cette histoire, ces histoires en réalité avec ces plongées dans le temps.

      Supprimer
  2. Un roman sympathique mais j'ai moins "marché" que toi car j'ai trouvé que parfois ça manquait de crédibilité, ceci dit je l'ai lu sans déplaisir aucun et j'ai passé somme toute un bon moment

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand j'aime, je marche toujours à fond et comme c'est un roman, quelques légères invraisemblances ne me gênent pas outre mesure.

      Supprimer
  3. je n'ai pas encore eu le plaisir de le lire je le note merci belle semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce livre m'a fait passer un délicieux moment.

      Supprimer
  4. Encore une tentation... Manuscrits, histoire, lien entre passé et présent... des ingrédients qui prennent bien chez moi, en général !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai trouvé très bien fait et surtout bien équilibré entre certaines vérités historiques et les histoires individuelles romancées!

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Je te le recommande si tu en as l'occasion.

      Supprimer
  6. Ben tu aurais dû le garder pour le 21, ça aurait avancé ton défi des 12, catégorie Australasie... De cette auteur, c'est ce titre que j'ai noté, j'ai bien l'autre à la maison (PAL de ma fille, ça ne compte pas !), mais sur le docteur March, il me tente moins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément, je n'en manque pas une en ce moment! Je suis d'une étourderie!...Bien sûr que c'était pour le 12 février et ton rendez-vous d'Australasie que je l'avais fait venir à la bibliothèque et puis j'ai oublié. Comme je dois le lire en temps limité, je me suis jeté dessus dès qu'ils m'ont appelée pour venir le chercher. J'ai écrit mon billet que j'ai publié aussitôt sans me poser de questions! Bon, je vais être quitte pour en choisir un autre et surtout le trouver en temps voulu! Ça doit quand même être faisable! Désolée! :(

      Supprimer
  7. Je note... Celui-là devrait me plaire... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai beaucoup beaucoup aimé une fois dépassé l'étonnement du premier saut dans le passé qui m'obligeait à abandonner momentanément l'héroïne principale mais qu'on retrouve ensuite puisque c'est elle le fil rouge de l'histoire.

      Supprimer
  8. j'ai lu "years of wonder" de cette romancière, un beau roman historique, situé au moment de la grande peste en angleterre

    ce livre-ci me semble bien tentant aussi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maintenant que je l'ai beaucoup appréciée,je continuerai certainement à la lire.

      Supprimer
  9. Ton billet passionnée me donne envie de ma pencher sur cette auteure que je ne connais pas, même si le titre me dit quelque chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ys a proposé ce titre pour le 12 du mois prochain. C'est peut-être pourquoi il t'est déjà familier.

      Supprimer
  10. Malgré ton enthousiasme, je fais l'impasse, car je ne suis pas trop friande des romans historiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est aussi un roman très contemporain d'amour et de passions diverses.

      Supprimer
  11. Le thème me plaît beaucoup, et si on peut se laisser emporter dès le départ, je le note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On plonge tout de suite dans l'action et on sympathise immédiatement avec l'héroïne. Le seul moment qui m'a surprise et un peu gênée car j'ai dû lâcher ce personnage central, c'est le retour en arrière dans des différentes étapes du passé. Chacune dure un chapitre et on revient ensuite à l'évolution de la jeune femme. Seule la première fois m'a contrariée, ensuite, je savais à quoi m'en tenir et la curiosité aidant, c'était un plus à l'intrigue.

      Supprimer
  12. J'avais beaucoup aimé ce livre lu en anglais... et je trouvais dommage qu'on n'en parle pas davantage sur les blogs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison. C'est un très beau livre. Je pense qu'il y aura des billets dessus le 12 février pour le rendez-vous d'Ys. C'est grâce à elle que j'en ai pris connaissance.

      Supprimer
  13. Voilà un roman qui a tout pour me plaire et qui cerise sur le gâteau bénéficie de ton coup de cœur et de projecteur !
    Je note !
    Bisous et bon dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un livre qui m'a fait voyager dans des époques et des lieux très différents. Vraiment bien.

      Supprimer
  14. C'est un roman dont j'entends régulièrement parler, mais je ne m'y suis pas encore mis. Bientôt, probablement!

    RépondreSupprimer
  15. Je l'ai trouvé bien structuré et bien imaginé tout en restant simple cependant. Une lecture très agréable.

    RépondreSupprimer
  16. Avec un prénom pareil, logique que l'auteur ait du talent ! lol !
    Pourquoi pas en tous cas ?

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.