samedi 31 octobre 2009

Jane Eyre de Charlotte Brontë, lecture commune









Cette lecture commune de Jane Eyre  me semble redoutable ! Tout n’a-t-il pas déjà été écrit au sujet de ce livre ?  Comment éviter une certaine forme de rabâchage sinon en essayant d’oublier toutes mes lectures de préfaces, de  blogs ou d autres résumés sur ce si célèbre roman ? Une étude des plus subjectives donc, ou plutôt une relecture à des années-lumière de la première : de l’adolescence à la maturité !
 La première fois, j’ai été éblouie, aujourd’hui, je suis admirative !
Je préférais la Catherine romantique des « Hauts de Hurlevent », j’apprécie davantage désormais la raisonnable Jane Eyre ! Elle ferait une meilleure amie ! La sagesse opiniâtre et efficace de l’une contre la folie révoltée et vaine de l’autre ! Les années ont passé pour moi et ça se ressent !
Que m’a apporté cette relecture d’un des grands classiques anglais ?
D’abord, l’intrigue ! Je me souvenais essentiellement de l’aventure amoureuse à  Thornfield, entre Jane, la gouvernante et  Edward Fairfax.Rochester, le maître. Je n’avais rien oublié du mariage désastreux de celui-ci, de son caractère bourru mais bon, des cris inhumains et de l’étrange atmosphère pleine de secrets qui terrifiaient par moments l’héroïne devenue narratrice quinze ans après les faits. La fin de l’histoire non plus, si dynamiquement dramatique et pleine d’espoir, je ne l’avais pas oubliée ! Bien au contraire !
En revanche, je ne me souvenais plus de la situation douloureuse vécue par Jane dans son enfance, orpheline et enfant moralement torturée et abandonnée par sa tante par alliance, la véritable mégère qu’était Mrs Reed dont les trois enfants faisaient de la petite fille de 10 ans leur souffre-douleur dans la fameuse chambre rouge- bibliothèque derrière les lourds rideaux de laquelle Jane se réfugiaient pour lire, scène magnifique d’ouverture du roman :
« Les plis épais de la draperie écarlate bornaient ma vue à droite ; à gauche les carreaux me protégeaient, sans me séparer de la triste journée de novembre. De temps à autre, en tournant les pages de mon livre, j’étudiais l’aspect de cette après-midi hivernale. Au loin, c’était un espace où le brouillard se confondait avec les nuages ; plus près, une pelouse trempée et des arbustes battus par la tempête, tandis qu’une pluie incessante s’échevelait devant l’impétuosité du vent. »
Oubliée aussi la longue errance de trois jours à travers une campagne inconnue, avant de devenir institutrice à Morton et de se découvrir enfin une vraie famille, celle de ses cousins Rivers, qui l’ont recueillie alors qu’elle se trouvait dans la pauvreté la plus absolue et avec lesquels elle partagera son héritage miraculeux !







Jane Eyre ensuite, le personnage qui donne le titre au roman ! D’elle, je me souvenais de tout !
 Cette femme minuscule, que son  maître soulève comme un fétu de paille tant elle est légère mais aussi maigrichonne et pas très belle, mais si courageuse, fière, perspicace, aimante et bonne aussi , comment aurais-je pu l’oublier ?
Quant au style, aux descriptions, aux portraits, à la construction même du récit, aux résonances sociales,  d’autres en parleront mieux que moi ! Voilà quinze jours environ que je suis avec Jane Eyre et maintenant je vais la laisser avec nostalgie et reconnaissance à la fois! C’est définitivement une de mes plus belles lectures!
Ce roman fait partie du challenge Matilda
Participent aussi à cette lecture commune: emilie, Marie, Cécile, Abeille,  Cynthia, 
Jane Eyre de Charlotte Brontë ( GF Flammation, traduit de l’anglais par Marion Gilbert et Madeleine Duvivier)

32 commentaires:

  1. Quel roman bien sur!!! Tu en doutais???
    Et ce n'est pas dans un challenge english classics???

    RépondreSupprimer
  2. Keisha, Mais oui, tu as raison, le challenge English classics aussi, bien sûr! Bon, je m'en occuperai un peu plus tard! (Que ferais-je sans ta perspicacité?) :)

    RépondreSupprimer
  3. Une lecture plus que positive donc, j'aime beaucoup ton article ;-)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai n'ai pas lu ton billet car il est dans ma pal!

    RépondreSupprimer
  5. Il est dans ma PAL depuis mon anniversaire cette année :)

    RépondreSupprimer
  6. emilie, merci mais ce livre est parfait!

    RépondreSupprimer
  7. Ankya, c'était un bon choix pour ton anniversaire!

    RépondreSupprimer
  8. Un bon souvenir de lecture également, mais je ne sais pas si je le relirai toutefois...

    RépondreSupprimer
  9. Alex, c'est déjà bien que tu l'aies lu et puis l'envie peut te revenir plus tard, à nouveau! J'ai bien envie maintenant de voir au moins un des films tirés de ce roman! Je ne sais pas lequel!

    RépondreSupprimer
  10. Oui j'ai pensé un bon moment; c'est un style de lecture que je n'aurais sans doute jamais abordé sans ma découverte des blogs de lecture.
    J'ai beaucoup aimé Jane même si je ne serais jamais aussi forte ni aussi raisonnable! du coup ca me motive pour les Hauts de Hurlevent qui est sur ma Pal depuis quelques mois

    RépondreSupprimer
  11. Une belle lecture commune c'est le moins qu'on puisse dire! Admirative et éblouie je suis car "Jane Eyre" fut pour moi une grande première ;)

    RépondreSupprimer
  12. Noryane, tu te prépares une autre belle lecture avec "Les Hauts de Hurlevent"! Ces deux sœurs étaient vraiment douées!

    RépondreSupprimer
  13. Cynthia, je suis contente que tu aies aimé ce livre à ce point aussi! Sa réputation n'est vraiment pas usurpée!

    RépondreSupprimer
  14. J'arrive enfin à me connecter sur ton blog ! une lecture que je prévois (de toute façon). :)

    RépondreSupprimer
  15. Au fait, pourquoi cette résolution d'abandonner un roman qui ne te plaît pas à la page 75?
    Une signification spéciale à ce chiffre? ;)

    RépondreSupprimer
  16. celsmoon, je lirai ton billet avec plaisir quand tu te décideras!:)

    RépondreSupprimer
  17. cynthia, je lis le plus souvent des livres d'environ 300 pages. Lire la moitié d'un livre que je n'aime pas me semble trop: le quart, c'est mieux!

    RépondreSupprimer
  18. Il faudrait que je relise "Les Hauts de Hurlevent" et "Jane Eyre" afin de faire une comparaison des deux. Pfiuu j'ai du pain sur la planche ! ;)

    RépondreSupprimer
  19. Leiloona, que les goûts puissent changer à ce point des années après , dans l'appréciation ou le souvenir d'un même livre, m'étonne toujours!

    RépondreSupprimer
  20. Bon, je prévois de le lire un jour ou l'autre même si je l'avais abandonné dans ma jeunesse.

    RépondreSupprimer
  21. Manu,je pensais que tu l'avais lu! Essaie encore une fois! Il en vaut la peine!

    RépondreSupprimer
  22. J'ai apprécié aussi cette lecture qui date déjà de plusieurs années. Mais j'ai eu la mauvaise idée de voir récemment le film de Zeffirelli avec Charlotte Gainsbourg : ah, quel navet !

    RépondreSupprimer
  23. ys, un navet le film de Zeffirelli? Bon à savoir ...et à éviter alors!

    RépondreSupprimer
  24. Laetitia la liseuse2 nov. 2009 à 20:29:00

    J'ai été impressionnée par le passage où Jane s'enfuit dans la campagne. c'est fort bien écrit. Dramatique à souhait !

    RépondreSupprimer
  25. Laetitia, c'est vrai, ce passage m'a beaucoup marquée cette fois-ci: elle est vraiment dans le dénuement le plus complet! Je n'y avais pas vraiment fait attention à ma première lecture!

    RépondreSupprimer
  26. Ahhh... (soupir) Cette lecture a bien été un coup de coeur pour moi aussi !
    D'ailleurs, j'ai bien envie de continuer avec Les hauts de Hurlevent !

    RépondreSupprimer
  27. Marie, si tu as aimé "Jane Eyre", tu aimeras aussi "Les hauts de Hurlevent" Ne te prive surtout pas de lire ce livre!

    RépondreSupprimer
  28. Oh il faut à tout prix que je le relise !!! Après ton billet, ça me parait impératif.

    RépondreSupprimer
  29. Restling, Je me demande même si je ne l'ai pas préféré la deuxième fois!

    RépondreSupprimer
  30. Je suis déjà conquise ! Certainement une de mes prochains lectures !

    RépondreSupprimer
  31. maggie, j'espère que tu en retireras à ton tour bien du plaisir de cette lecture!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.