dimanche 27 mars 2011

Je ne sais pourquoi de Verlaine


                        
                        Je ne sais pourquoi
                        Mon esprit amer
D'une aile inquiète et folle vole sur la mer.
                        Tout ce qui m'est cher,
                        D'une aile d'effroi
Mon amour le couve au ras des flots. Pourquoi, pourquoi ?


            Mouette à l'essor mélancolique,
            Elle suit la vague, ma pensée,
            À tous les vents du ciel balancée,
            Et biaisant quand la marée oblique
            Mouette à l'essor mélancolique.


                        Ivre de soleil
                        Et de liberté,
Un instinct la guide à travers cette immensité.
                        La brise d'été
                        Sur le flot vermeil
Doucement la porte en un tiède demi-sommeil.


            Parfois si tristement elle crie
            Qu'elle alarme au loin le pilote,
            Puis au gré du vent se livre et flotte
            Et plonge, et l'aile toute meurtrie
            Revole, et puis si tristement crie !


                        Je ne sais pourquoi
                        Mon esprit amer
D'une aile inquiète et folle vole sur la mer.
                        Tout ce qui m'est cher,
                        D'une aile d'effroi
Mon amour le couve au ras des flots. Pourquoi, pourquoi ?


Sagesse,  (III, VII),1873, Verlaine. Tableau de Jean Beautran: Bateau ivre
Autres participants chez Bookworm

27 commentaires:

  1. Avant de voir le nom du peintre, j'aurais parié pour un fragment de Zao Wu Ki. J'adore, tout autant que le poème de Verlaine.

    RépondreSupprimer
  2. Aifelle,c'est juste, ce tableau fait penser à cet autre artiste!

    RépondreSupprimer
  3. Même réflexion qu'Aifelle sur le peintre. Tableau et poème sont magnifiques!

    RépondreSupprimer
  4. Un superbe poème, de Verlaine ces mots ne sont pas étonnants.
    Le tableau est parfait pour illustrer ces mots. Un artiste peintre que je ne connaissais pas.

    RépondreSupprimer
  5. Magnifique poème, que j'apprécie d'autant plus qu'il traite de la mer, mer que je n'ai pas vu depuis des lustres, et qui pourtant est tout près de chez moi. Et puis, j'apprécie tout simplement Verlaine.

    RépondreSupprimer
  6. choupynette, C'est un peintre que j'ai découvert à l'occasion de ce billet. Il m'a tout de suite beaucoup plu!

    RépondreSupprimer
  7. dimitri, Je trouve ce tableau très apaisant

    RépondreSupprimer
  8. paradoxale, pourtant à Saint-Malo, tu n'en es pas loin! En tout cas tu respires l'air marin et rien que pour ça j'ai une grande nostalgie de la Bretagne!

    RépondreSupprimer
  9. Mango, je suis en larmes, c' est si splendide, l' image du bateau qui est l' allégorie de nos destinées ,pris entre l' abyme des abisses et l' immensité celeste, est si parfaite en mots et en images! ah, merci, mille mercis.

    RépondreSupprimer
  10. Très joli choix en ce dimanche, j'adore Verlaine...

    RépondreSupprimer
  11. Un texte qui berce, associé à un beau tableau. Une belle association : merci Mango et bon dimanche

    RépondreSupprimer
  12. Je viens me joindre à ce concert de louanges.j'aime cette métaphore de l'âme et de la mouette qui nous fait voyager au-dessus de la mer..

    RépondreSupprimer
  13. Des vers tout en bleu !
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
  14. orfeenix Ravie qu'il te plaise ainsi!

    RépondreSupprimer
  15. Noukette,Je l'aime beaucoup aussi!

    RépondreSupprimer
  16. Bénédicte,oui,un des plus beaux!

    RépondreSupprimer
  17. claudialucia ma librairie,oui, c'est une image très efficace!

    RépondreSupprimer
  18. Didi, du bleu partout! Bonne soirée aussi!

    RépondreSupprimer
  19. L'amour malheureux, un thème cher à Verlaine qui lui apporte avec subtilité toutes ses nuances

    RépondreSupprimer
  20. Très belle peinture pour illustrer ce poème merveilleux! Bises

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.