mardi 31 août 2010

L’amour est à la lettre A de Paola Calvetti,

A trop encenser, on risque de nuire. C’est un peu mon histoire avec ce livre  dont j’ai entendu beaucoup de louanges.
Inutile de maintenir le suspense. C’est une déception ! Je n’ai pas été enthousiasmée comme je m’y attendais en lisant le résumé et en connaissant surtout la passion dévorante de l’héroïne pour les livres. Elle  leur consacre sa vie en ouvrant une librairie idéale comme il serait si bon d’en voir fleurir partout : un petit monde convivial, tranquille et chaleureux où on prend son temps pour choisir et parler du contenu des livres exposés amoureusement. Quand en plus elle l’entoure d’un hôtel et d’un petit coin café  en adéquation avec les livres en promotion, ce n’est plus une librairie mais un petit coin de Paradis!


Seulement voilà, je n’ai pas aimé les personnages, je ne les ai pas sentis réels, je n’ai pas cru à leur histoire d’amour un peu trop à l’eau de rose.  Mais quelle est cette histoire ?

Emma, la cinquantaine, milanaise divorcée avec un adolescent à charge, a abandonné son premier métier de traductrice pour se consacrer à sa librairie spécialisée en  romans d’amour qu’elle gère avec son amie Alice. Un jour, quelqu’un a glissé un prénom et un numéro de T° dans un de ses livres. Elle reconnaît l’écriture de son premier amour de jeunesse : Federico. Elle l’appelle. Architecte, il vit à New York avec femme et enfants mais lui fixe un rendez-vous parisien. A partir de là ils vont s’écrire régulièrement et renouer avec leur histoire d’amour. Elle sera belle !


Dès lors, le lecteur navigue de  Belle-Île en Mer  à  New York, Paris, Milan … de façon toujours très informative  On apprend un tas de détails sur le passé et les activités artistiques et littéraires de ces endroits. On lit des listes de livres, on tombe à chaque page sur de nouveaux noms d’auteurs. On s’enrichit de connaissances inattendues…J’ai aimé certains passages sur mes auteurs préférés actuels, comme Nick Hornby  en particulier, mais c’est très rapide, on saute ensuite à  Tchékov  ou Proust ou…, je ne sais plus, tellement d’autres. Il faudrait tout noter et mon côté noteuse maniacorituelle frémissait d’impatience mais inutile : trop c’est trop ! C'est intéressant en soi mais  l'intrigue elle-même a tendance à se traîner en  cours de route!

Trop d’informations sur mon sujet préféré pourtant : les livres -  mais pas assez d’émotions ! Je n’ai pas vibré à leur histoire , pas un seul moment et ça pour moi, c’est vraiment dommage !
J’aurais dû aimer, j’ai été assommée !

Seules concessions à cette manie de la prise de notes :

Federico : Toi et la Morgan, vous êtes tout mon univers.


« Je ne lui écris jamais les choses qui me préoccupent. Quand on se retrouve, on expédie vite fait le dossier questions douloureuses et on ferme la porte. On préfère être heureux ».


Emma à Alice :
« Dans un roman, tu serais le narrateur en désaccord avec le personnage. L’auteur qui désapprouve en quelque sorte ».


Alice :
- Ne te cache pas derrière les livres, pas avec moi. C’est simplement que je ne comprends pas l’intérêt de ne se voir qu’une fois par an,   de ne jamais se téléphoner…Il y a de la mise en scène là-dedans. Federico et toi vous me faites penser à cette comédie… Comment ça s’appelait ?...
- « Même heure l’année prochaine » de Bernard Slade.  Ton cher Degas aussi se révoltait contre le téléphone. Il trouvait que c’était un instrument vulgaire  qui permettait à n’importe qui de «  le sonner comme un domestique ».A propos des peintres, tu connais un certain Clairin ?
- - Un portraitiste de la fin du XIXe siècle. Elève de Delacroix et adversaire d’Ingres, un peintre figuratif moins vaniteux que Boldini.
- C’est lui qui a fait découvrir Belle-Île à Sarah Bernhardt.


Cette lecture, je l'ai faite en même temps que  George Sand, Cynthia, Enitram,  Loulou,  Aproposdelivres Miss Alfie


Serai-je la seule à avoir été déçue malgré tout ce qui était fait pour me plaire? 
En ont parlé aussi : Brize, Hathaway, Cryssilda, Cuné, Karine :), Doriane, Solenn, Canel, Restling, Aifelle, Lael, Lewerentz, Cynthia et + sans doute...


L’amour est à la lettre A  de Paola Calvetti
(10/18, 2009, 471 p)
Titre original : Noi due come un romanzo,
 Traduit de l’italien par Françoise Brun

39 commentaires:

  1. Avec l'amour est à la lettre A, je me suis ennuyée.. pas envie d'être assommée maintenant !

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que la faiblesse de ce roman tient dans le personnage de Frederico, on sent qu'il fallait une intrigue interne et en lien avec la librairie mais ça ne fonctionne pas très bien, elle aurait dû s'en tenir à la vie de la librairie. Par contre pour les titres des romans je n'ai pas trouvé que cela faisait liste (et d'ailleurs moi, je les ai tous notés... ;) )

    RépondreSupprimer
  3. Dans ce livre, j'ai adoré la Librairie "Rêves & Sortilèges", c'est vrai que le personnage de Frederico n'est pas toujours crédible et la fin un peu bâclé...
    Au fait, moi aussi je faisais partie de la lecture commune...

    RépondreSupprimer
  4. Déçue, je l'avais été moi aussi, d'ailleurs j'avais laissé le livre en plan au milieu pour l'achever en le parcourant en diagonale.

    RépondreSupprimer
  5. Georgesand, oui le thème de la librairie idéale est intéressant, c'est le côté le plus attachant du roman mais même là j'ai parfois eu l'impression de lire wikipéd**.

    RépondreSupprimer
  6. Aproposdelivres, désolée, je rectifie immédiatementpour le lien!

    RépondreSupprimer
  7. Brize, tu l'as même à demi abandonné? C'est vrai qu'il y a des passages trop longs où on piétine!

    RépondreSupprimer
  8. Je n'en garde pas du tout un bon souvenir, une grosse déception en fait !

    RépondreSupprimer
  9. C'est un roman que j'ai lu très rapidement, je l'avais feuilleté et les citations littéraires m'avaient attirées mais quelle déception, c'est sans consistance aucune et au final très décevant, je n'ai pas fait de billet mais j'ai été étonnée par son succès un peu partout Bizarre

    RépondreSupprimer
  10. http://legoutdeslivres.canalblog.com/archives/2009/05/05/13623613.html Je te mets mon lien. En fait, j'avais aimé tout ce qui concerne la librairie, même si je n'y ai pas cru, mais l'histoire d'amour est vraiment nulle. Rassure-toi, tu n'es pas la seule à ne pas être enthousiaste.

    RépondreSupprimer
  11. Hathaway, dommage ! Mieux maîtrisée et moins bavarde en références,l'histoire d'une telle librairie pouvait me plaire!

    RépondreSupprimer
  12. Dominique, voilà exactement: sans consistance cette histoire!

    RépondreSupprimer
  13. Aifelle, Tu as bien fait de me mettre le lien parce que je ne le trouvais plus! C'est étrange mais j'avais l'impression que ce livre avait été très apprécié!

    RépondreSupprimer
  14. Je l'ai vu chez George et d'après ce que tu en dis, je fais bien de passer mon tour... De toute manière, je n'avais pas apprécié son premier roman et je crois que celui-ci est un peu dans la même veine...

    RépondreSupprimer
  15. Non, tu n'es pas la seule déçue !

    RépondreSupprimer
  16. Moi aussi j'ai un avis mitigé, je vais faire un billet !
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  17. trop en parler... on en attend trop... j'ai toujours peur d'être déçue (ce fut un peu le cas pour "le mec de la tombe d'à côté"), je vais m'abstenir.

    RépondreSupprimer
  18. J'ai détesté ce livre. Pourtant, j'aimais bien le concept de la librairie.

    RépondreSupprimer
  19. Lystig, Dans un sens comme dans l'autre, mieux vaut toujours se faire sa propre opinion. On n'est pas toujours du même avis que ses meilleures amies et tant mieux d'ailleurs!

    RépondreSupprimer
  20. Maribel Détesté? A ce point! Certains passages m'ont bien plu quant à moi même si l'ensemble m'a déçue!

    RépondreSupprimer
  21. J'avais aimé. Mais il est vrai que la rencontre avec l'auteur y avait été pour beaucoup.

    RépondreSupprimer
  22. Déception encore plus cuisante pour moi puisque j'ai fait le choix de ne pas le terminer.
    J'ai essayé de le reprendre hier, ce qui explique le retard de publication de mon billet, mais pas moyen de continuer. Je m'endormais sur place :/
    Si encore l'auteure m'avait donné envie de me plonger dans d'autres livres que le sien mais même pas, elle ne fait que survoler la littérature en laissant une flopée de titres à l'appréciation du lecteur.
    Et Federico arf, celui-là m'a vraiment agacée avec ses cours d'architecture.

    RépondreSupprimer
  23. L'histoire entre Emma et Federico ne m'a pas intéressé un seul instant ! Par contre, j'ai bien aimé toute la réflexion autour de la librairie.

    RépondreSupprimer
  24. Midola, tout comme toi seulement j'ai trouvé l'ensemble trop didactique!

    RépondreSupprimer
  25. Avec ce genre de roman, soit la sauce prend, soit on laisse bien tomber je crois !

    RépondreSupprimer
  26. Je n'avais pas du tout aimé, je te rejoins donc tout à fait !

    RépondreSupprimer
  27. Un roman qui ne m'a jamais intéressé.

    RépondreSupprimer
  28. J'ai été bien déçue aussi. Énervée à la fois par Federico et par Emma (qui dénigre beaucoup de choses... pour imiter quelques minutes après). Bref, j'ai pas aimé.

    RépondreSupprimer
  29. stephie, c'est sûr qu'une rencontre avec l'auteur doit être un moment privilégié!

    RépondreSupprimer
  30. Maggie, son premier roman aussi t'a déçue?

    RépondreSupprimer
  31. Enitram, j'irai lire ton billet!

    RépondreSupprimer
  32. Cynthia, je suis bien d'accord avec toi sur toute la ligne. J'ai ajouté ton lien!

    RépondreSupprimer
  33. Midola, c'est le seul aspect sympa que j'ai trouvé aussi dans ce roman!

    RépondreSupprimer
  34. Miss Alfie, hélas pour moi, ça n'a pas pris!:(

    RépondreSupprimer
  35. Restling, nous sommes plus nombreux que je ne le pensais à ne pas l'avoir aimé!

    RépondreSupprimer
  36. Karine:) eh oui, les personnages sont déconcertants!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.