mardi 28 septembre 2010

Les vies extraordinaires d’Eugène de Isabelle Monnin , Rentrée littéraire 2010, Premier roman

Je n’ai pas envie de m’attarder sur ce livre acheté,  pour son titre uniquement,  un jour de fringale dépensière au C*lt*ra voisin. La quatrième de couverture est très sobre pour une fois et ne dévoile aucunement le sujet du récit : elle n’a fait que m’égarer dans le roman que je commençais de toutes pièces à me créer rien qu’à partir du titre :  " Les vies imaginaires ne sont pas les moins raisonnables "
C’était avant que Clara et George n’en parlent dans leurs beaux billets.

En résumé, il s’agit de la vie du narrateur pendant un an alors qu’il  imagine celle qu’aurait pu mener son fils,  le petit Eugène, né  grand prématuré et qui vient de mourir à l’hôpital,  d’une maladie nosocomiale, six jours après sa naissance. Sa femme ne parle plus et lui s’entraîne pour le marathon de New York. Il commence par interroger l' infirmière qui s'est  occupée de son enfant puis il ira voir ceux qui auraient dû devenir ses compagnons de crèche et l’année s’écoule, chaotique et douloureuse,  jusqu’au premier anniversaire quand  la mère écrit une longue lettre à son fils..

C’est sûrement un très beau livre mais qui m’a rendue si triste que je ne sais pas, je n’ai pas très envie d’en parler.  C’était une lecture trop douloureuse!  J'aurais peut-être mieux fait de m'arrêter avant la fin comme le narrateur dans ce passage de la page 47:
"J'ai dressé la liste des ouvrages à lire sur le deuil, et plus spécifiquement le deuil d'un enfant. Le libraire de la rue Sainte-Boubou m'a conseillé Joan Didion, L'Année de la pensée magique,  j'adore ce titre, et aussi Philippe de Camille Laurens et Tom est mort, de Marie Darrieusecq. J'ai tout acheté, pas tout lu encore. Déprimant. Tom est mort:  le récit dix ans après de la mort d'un enfant de quatre ans. Je me suis arrêté à la moitié environ, à la description de l'habit choisi par la narratrice pour enterrer son fils. Trop éprouvant. Eugène était-il habillé dans son cercueil? Je n'en sais même rien."  


En parlent aussi: Valérie, aujourd'hui même et pourtant  on n'avait pas prévu de lecture commune!
Calypso,  RestlingStephie, Keisha  + Clara et George citées plus haut.
 Les vies extraordinaires d’Eugène de Isabelle Monnin , Rentrée littéraire 2010, Premier roman
(JC Lattès,2010232 p) 

42 commentaires:

  1. Comme toi, je ne suis pas sûre de pouvoir lire jusqu'au bout un livre sur la mort d'un enfant!!!!

    RépondreSupprimer
  2. Je vois ce livre sur de nombreux blogs ces jours-ci. Je ne sais toujours pas si je vais me lancer...

    RépondreSupprimer
  3. Il est clair que ce n'est pas un livre facile à lire.

    RépondreSupprimer
  4. Tu n'as pas aussi découvert de l'humour (même désespéré) dans ce roman?

    RépondreSupprimer
  5. Chrys, c'était une lecture éprouvante!

    RépondreSupprimer
  6. Hathaway, certaines ont aimé cette lecture et je reconnais que c'est un beau livre mais il n'est pas fait pour moi!

    RépondreSupprimer
  7. Keisha, L'humour est parfois là mais je n'y ai pas été sensible du tout!

    RépondreSupprimer
  8. C'est un très beau passage que tu cites ici... j'ai lu le roman de Camille Laurens, "Philippe", il est effroyable, à vif, il n'y a pas le recul de Monnin, et je l'ai ressenti de façon plus violente... tu as malgré tout lu celui-ci, et ta lecture révèle une fois de plus la difficulté du sujet...

    RépondreSupprimer
  9. je l'ai noté. Je le prendrai à la bibli quand il y sera.

    RépondreSupprimer
  10. Je ne lirai pas ce livre malgré tout le bien qui en a été dit, j'ai déjà assez de titres tristounets dans ma PAL...

    RépondreSupprimer
  11. Pas facile d'en parler, j'ai eu du mal aussi à écrire mon billet. Je vois que tu as été plus sensible à la tristesse qui se dégage de ce roman qu'à l'émotion, finalement pour toi, la lecture a été plus éprouvante que belle non ?

    RépondreSupprimer
  12. Avec du recul, je me rends compte que cette auteure a su apporter de l'humour sur un sujet difficile.
    Peut-être qu'un jour je le terminerai..

    RépondreSupprimer
  13. Oui Clara, le pire est au début je trouve.
    Merci pour le lien ajouté à la dernière minute, je mettrai le tien dans mon billet quand canalblog acceptera que je me connecte chez eux. Incroyable cette LC qui n'en est pas une!

    RépondreSupprimer
  14. Ce n'est pas un sujet pour moi, je passe, quelque soient les avis.

    RépondreSupprimer
  15. J'entends beaucoup parler de ce livre et il paraît que le lire jusqu'au bout est difficile car éprouvant. Cela dit peut être que des personnes ayant subi ce drame trouverons une aide dans cet ouvrage.

    RépondreSupprimer
  16. Ca semble terriblement éprouvant mais je reste quand même intéressée à le lire... j'aime me faire du mal, on dirait!

    RépondreSupprimer
  17. Je vais le lire bientôt, Calypso en a fait un livre voyageur. J'ai peur aussi que le sujet soit un peu "violent" pour moi, on verra...

    RépondreSupprimer
  18. Ce sujet est trop triste, pas pour moi!!
    Je fais bien de passer chez toi, j'avais l'intention d'acheter ce roman, ce que tu en dis me suffit largement...
    Bisous et très belle soirée avec une lecture un peu plus lègère!

    RépondreSupprimer
  19. George, je vais éviter ces livres-là désormais! Maintenant je sais qu'ils ne sont pas pour moi!

    RépondreSupprimer
  20. choupynette,c'est une bonne solution!

    RépondreSupprimer
  21. cynthia, je suis de cet avis aussi! Je lis pour me divertir pas pour m'affliger!

    RépondreSupprimer
  22. Restling, éprouvante, c'est le mot, à quelques mois d'une naissance dans la famille!

    RépondreSupprimer
  23. clara, J'ai été incapable d'apprécier l'humour pourtant bien présent!

    RépondreSupprimer
  24. valérie, le hasard est parfois bien étrange! Le plus dur est en effet au début quand il fait parler le corps médical.

    RépondreSupprimer
  25. Aifelle, Voilà, j'aurais connu le thème à l'avance, je ne l'aurais pas choisi non plus!

    RépondreSupprimer
  26. dimitri, je ne sais pas, je ne suis pas très objective sur un tel sujet!

    RépondreSupprimer
  27. Karine, mais au moins tu es prévenue! :)

    RépondreSupprimer
  28. Irrégulière, en effet tu verras bien! Difficile de prévoir dans ce cas!

    RépondreSupprimer
  29. Kenza, oui,je demande aussi des lectures plus légères ou moins proches, même de loin.

    RépondreSupprimer
  30. Un très beau livre mais , en effet, très difficile. Je comprends qu'on ne puisse pas aller au bout.

    RépondreSupprimer
  31. Je dois avouer que ce roman ne m'attire pas du tout;

    RépondreSupprimer
  32. Je remercie Calypso d'en avoir fait un livre voyageur... J'en ai commencé la lecture, je ne sais déjà pas comment je vais en parler...

    RépondreSupprimer
  33. En voilà un autre de la rentrée qui me fait envie! Je vais patienter un peu et j'espère que je tiendrai le coup! Je suis un peu inquiète là!

    RépondreSupprimer
  34. il n'est pas fait pour moi celui-ci...

    RépondreSupprimer
  35. Isa, il est probable que je pourrai le relire plus facilement lorsque la naissance (que nous attendons avec tant d'impatience après cinq années d'attente) aura eu lieu!

    RépondreSupprimer
  36. Manu, le sujet est terrible mais le récit est impeccable!

    RépondreSupprimer
  37. Noukette, Difficile en effet de parler d'un livre pour certains sujets trop proches de nous ou seulement trop sensibles!

    RépondreSupprimer
  38. chiffonnette, aie confiance. C'est un beau livre! Je l'ai seulement lu au mauvais moment! C'est là que je constate l'intérêt, malgré tout de la quatrième de couverture! Si j'avais su le sujet, je n'aurais pas acheté ce livre!

    RépondreSupprimer
  39. violette,il vaut mieux être averti et savoir le thème principal d'un roman!

    RépondreSupprimer
  40. Oh mince, je n'ai pas trouvé cette lecture éprouvante car la tristesse est joliement mêlée d'humour tendre.

    RépondreSupprimer
  41. Pimprenelle, c'est juste mais parfois l'humour ne suffit pas!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.