dimanche 9 août 2009

Dans le clair petit bar de Valéry Larbaud



Dans le cadre du « Dimanche poétique » de Celsmoon, je propose à mon tour un poème de voyage, de ce grand voyageur qu’était Valéry Larbaud (1881-1957)

Dans le clair petit bar aux meubles bien cirés,
Nous avons longuement bu des boissons anglaises
C’était intime et chaud sous les rideaux tirés.
Dehors, le vent de mer faisait trembler les chaises.

On eût dit un fumoir de navire ou de train :
J’avais le cœur serré comme quand on voyage ;
J’étais tout attendri, j’étais doux et lointain ;
J’étais comme un enfant plein d’angoisse et très sage.

Cependant tout était calme autour de nous !
Des gens, prés du comptoir, faisaient des confidences.
Oh ! Comme on est petit, comme on est à genoux,
Certains soirs, vous sentant si prés, ô flots immenses !
Valéry Larbaud
« Morte-saison »
Le poème du dimanche de Edelwe

6 commentaires:

  1. Une belle découverte pour moi ! Je ne connaissais pas ! Vive la poésie !

    RépondreSupprimer
  2. Celsmoon, quelle rapidité! Oui, vive la poésie!

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour lien! quel magnifique poème! j'en ai les larmes aux yeux.

    RépondreSupprimer
  4. Edelwe, j'aime qui aime mes poèmes favoris! :)

    RépondreSupprimer
  5. Je ne connaissais pas, c'est un très beau poème.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.