jeudi 1 mars 2012

Lady Susan, Jane Austen

Toute blogueuse littéraire,  ou presque,  a lu,  lit ou  lira ce court récit épistolaire de  Jane Austen, la bien aimée.   
Qui ne le connaissait pas encore?  Moi, mais  je rattrape mon retard grâce au Blogoclub qui me l’a vivement suggéré malgré mon envie de relire «Les liaisons dangereuses». Tant mieux! C’était une lecture des plus  agréables.
Lady Susan, je l’ai sentie comme très moderne. Je crois qu’elle aurait adoré vivre en ce moment.
 Elle ferait une  parfaite cougar.  N’est-elle pas  veuve, spirituelle, jolie, séduisante et séductrice, coquette, parfaitement immorale, égoïste, sans cœur, pas maternelle pour un sou,  dénuée de  scrupules, vaniteuse mais surtout hypocrite et menteuse. Une femme effrontée et  dangereuse en somme qui ne craint rien ni personne si ce n’est le qu’en dira-t-on  parce que, pour son malheur, elle vit au mauvais moment dans un   mauvais endroit, l’Angleterre des années 1800 où il est préférable de se montrer une personne respectable plutôt qu 'une femme libre. 
Respectable, sincère, malheureuse, tendre, jolie dans le genre émouvant/attendrissant, voilà , à l'opposé, le portrait de sa fille Frederica d'où viendra son désappointement dans  la mésaventure racontée dans ces échanges de lettres entre elle et son amie Alicia qui lui ressemble. (on ne peut quand même pas parler de malheur ici!) 
Son but, c'est de se remarier à un homme riche car elle est sans un sou. Elle poursuit plusieurs lièvres  à la fois, jeunes de préférence, des bons partis uniquement. Elle chasse où elle peut, fût-il comme son amant actuel, le mari d'une de ses amies qui l'a accueillie  chez elle à son veuvage. 
Sa stratégie? S'introduire dans une bonne famille, séduire qui peut l'être et tant pis si les femmes ne sont pas dupes,  du moment que l'homme qu'elle a choisi tombe dans ses filets. 
Sincère, elle ne l'est que dans ses lettres à son amie Alicia, Mme Johnson. Ce sont les plus intéressantes. Grâce à elles on apprend ses véritables désirs et on devine l'avancée des pièces sur l'échiquier du grand jeu qu'elle a mis en place. 
Les autres lettres sont celles de la rumeur, celles  qui colportent les nouvelles la concernant,  celles écrites par son entourage,  des lettres de mères, de sœurs, de parents apeurés qui se mettent en garde mutuellement contre cette intrigante. Parfois les hommes courtisés ouvrent les yeux puis les referment très vite, si empressés d'être rassurés par ses manigances.
C'est que lady Susan a l'âme stratégique. De nos jours, elle ferait une excellente chef d'entreprise! Elle prévoit loin. Elle aime diriger d'une main de fer dans un gant de velours. 
Je ne l'aime pas mais qu'importe, c'est elle qui a fait tout le sel de ma lecture. Sans elle, ce petit roman serait insipide. 
Jane Austen dont c'est la première œuvre écrite vers 18 ans, s'est-elle lassée de son personnage? Toujours est-il que la fin tourne court.  
Que pourrait être  devenue Lady Susan? 

Lady Susan, Jane Austen, traduit de l’anglais par Pierre Goubert (Folio 2€) Extrait des Œuvres romanesques complètes,  I (Bibliothèque de la Pléiade)
Pour voir les autres contributions, il faut aller au  Blogoclub du 1er marschez Sylire et Lisa. + Challenge de Cynthia.

50 commentaires:

  1. Oui, la fin tourne court comme tu le dis. peut-être un peu trop académique, trop résumée ? Mais comme cette garce de Lady Susan est bien cernée !
    J'aime beaucoup ton allusion aux femmes cougar, c'est tout à fait ça ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle devait être bien intéressante cette Jane Austen: A dix-huit ans elle avait déjà tout compris! :)

      Supprimer
  2. PS : il entre dans le challenge 2 euros ;)

    RépondreSupprimer
  3. Je ne le connais pas encore, je me le réserverai pour un court trajet en train ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça convient tout à fait! Tu oublieras tout le monde autour de toi.

      Supprimer
  4. Je fais partie des blogueuses littéraires qui le liront...sur mes étagères depuis un moment par goût du récit épistolaire. Aifelle a raison, je devrai le glisser dans mon sac pour un court trajet !
    ( " cougar " ... tu me rends curieuse -)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une cougar bitch, si ça peut se dire?! Une garce quoi!

      Supprimer
  5. Une couguar chez jane austen? trop moderne, cette jane, je le savais...^_^
    Bon, Les liaisons dangereuses, ah oui ah oui... je n'ai pas eu le temps de relire, pas de blogoclub pour moi cette fois

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'empêche, l'auteur a laissé tomber son héroïne à la fin.

      Supprimer
  6. Je pense que si elle vivait maintenant, lady susan ferait partie du cercle fermé des "bitchs" non ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est amusant de transposer cette impétueuse Lady dans notre 21ème siècle. Elle aurait plu à notre président!

      Supprimer
    2. @ hélène, Ça lui conviendrait bien: une vraie peste. Mieux vaudrait ne pas être son amie, sauf à lui ressembler! :)

      Supprimer
    3. @Fransoaz, Sans doute! Une femme dangereuse, ambitieuse et sûre d'elle, une vraie manipulatrice séductrice.

      Supprimer
  7. j'ai beaucoup aimé ce petit roman inicsif et méchant à souhait, c'est pas bien pour un écrivain censé être une douce jeune femme !!
    En fait je l'ai écouté en livre audio : très réussi, les comédiens sont parfaits

    RépondreSupprimer
  8. Oh je l'oubliais, ce petit livre, acheté l'an dernier et disparu sous une pile branlante ... grâce à toi je vais le repêcher et le lire enfin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. P.S. Si tu aimes les jeux, je te propose un petit questionnaire :
      http://doudou.gheerbrant.com/?p=17812
      On répond aux questions et on en invente onze autres.
      juste si tu as le temps !

      Supprimer
    2. Ces petits livres, ils sont si minces qu'on les oublie trop facilement. Je l'avais aussi depuis longtemps et j'ai eu du mal à le retrouver.

      Supprimer
    3. J'ai oublié de te répondre pour le jeu. Je l'ai déjà fait une première fois mais si les questions sont différentes, je veux bien le refaire. Je vais aller voir! :)

      Supprimer
  9. J'ai bien aimé le personnage de Lady Susan. Court, soit mais bon, ça m'a tout de même bien plu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le récit tourne autour d"elle en fait. Le titre est parfait.

      Supprimer
  10. Encore un bel avis sur ce livre, qui me donne très envie de le découvrir ! Mais... même si Lady Susan est très moderne, je ne l'inscris pas dans le défi Voisins voisines parce que ce défi concerne la littérature contemporaine. J'espère que tu ne seras pas trop déçue ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, je ne savais qu'il y avait ces limites mais je le conçois parfaitement maintenant que tu me le signales.

      Supprimer
  11. J'avais beaucoup apprécié ma lecture, au final très original par rapport au reste de l'oeuvre de Jane Austen. Ca détonne. Après, ce n'est pas son meilleur. Mais ça n'empêche de passer un excellent moment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui! C'est une belle lecture! Il ne faudrait surtout pas s'en priver!

      Supprimer
  12. il est dans ma PAL ! Il faut que je le lise !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout qu'il se lit vraiment très vite! C'est une lecture facile et agréable, un bon moment de détente.

      Supprimer
  13. Un personnage intemporel, oui !!!!

    RépondreSupprimer
  14. J'interviens ici pour un rappel important: RIEN ne peut éloigner d'une lecture/relecture des "Liaisons dangereuses"!

    RépondreSupprimer
  15. @ Voyelle et Consonne, si tu reviens : message reçu!!!^_^

    RépondreSupprimer
  16. Une parfaite cougar, tu as raison. L'auteure était en avance sur son temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est aussi l'éternelle image de la femme tentatrice et pécheresse qui attire et repousse!

      Supprimer
  17. A la différence de lady Susan, les cougars sont suffisamment indépendantes pour ne pas chercher de mari riche... ;-) mais tu as raison, c'est aussi l’époque qui veut cela car de nos jours les femmes existent par elles mêmes, sans nul besoin d’être mariées. ce qui n’était pas le cas à l'époque...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu "Lady Susan" pour ce blogoclub car je l'avais déjà chroniqué sur mon blog. J'en garde un très bon souvenir et j'avais beaucoup apprécié la méchanceté de Lady Susan qui me faisait un peu pensé à Mme de Merteuil.

      Supprimer
  18. Ah marrant, la fin ne m'a pas dérangée ... Il fallait bien le terminer un moment ou un autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai mais peut-être de façon moins abrupte.

      Supprimer
  19. Je n'ai pas été séduite par cette Lady Susan.

    RépondreSupprimer
  20. 18 ans.... c'est impressionnant tout de m^eme ! quel talent...

    RépondreSupprimer
  21. Dommage que les autres personnages n'aient pas été aussi bien développés que Lady Susan; je les ai trouvés un peu caricaturaux... Je me suis tout de même amusée à cette lecture, que je considère plus comme une curiosité que comme un chef d'oeuvre, toutefois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les autres personnages sont un peu des clichés, seule Lady Susan est vraiment fignolée.

      Supprimer
  22. Voici la seule incursion dans le monde d'Austen. J'avais adoré et m'étais promis d'approfondir. Mais il y a trop de tentations pour moi dans la littérature contemporaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison! Combien de fois je fais cette remarque pour moi-même aussi.

      Supprimer
  23. Tiens, je n'avais pas imaginé Lady Susan en cougar... mais, peut-être, si ce n'est qu'elle ne s'intéresse pas qu'à la jeunesse, un portefeuille bien garni fait également son affaire... ;-)
    Pour ma part, Lady Susan ne m'a pas complètement convaincue mais j'ai passé un bon moment de lecture tout de même. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est tout à fait prête à épouser un homme riche même âgé mais elle n'aime que les jeunes et ne craint pas l'infidélité, bien au contraire.

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.