dimanche 17 octobre 2010

"Ils ont les yeux fatigués" de Armando Ribeiro


Ils ont les yeux fatigués
Leurs sourires sont si lointains
Leur cœur est si blessé
On dit mort de chagrin


Ils transportent leur différence
Comme d’autres un cercueil
Ils se foutent de ce qu’on pense
Leur tendresse est en deuil
Mensonges et préjugés
Les ont pointés du doigt
Ils seront à jamais blessés
Comme des oiseaux sans joie


Ici, un harcèlement mensonge
Plus loin une blessure en feu
Leur nuit le jour se prolonge
La discrimination n’est pas un jeu


Et ils écoutent des gens parler
Comme prières sans conviction
Parfois les mots peuvent tuer
C’est trop tard pour le pardon
Et loin de tous ces « je pense »
Dont très vite on se lasse
Ils vivent dans leur silence
Se foutant du temps qui passe


On dit qu’ils sont bizarres
Et quand on organise des sorties
On les met encore à l’écart
Puisqu’ils dérangent nos vies

Armando Ribeiro  Du bleu dans les nuages.
Tableau de Vittorio Matteo Corcos ( Vu  chez Lali)

21 commentaires:

  1. magnifique poème que je ne connaissais pas ! le tableau est parfait aussi !!! merci !

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connaissais pas non plus, ni le poème, ni l'auteur. Joie du jour... découvrir. Merci et que ton dimanche soit doux.

    RépondreSupprimer
  3. Enfin je peux laisser un commentaire! Ce matin j'ai essayé, impossible! la semaine dernière aussi mais en vain. Et puis d'un seul coup ça marche!

    Un poème plein de sensibilité sur la discrimination, le racisme, le rejet de l'autre, de ce qui est étranger. J'aime beaucoup la gravité de ces vers : ils ont les yeux fatigués.. parfois les mots peuvent tuer..

    RépondreSupprimer
  4. Elles est très touchante cette poésie...

    Oui des mots peuvent tuer!

    RépondreSupprimer
  5. J'aime beaucoup ce poème. Bon dimanche. :-)

    RépondreSupprimer
  6. Je ne connaissais pas non plus ! Très beau et douloureux à la fois, et un beau lien avec le tableau. Merci, Mango, et bonne soirée !

    RépondreSupprimer
  7. George, oui, c'est un beau poème! Dès que je l'ai lu il m'a plu!

    RépondreSupprimer
  8. ötli, Armando, l'auteur du poème est aussi un très bon photographe!

    RépondreSupprimer
  9. claudialucia, merci d'avoir insisté mais je suis désolée de cette lenteur. J'espère que ce ne sera que momentané!
    Tu as raison: c'est un poème d'une grande sensibilité!

    RépondreSupprimer
  10. Chrys: Certains mots font plus mal que les coups parfois!

    RépondreSupprimer
  11. Anne, contente que mon choix t'ait plu!

    RépondreSupprimer
  12. Comme il est beau ce poème. Tellement vrai. Grâce à toi je viens de faire 2 belles découvertes : Ribeiro et Matteo Corcos. Ce tableau est absolument magnifique. Dire que je ne connaissais pas ce peintre !

    RépondreSupprimer
  13. Comme il me touche ce poème ! Merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer
  14. Une fois de plus, je fais une jolie découverte chez toi ! Merci.

    RépondreSupprimer
  15. J'adore ce tableau et je trouve qu'il colle bien avec ce beau poème ! Merci Mango et bonne semaine !

    RépondreSupprimer
  16. dimitri, moi non plus,d'ailleurs. Je l'ai découvert à cette occasion! Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  17. bookworm, découverte pour moi aussi!

    RépondreSupprimer
  18. Hathaway, Bonne semaine à toi aussi!

    RépondreSupprimer
  19. J'avoue un heureux sentiment teinté de surprise et de reconnaissance de la place accordé à mes mots et des réactions exprimées par les uns et les autres, qui me touchent énormément.

    A Mango, un remerciement tout particulier pour l'honneur de m'avoir accueillit dans son jardin et puis a vous tous, sans exception, mes sincères remerciements.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.