vendredi 16 septembre 2011

Rouge majeur de Denis Labayle. Le peintre Nicolas de Staël au cœur d'un roman

Rouge est le dernier tableau de Nicolas de Staël, celui qu’il n’a pas terminé quand il s’est défenestré à Antibes où était son atelier, le 16 mars 1955.
Ce tableau, c’est «Le Concert». Onze jours avant son suicide, le peintre avait été bouleversé par la musique d’Anton Webern,  au théâtre Marigny, à Paris. Il n’avait alors eu de cesse de tenter de  reproduire sur sa très grande toile l’émotion artistique qui l’avait envahi.
C’est à partir de ces faits réels que le roman de Denis Labayle est organisé.
Il imagine que huit ans après son débarquement en Normandie, un jeune journaliste américain retourne en France avec l’espoir d’y retrouver une femme qu’il a aimée pendant la guerre. En réalité il est envoyé par son journal auprès du peintre devenu célèbre pour connaître l’influence des femmes sur son œuvre.

Les deux hommes se rencontrent au concert, sympathisent et vont vivre ensemble dans l’atelier du peintre les dix derniers jours de sa vie. Ils ne se comprennent pas, ne s’aiment pas vraiment et ne sont ensemble que par intérêt, nécessité et curiosité pour l’un et par peur de la solitude pour l’autre.
L’Américain retrouve la femme qu’il aime et qui quittera tout pour lui. Entre temps il vole un tableau du peintre qui, lui, à l’inverse,  perd à la fois son inspiration, croit-il,  et plus sûrement encore sa maîtresse dont il est fou, celle du «Grand nu bleu», le modèle pour qui il a abandonné femme et enfants. Il est dans une solitude totale, avec ses seuls tableaux, ses souvenirs d’enfance traumatisants et son insatisfaction chronique quant à son talent. Son dernier geste demeure une énorme interrogation face à une œuvre inachevée. Il avait 41ans.

J’ai aimé tout ce qui évoque la réalité du peintre, les allusions à sa vie, à ses tableaux, à ses amours, bref, j’aspire à une biographie. L’enrobage du roman m’a beaucoup moins convaincue.


"L'artiste doit répudier la toile terminée le plus tôt possible, afin qu'elle ne serve pas de modèle à la suivante. Ma peinture se situe comme ma vie, dans un espace étroit entre l'ordre et le chaos. Je fuis le stable, le simple, toujours trompeur. Il y a quelque chose de mort dans le parfait défini. L'art doit être recherche, aventure, instabilité. Une toile réussie est une toile sui bouscule l'esprit jusqu'au vertige. Sans vertige, pas de génie. Comment pourrais-je atteindre le hasard en m'entourant de certitudes?  Chez moi, tout est déchirure. J'aime le chaos ordonné."
"Plus la toile est grande, plus le regard la transperce. Et moi, je n'ai de réels élans qu'en grand format." (lettre à Jacques Dubourg, 26 novembre 1954)


Les couleurs 
"Velasquez utilisait  vingt-sept noirs différents... Et moi, des gris, j'en ai dénombré près de cent.
Le bleu, c'est une aspiration  vers l'inconnu. J'ai toujours aimé cette apparition de l'infini sur terre. Quand tu fixes un ciel bleu, tu vois la réalité abstraite en mouvement. Mais pour cette nouvelle toile, je cherche autre chose. Le rouge me fascine autant qu'il m'inquiète. Je l'ai longtemps tenu à l'écart ou utilisé par touches, avec parcimonie. Mais depuis quelque temps, cette couleur m'envahit. Pour Le Concert, le rouge s'impose comme une évidence. J'ai rendez-vous avec lui et je crois que je vais m'y rendre."
"Je dois peindre les notes d'une nouvelle symphonie et je ne suis pas sûr de cet effet figuratif. Plus l'orchestre prend forme, plus j'hésite. Ces instruments m'emprisonnent. Je dois les dépasser, mais jusqu'où aller pour les rendre à la fois visibles  et parfaitement audibles.... Je marche comme un funambule sur le fil des émotions."

Mon précédent billet sur Nicolas de Staël
Rouge majeur de Denis Labayle (Editions Dialogues, mai 2011, 215 pages
Tableaux: "Le grand nu bleu", "Le Concert"

26 commentaires:

  1. merci j'adore cepeintre je l'ai copié pour lire dans mes transports
    je te ferai un petit billet plus tard belle journée à toi lectrice merveilleuse

    RépondreSupprimer
  2. Connaissez-vous la touchante correspondance publiée aux éd. des Busclats, de Nicolas de Staël et René Char?

    RépondreSupprimer
  3. je l'ai aussi, il faudrait que je trouve le temps de le lire !

    RépondreSupprimer
  4. Un très joli billet sur un peintre que j'aime beaucoup.
    J'ai aimé lire sa bio. Le livre que tu présentes pourrait être très complémentaire.

    RépondreSupprimer
  5. Je préfère m'en tenir à sa biographie.

    RépondreSupprimer
  6. je vais acheter ce live: j'aime ce peintre

    RépondreSupprimer
  7. Ce roman me rappelle celui d'Emile Zola: "L'oeuvre" que j'ai lu il y'a quelques années et dont l'histoire m'a beaucoup émue (j'ai lu deux fois le roman). Le peintre Claude Lantier, principal personnage qui finit par se suicider, car gagné par le desespoir, de n'avoir pas pu achever son tableau auquel il tenait tant( sa grande oeuvre), comme il le voulait.

    RépondreSupprimer
  8. Oui pour de Staël mais ce que tu dis du roman n'est pas très encourageant...

    RépondreSupprimer
  9. merci de ton billet et je viens de cliquer sur ton premier sur lui
    merci
    beaucoup tu nous le réscucites
    ce peintre me manque chaque jour
    je t'embrasse
    merci encore

    RépondreSupprimer
  10. Je ne suis pas particulièrement sensible à cette peinture mais justement, peut-être que c'est l'occasion de découvrir mieux un peintre et l'apprécier... En tout cas, un sujet qui m'intéresse et que je note notamment aprce que l'extrait sur les couleurs m'a plu.

    RépondreSupprimer
  11. Pas vraiment mon genre de romans, je préfère passe. Bon week-end Mango !

    RépondreSupprimer
  12. Frankie Pain, Ce peintre est un de mes préférés. Il avait tant à donner encore mais l'angoisse chez lui a été la plus forte. Un artiste vit rarement paisiblement!

    RépondreSupprimer
  13. Léon, Je connais son existence mais je ne l'ai pas lu. J'aimerais bien d'ailleurs. Je vais y songer.

    RépondreSupprimer
  14. Alba, j'étais sûre que tu aimais aussi ce peintre.

    RépondreSupprimer
  15. Les Livres de George, Je l'ai lu relativement vite. Je ralentissais dans les chapitres consacrés uniquement au peintre.

    RépondreSupprimer
  16. dimitri, Je dois absolument lire sa correspondance maintenant et sa biographie complète.

    RépondreSupprimer
  17. Aifelle, tu as raison et à sa correspondance aussi peut-être dont on vante les qualités littéraires.

    RépondreSupprimer
  18. christine, tout comme moi alors, je l'adore!

    RépondreSupprimer
  19. bizak, oui, ""L'œuvre" est un des plus beaux romans de Zola . Il me semble me rappeler qu'il s'est beaucoup inspiré de son ami Cézanne pour peindre Claude Lantier, son peintre. N'est-ce pas ce qui a créé un moment leur rupture?

    RépondreSupprimer
  20. Voyelle et Consonne, très juste mais je suis la seule. Les autres lecteurs-blogueurs ont aimé l'ensemble du roman.

    RépondreSupprimer
  21. maggie, Sans parler de sa peinture elle-même, la vie de cet homme et sa personnalité, ses lettres, ses amitiés, ses questionnements, tout chez lui est très attachant.

    RépondreSupprimer
  22. Manu, bon week end à toi aussi!

    RépondreSupprimer
  23. J'ai aimé aussi ce livre, y compris l'enrobage, car j'ai trouvé que cela rendait plus vivant la biographie.

    RépondreSupprimer
  24. j'ai dans ma bibli la correspondance (une petite partie) de Nicolas de Staël et j'ai eu la chance d'admirer ses oeuvre à Martigny il y a quelques années
    ce livre est tout droit allé rejoindre ma liste d'achats potentiels merci à toi

    RépondreSupprimer
  25. Voilà un livre dans mes cordes!
    Je note!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.