mardi 5 octobre 2010

Le dîner de Babette de Karen Blixen

Dans une  petite ville de Norvège,  deux sœurs âgées et  puritaines, filles de pasteur luthérien, toutes dévouées à leur petite secte,  ont recueilli en 1871  une bonne à tout faire française nommée Babette. Belles et courtisées dans leur jeunesse, elles ont suivi les conseils paternels et se sont réservées  pour un idéal d’amour céleste 
 Au bout de douze ans, Babette qui s’était bien adaptée à cette communauté, gagna une grosse somme à la loterie et au lieu d’en profiter pour elle-même, elle décida d’offrir un repas de douze couverts pour le centième anniversaire du défunt pasteur. Elle consacra tout son argent pour faire venir des produits de France par bateau dont une énorme tortue qui effraya tant les futurs convives qu’ils décidèrent de manger de tous les plats mais en restant muets à leur sujet.
 Ils tinrent parole, avalèrent et burent tout ce qui leur était offert, se montrèrent heureux et se laissèrent  même aller  à des confidences et à de tendres gestes d’amour à la fin du repas mais seul, un ancien amoureux d’une des sœurs,  devenu  général ayant beaucoup voyagé, reconnut les mets et se rappela avoir dégusté les mêmes au Café Anglais de Paris, célèbre pour la jeune cuisinière qui y officiait avant  les événements de la Commune.
Les invités partis, Babette, fatiguée mais heureuse, confia à ses patronnes son désir de rester chez elles. Elle avait enfin atteint son but, celui de se sentir une grande artiste,  celui de pouvoir se surpasser et d’accomplir enfin son chef d’œuvre.
 C’est une très belle histoire mais pour une fois j’ai préféré le film qui développe davantage la préparation du repas et le dîner lui-même quand la nouvelle est avant tout écrite pour la conclusion, l'affirmation de ce besoin vital chez  tout artiste de tendre vers l’excellence, coûte que coûte.
Menu du dîner dans le livre : soupe de tortue,  Blinis Demidoff, au caviar, cailles en sarcophage,  fruits :raisins, pêches, figues fraîches - Vins : Xérès Amontillado, Veuve Cliquot 1860, 
Le dîner de Babette de Karen Blixen 
(Gallimard, nouvelles , 1961, 259 p dont 48 pour le dîner de Babette) 
Traduit du danois par Marthe Metzger. Titre original : Babettes Gaestebud Le festin de Babette Un film de Gabriel Axel avec Stephane Audran)

21 commentaires:

  1. Merci beaucoup pour cette critique. Je le lirai prochainement!!!!

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas lu le livre mais j'ai vu le film que j'ai beaucoup aimé moi aussi.
    Y.

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai vu que le film (mais ai lu Une ferme en Afrique et vu Out of Africa..), mais quel film! Excellentissime!

    RépondreSupprimer
  4. Merci de ce rappel, j'avais pris plaisir à lire le roman et adoré le film!
    Bisous et très belle journée

    RépondreSupprimer
  5. je n'ai pas vu le film dont on a dit beaucoup de bien la livre ma plairait bien

    RépondreSupprimer
  6. j'ai lu le livre et pas vu le film. (ce qui est plutôt rare, en général, c'est le contraire!) J'avais bien aimé. mon billet si tu veux y jeter un coup d'oeil ;) : http://ya-dla-joie.over-blog.com/article-30672627.html

    RépondreSupprimer
  7. Tout à fait d'accord : le film (l'adaptation) est plus fort que le texte (l'original). Et Stéphane Audran admirable. Karen Blixen excelle davantage dans ses nouvelles, notamment "Ombres sur la prairie". Elle est trop souvent réduite -ou associée- à un seul roman, certes magistral, "La ferme africaine". Voir ses "Contes gothiques" notamment...

    RépondreSupprimer
  8. j'avais beaucoup aimé le film aussi... je n'ai pas lu la nouvelle de Blixen !!

    RépondreSupprimer
  9. Je ne connaissais pas, mais ça a l'air intéressant, en effet !

    RépondreSupprimer
  10. Babettes Fest...
    que de souvenirs...
    lu en VF, mais film vu un paquet de fois en VO... un pur régal !

    (ps : pour demain, je vais à la bourre pour la BD, pas fini la série...)

    RépondreSupprimer
  11. Comme toi j'ai préférée le film à la nouvelle qui m'a paru un peu sèche bien que j'aime beaucoup le style de Karen Blixen :-)

    RépondreSupprimer
  12. Pas vu le film et je n'ai pas accroché au livre malheureusement!!!

    RépondreSupprimer
  13. Comme toi , j'ai lu le livre et vu le film. Mais j'avoue ne pas avoir eu de préférence même si j'ai trouvé le film excellent. Tu es la première à faire un billet sur ce livre dans le challenge et donc à lui donner vie une fois encore. Je t'en remercie. J'espère que d'autres, en te lisant auront envie de lire ce beau texte.

    RépondreSupprimer
  14. Tu as peut-être préféré le film, en tout cas moi tu m'as donné envie de lire ce livre que je ne connaissais pas ;-)

    RépondreSupprimer
  15. La soupe à la tortue ??? On mange réellement ça en France ?

    RépondreSupprimer
  16. J'ai eu un coup de coeur en voyant le film il y a quelques années d'autant que j'adore Stéphane Audran! De Blixen j'ai lu "La ferme africaine" mais rien de plus... pour le moment!

    RépondreSupprimer
  17. les auteurs du nord ont décidément le vent en poupe!
    en tous cas, tu me mets l'eau à la bouche!

    RépondreSupprimer
  18. J'ai adoré cette nouvelle ! Et la chute est terrible ...

    RépondreSupprimer
  19. Ca me donne envie de le lire pour le challenge. Merci !

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.