dimanche 6 mars 2011

Poésie et philatélie. Timbre ce mois-ci à l'effigie de Tristan Corbière.

Rondel, 


Il fait noir, enfant, voleur d'étincelles!
Il n'est plus de nuits, il n'est plus de jours;
Dors... en attendant venir toutes celles
Qui disaient: Jamais! Qui disaient: Toujours!


Entends-tu leurs pas?... Ils ne sont pas lourds:
Oh! les pieds légers! - l'Amour a des ailes...
Il fait noir, enfant, voleur d'étincelles!


Entends-tu leurs voix?... Les caveaux sont sourds.
Dors: il pèse peu, ton faix d'immortelles;
Ils ne viendront pas, tes amis les ours,
Jeter leur pavé sur tes demoiselles...
Il fait noir, enfant, voleur d'étincelles!


Tristan Corbière.  (Morlaix: 1845/1875)  Le poète,   Le  timbre 

11 commentaires:

  1. Voleur d'étincelles ! Voici ce que j'aimerais être ;)
    Je suis timbré ;) pardon, philatéliste... aussi ce timbre sera bientôt dans mon album et je repenserai aux vers que tu y as associés.

    Un tag "littéraire" ou artistique t'attend chez moi. Bien entendu, tu es libre de ne pas le faire...

    RépondreSupprimer
  2. Tristan Corbière a ce pouvoir d' émouvoir en suggérant par quelques images simples et fortes au milieu des silences entrecoupés par la rupture du vers,tout son drame d' enfant complexé par la maladie,le poème que tu as choisi délaisse son autodérision naturelle pour ne garder que cette sublime mélancolie qui le caractérise.

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cette info : j'aime bien corbière et sa poésie sombre et humoristique. Je pense l'acheter !

    RépondreSupprimer
  4. Comme il est beau ce texte.
    Je ne connais pas Tristan Corbière. Il va falloir que je comble cette lacune.

    RépondreSupprimer
  5. ötli, Il le méritait bien son timbre, ce pauvre poète oublié et maudit!

    RépondreSupprimer
  6. orfeenix, Corbière a souffert toute sa courte vie. Ce poème est un des moins amers qu'il ait écrit!

    RépondreSupprimer
  7. maggie, Il est mort si jeune! Il n'aura écrit qu'un seul recueil!

    RépondreSupprimer
  8. dimitri, il est assez peu connu en effet et sans Verlaine il serait resté encore plus confidentiel!

    RépondreSupprimer
  9. Parce que je lis en ce moment "Les hommes sirènes" de Fabienne Juhel, spécialiste de l'œuvre de ce poète méconnu, et parce que je vis pas très loin de Morlaix je suis enchantée de découvrir ton billet-hommage.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.