dimanche 10 juillet 2011

Les promesses d'un visage de Baudelaire. Pièce condamnée.


J'aime, ô pâle beauté, tes sourcils surbaissés,
    D'où semblent couler des ténèbres;
Tes yeux, quoique très noirs, m'inspirent des pensers
    Qui ne sont pas du tout funèbres.

Tes yeux, qui sont d'accord avec tes noirs cheveux,
    Avec ta crinière élastique,
Tes yeux, languissamment, me disent: «Si tu veux,
    Amant de la muse plastique,

Suivre l'espoir qu'en toi nous avons excité,
    Et tous les goûts que tu professes,
Tu pourras constater notre véracité
    Depuis le nombril jusqu'aux fesses;

Tu trouveras au bout de deux beaux seins bien lourds,
    Deux larges médailles de bronze,
Et sous un ventre uni, doux comme du velours,
    Bistré comme la peau d'un bonze,

Une riche toison qui, vraiment, est la soeur
    De cette énorme chevelure,
Souple et frisée, et qui t'égale en épaisseur,
    Nuit sans étoiles, Nuit obscure!»

Les promesses d'un visage de Baudelaire, 1857, "Les Épaves", Galanteries. Ce recueil rassemblait tous les poèmes de Baudelaire condamnés par la justice. ( édition 1868)
Delacroix

18 commentaires:

  1. Merci pour cet instant baudelairien en début de dimanche! :-)

    RépondreSupprimer
  2. Je ne sais pas me passer de Baudelaire, que veux-tu. Je lui reviens régulièrement.

    RépondreSupprimer
  3. J'imagine le choc à l'époque ! J'aime beaucoup la peinture de Nicolas de Staël que tu as mis en bannière.

    RépondreSupprimer
  4. Aaaaahhhhh, Baudelaire, quelle merveille !

    RépondreSupprimer
  5. Il y a un peu de changement sur ton blog. Nicolas de Staël, quel homme talentueux.
    Baudelaire, je pioche souvent dans la bibliothèque pour le retrouver.

    RépondreSupprimer
  6. Tout en beauté ... et une nouvelle bannière, bel esthétique.
    Après la poésie, j'ai envie d'une " invitation au voyage " sur mes pages aujourd'hui -)

    RépondreSupprimer
  7. Lire et relire Baudelaire, on ne s'en lasse pas ! Bon dimanche Mango :-)

    RépondreSupprimer
  8. Aifelle, A l'époque, c'était scandaleux.

    RépondreSupprimer
  9. Irrégulière, Difficile de faire mieux.

    RépondreSupprimer
  10. dimitri cette bannière me rappelle la Sicile.

    RépondreSupprimer
  11. emmyne, envie d'ailleurs. C'est le moment.

    RépondreSupprimer
  12. Oh la new bannière ! J'aime bien :D

    RépondreSupprimer
  13. On avait la condamnation facile, à croire qu être amoureux ou célébrer la beauté du corps était hors la loi...

    RépondreSupprimer
  14. Margotte, C'est plus fort que moi, je le relis régulièrement.

    RépondreSupprimer
  15. orfeenix, La pudibonderie et l'hypocrisie l'emportaient alors.

    RépondreSupprimer
  16. ce texte est une découverte Quel poète ce Baudelaire !!

    RépondreSupprimer
  17. Si vous souhaitez vous immerger dans l'oeuvre de Baudelaire, vous pouvez consulter l'édition de 1857 annotée par le poète sur: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86108314/f21.image.langFR) Ce document est évidemment en mode image, mais on peut trouver sur Gallica des livres numérisés en mode texte (et des estampes, des photographies, des partitions). Pour en savoir plus sur Gallica, vous pouvez vous rendre sur http://cequecachangepourvous.modernisation.gouv.fr/bnf-gallica.htm.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.