vendredi 17 décembre 2010

Effroyables jardins de Michel Quint

Le narrateur, un haut fonctionnaire européen de la commission des finances, se trouve dans un TGV qui le conduit de Bruxelles à Bordeaux pour assister au procès Papon. Celui-ci a été condamné le 2 avril 1998 à une peine de dix ans de réclusion criminelle pour crime contre l’humanité. 
«Certains témoins mentionnent  qu’aux derniers jours du procès, la police a empêché un clown,  fort mal maquillé, un auguste,  de s’introduire dans la salle d’audience du palais de justice…Plus tard l’homme est revenu régulièrement sans son déguisement assister à la fin des audiences et aux plaidoiries. …Le 6 juin 42, Pétain et son gouvernement  ont interdit aux juifs d’exercer la profession de comédien».
Le narrateur,  dont on ne connaîtra jamais le nom,  déclare n’être ni juif ni comédien mais détester les clowns de toutes ses forces depuis que son père, un instituteur très estimé, négligeait sa famille et ses enfants pour aller faire le clown gratuitement partout où on le demandait. Il en avait honte tant il le trouvait ridicule. 
Un jour cependant son oncle  entreprit de lui raconter la vie de son père pendant l’occupation allemande lorsque ensemble ils accomplissaient des actes de sabotage et se sont retrouvés pris en otages dans une sorte de puits gardé par un drôle de soldat ennemi qui les faisait rire même aux pires moments.  Plusieurs fois ils subirent l’horreur d’un semblant de mise à mort jusqu’au jour où quelqu’un mentit en se dénonçant comme le coupable de ce dont on les accusait.
Ce passage est magnifique! Un pan de son histoire familiale se dévoile alors. C’est très fort et très surprenant. 

Ce livre de seulement une soixantaine de pages m’a beaucoup plu par son originalité sur un sujet pourtant souvent traité. J’ai pris plaisir à sa lecture peut-être un peu trop rapide cependant ! 
Ce n’est pas tout à fait un coup de cœur mais presque.

Un film tiré  de ce récit a été réalisé par Jean Becker en 2003, avec Jacques Villeret; André Dussolier, Thierry Lhermitte, Benoît Magimel, Suzanne Flon
Manu l’a bien aimé également 
Claudialucia a aimé la pièce vue au Festival d'Avignon 2010
Un CD est disponible avec André Dussolier comme lecteur.
Effroyables jardins de Michel Quint (Editions Joelle Losfeld, 2000, 63 p)

25 commentaires:

  1. J'ai beaucoup aimé ce livre, et le film également !

    RépondreSupprimer
  2. un petit livre qui m'avait beaucoup plu à sa sortie et comme tu le dis un peu court mais très bon
    La voix de Dussolier fait merveilles ( je te le recommande aussi dans Eugénie Grandet)
    par contre j'avais été très peu séduite par le film malgré de bons acteurs

    RépondreSupprimer
  3. J'avais été très touchée par ce petit roman. Je ne suis pas allée voir le film de peur d'être trop déçue.

    RépondreSupprimer
  4. Je vais encore faire mon mauvais caractère, mais je trouve le film très mauvais, un ramassis de bons sentiments et de gros sabots bien de chez nous : beurk. J'ai par compte apprécié la sobriété du livre.

    RépondreSupprimer
  5. Je suis justement en train de le lire !

    RépondreSupprimer
  6. Griotte, je ne m'attendais pas à ce que ce soit si intéressant vu la brièveté du livre!

    RépondreSupprimer
  7. Chrys, c'était une belle surprise pour moi!

    RépondreSupprimer
  8. Dominique, en tout cas,c'est un beau succès avec un film à la suite, un CD et maintenant des DVD sûrement!

    RépondreSupprimer
  9. Aifelle, je ne sais pas si j'ai vraiment envie de voir le film, peut-être pas, comme toi!

    RépondreSupprimer
  10. Irrégulière, Dire qu'il y a seulement quelques jours, je n'en avais pas encore entendu parler. Il sort de la bibliothèque!

    RépondreSupprimer
  11. Ys, bien alors comme ça , c'est décidé: je m'en tiendrai au livre!

    RépondreSupprimer
  12. bookophiles, j'irai voir ce que tu en auras pensé!

    RépondreSupprimer
  13. J'ai vu le film avec des comédiens que j'adore :-) et Dussolier en tête !
    Je devrais lire le livre encore un de plus :-)
    Bises Mango !

    RépondreSupprimer
  14. Indéniablement, le livre est vite lu... J'en garde un excellent souvenir. Je l'ai même conseillé à mes élèves.

    RépondreSupprimer
  15. Je n'avais pas du tout accroché avec ce récit alors que cette période historique m'a toujours très intéressée.

    RépondreSupprimer
  16. Didi, je me demande quelles sont les scènes qui ont été privilégiées dans le film et celles qui ont peut-être été passées sous silence!

    RépondreSupprimer
  17. Moka, en effet, je le crois tout à fait adapté aux élèves, eux dont le premier réflexe est de compter les pages! :)

    RépondreSupprimer
  18. Fleur, Le début m'a laissée indifférente mais ensuite le récit de l'oncle a réussi à me surprendre et par conséquent à m'intéresser! Aimer ou pas une histoire aussi courte tient finalement à peu de choses!

    RépondreSupprimer
  19. je n'ai pas lu le roman, mais j'ai beaucoup aimé le film qui était très émouvant

    RépondreSupprimer
  20. Oh le roman lu par Dussolier, ça doit être superbe !
    Le film m'a aussi beaucoup plu !

    RépondreSupprimer
  21. J'avais beaucoup aimé le livre et son adaptation ciné aussi. La voix de Dussolier doit y apporter beaucoup, j'imagine.

    RépondreSupprimer
  22. IL m'avait beauocup touchée, ce livre. Je ne savais pas (ou ne me souvenais plus) qu'il y avait une adaptation ciné, par contre.

    RépondreSupprimer
  23. J'aime beaucoup Michel Quint, un auteur du Nord ! Je te conseille "L'espoir d'aimer en chemin" et "Aimer à peine". J'ai bien aimé "Max" aussi, une "relecture" des dernières semaines de Jean Moulin à Lyon. Peut-être pas le meilleur, mais le sujet et la ville me plaisent bien.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.