mardi 29 mars 2011

Journal de Jules Renard 1887-1910 ; Premiers jours de printemps, derniers jours de mars


Jules Renard (1864-1910) a tenu son journal très régulièrement  pendant les 22 dernières années de sa vie de 1887 à 1910. Il est mort à 46 ans. 

Il m’est difficile, voire impossible, de  lire ce gros volume au jour le jour, comme s’il s’agissait d’un roman  alors je picore de temps en temps  ici et là et je l’oublie le plus souvent sur son étagère. 
C’est pourquoi, à l’occasion d’un rangement, je l’ ai ressorti pour ne lire que  ses notes anniversaires  des débuts de printemps, écrites chaque  fin du mois de mars. 
En voici quelques-unes..

31 mars  1890
Défiez-vous des sceptiques à outrance : ils sont capables de juger bien sévèrement vos moindres actions 
 30 mars 1891
C’est tout de même drôle  que je ne puisse pas lire  sans bâiller deux pages de Thackeray, dont j’ai l’humour, paraît-il.
1er avril 1891:
Renoncer absolument aux phrases longues,  qu’on devine plutôt qu’on ne les lit.
13 mai 14892
Ne jamais rien faire comme les autres en art ; en morale faire comme tout le monde. 
29 mars 1894
Notre amitié ne pouvait pas durer : nous nous sommes trop vidés l’un l’autre. 
31 mars 1896:
Hier soir, dîner de « La Nouvelle Revue »._ Georges Hugo,le masque et la carrure de son grand-père. Débute dans la littérature aujourd’hui même par les « Récits d’un matelot ». On pourrait remplir un petit volume de toutes les banalités que fera dire ce début.
29 mars 1897 :
Oui, oui ! Elles est si bonne ! Et c’est pour faire croire qu’elle a le cœur sur les lèvres qu’elle se met du rouge.
29 mars 1898 :
Dîner chez Capus ; Décidément, Guitry est un homme à part. Il a une façon discrète de charmer. Il raconte ses histoires en ayant l’air de s’excuser de les raconter encore. 
27 mars 1899 :
A la Gloriette. Les oiseaux semblent coudre les uns aux autres, avec le fil de leur vol,  tous les arbres du bois.
29 mars 1904 :
La Gloriette. Premières fleurs .La primevère des jardins qui s’ouvre en jaune et s’achève en rose. 

Boutons. Des fleurs aux ailes collées. Toute la nature a la rougeole.

La branche : un doigt qui se tend aux oiseaux. 
1er avril 1907 :
Mme Zola veut entrer au Panthéon comme Mme Berthelot. Elle est allée trouver Picquart. Elle a dit : "Emile n’y entrera pas sans moi."
8 avril 1907 :
J’ai une mémoire admirable: j’oublie tout! C’est d’un commode !...C’est comme si le monde se renouvelait pour moi à chaque instant ! »
Jules Renard, Journal (1887-1910), Bouquins, Robert Laffont, 1990, édition présentée et annotée par Henry Bouillier,professeur à la Sorbonne. ,novembre 2000,  (999p. + Index)

20 commentaires:

  1. C'est pour moi aussi le seul moyen de lire un journal d'écrivain ; en picorant de temps à autre. Celui de Jules Renard doit être excellent.

    RépondreSupprimer
  2. Bladelor, Ce n'était pas un tendre et il avait la plume cruelle parfois!

    RépondreSupprimer
  3. Aifelle, Excellent! Il sortait beaucoup et connaissait bien le milieu littéraire et théâtral. C'était un observateur féroce!

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connaissais pas ce journal... Je le note !

    RépondreSupprimer
  5. Ce journal doit être un petit délice.
    Il semble plein de mordant cet auteur.
    J'aime beaucoup ces livres.
    J'adore la dernière phrase sur la mémoire.

    RépondreSupprimer
  6. je vois que nous picorons dans la même mangeoire, impossible de lire au fil des pages mais du butinage c'est super

    RépondreSupprimer
  7. Marine Rose, C'est souvent drôle et inattendu!

    RépondreSupprimer
  8. dimitri, On y trouve des trésors à chaque page!

    RépondreSupprimer
  9. Domique, c'est chaque fois une belle surprise et j'y passe toujours plus de temps que prévu!

    RépondreSupprimer
  10. J'aime bien le style caustique et parfois cynique de cet auteurs... Je ne connais que des extraits mais j'aime beaucoup son point de vue sur l'époque ! En tout cas, il avait le sens des formules !!!!

    RépondreSupprimer
  11. Cet homme d' esprit cachant la sensibilité d' un enfant blessé m' a toujours émue! il était brillant, poil de carotte!

    RépondreSupprimer
  12. maggie,,son journal est très vivant et on y rencontre de nombreux autres écrivains. J'aime beaucoup lire certains passages.

    RépondreSupprimer
  13. orfeenix, oui,il était brillant mais ne croyait pas en son étoile!

    RépondreSupprimer
  14. J'en connais une version en livre à 2 euros faite d'extraits tous plus savoureux les uns que les autres... j'aime beaucoup y piocher aussi !

    RépondreSupprimer
  15. Une bien jolie sélection dis-moi ! Je lirais bien ce journal mais pour bien faire, il faudrait que je connaisse un peu mieux son oeuvre ( je n'ai lu que Poil de carotte il y a très longtemps).

    RépondreSupprimer
  16. La version mini est un bon début pour connaître un auteur. Le Journal permet de mieux connaître l'auteur au quotidien, en famille et dans le milieu littéraire parisien, ce qui me passionne aussi!

    RépondreSupprimer
  17. Cynthia "Poil de Carotte" est un incontournable. Je n'ai pas lu "L'Ecornifleur" mais j'aime beaucoup ses "Histoires naturelles"

    RépondreSupprimer
  18. Bonsoir Mango, quand on voit la photo, on a l'impression que Jules Renard a plus de 50 ans. Je ne savais pas qu'il était mort à 46 ans. En tout cas, les extraits que tu nous donne sont très caustiques et parfois cruels mais quel talent! Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  19. Dasola, sa photo le vieillit. J'ai eu la même impression que toi. En réalité il est mort vraiment jeune!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.