dimanche 4 septembre 2011

J'arrive où je suis étranger, Louis Aragon, peintures de Zao Wou-Ki, dimanche poétique

Rien n'est précaire comme vivre
Rien comme être n'est passager
C'est un peu fondre comme le givre
Et pour le vent être léger
J'arrive où je suis étranger

Un jour tu passes la frontière
D'où viens-tu mais où vas-tu donc
Demain qu'importe et qu'importe hier
Le coeur change avec le chardon
Tout est sans rime ni pardon

Passe ton doigt là sur ta tempe 
Touche l'enfance de tes yeux
Mieux vaut laisser basses les lampes
La nuit plus longtemps nous va mieux
C'est le grand jour qui se fait vieux

Les arbres sont beaux en automne
Mais l'enfant qu'est-il devenu
Je me regarde et je m'étonne
De ce voyageur inconnu
De son visage et ses pieds nus

Peu a peu tu te fais silence
Mais pas assez vite pourtant
Pour ne sentir ta dissemblance
Et sur le toi-même d'antan
Tomber la poussière du temps

C'est long vieillir au bout du compte
Le sable en fuit entre nos doigts
C'est comme une eau froide qui monte
C'est comme une honte qui croît
Un cuir à crier qu'on corroie

C'est long d'être un homme une chose
C'est long de renoncer à tout
Et sens-tu les métamorphoses
Qui se font au-dedans de nous
Lentement plier nos genoux


O mer amère ô mer profonde
Quelle est l'heure de tes marées
Combien faut-il d'années-secondes
A l'homme pour l'homme abjurer
Pourquoi pourquoi ces simagrées

Rien n'est précaire comme vivre
Rien comme être n'est passager
C'est un peu fondre pour le givre
Et pour le vent être léger
J'arrive où je suis étranger

Louis Aragon (1897/1982)
Peintures de Zao Wou-Ki (Pékin 1920 )



27 commentaires:

  1. Zao Wou Ki, un de mes peintres préférés .. et le poème d'Aragon est bien mélancolique.

    RépondreSupprimer
  2. Aifelle, c'est le temps et la période de l'année qui veut ça mais haut les cœurs! :)

    RépondreSupprimer
  3. Peintures et poèmes sont bien assortis. Bon dimanche, Mango !

    RépondreSupprimer
  4. Un de mes poèmes préférés, l'un des premiers choisis pour ces dimanches, " c'est long vieillir au bout du compte ". Les peintures qui accompagnent sont très fines, je découvre.
    Bon dimanche à toi.

    RépondreSupprimer
  5. Passe ton doigt là sur ta tempe
    Touche l'enfance de tes yeux
    Mieux vaut laisser basses les lampes
    La nuit plus longtemps nous va mieux
    C'est le grand jour qui se fait vieux

    j'aime beaucoup cette strophe ! merci pour ce beau poème ! bon dimanche !

    RépondreSupprimer
  6. Tu ne peux pas savoir à quel point ce texte me touche aujourd'hui ! Merci, et merci aussi pour ces tableaux si bien assortis qui me plaisent énormément aussi !

    RépondreSupprimer
  7. "Rien n'est précaire comme vivre
    Rien comme être n'est passager
    C'est un peu fondre comme le givre
    Et pour le vent être léger
    J'arrive où je suis étranger"

    C'est beau, c'est infiniment triste de la sombre réalité de l'homme...

    Les tableaux sont magnifiques

    Merci Mango

    RépondreSupprimer
  8. Kathel, Bon dimanche à toi aussi!

    RépondreSupprimer
  9. emmyne, J'aime aussi beaucoup ce peintre chinois qui vit en France.

    RépondreSupprimer
  10. Les Livres de George, Bon dimanche à toi aussi.

    RépondreSupprimer
  11. Anne, Un beau poème, je trouve, touche toujours beaucoup et j'espère qu'il t'a fait du bien même s'il est très réaliste. Quant au peintre c'est actuellement un de mes préférés.

    RépondreSupprimer
  12. Didi, je suis contente que tu aimes.

    RépondreSupprimer
  13. Aragon, c'est toujours un bonheur de le lire. Les tableaux qui illustrent ce poème sont superbes.

    RépondreSupprimer
  14. dimitri, Aragon m'a toujours plu comme poète , un peu moins comme romancier.

    RépondreSupprimer
  15. le blÖg d'Ötli, J'en suis ravie.

    RépondreSupprimer
  16. Il est frappant de vérité, et je le connais bien, ce poème... et pourtant je le lis et le relis ici avec la même émotion !

    RépondreSupprimer
  17. K'gire, oui, il se relit sans problème.

    RépondreSupprimer
  18. Bénédicte, Des vers que l'on peut facilement retenir.

    RépondreSupprimer
  19. un très beau poème magnifiques illustrations

    RépondreSupprimer
  20. wens, je suis vraiment contente que tu aimes.

    RépondreSupprimer
  21. Ce beau poème typique de Louis Aragon dans son eternel questionnement de la vie, me rappelle une de ses citations:" Il est plus facile de mourir que d'aimer.- C'est pourquoi je me donne le mal de vivre.- Mon amour...

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour, Magnifique poème, l’un des plus beaux. Malheureusement une petite erreur de transcription l’entache : ce n’est pas “comme le givre” mais “pour le givre”.
    De façon à faire sens avec “pour le vent”, avec lequel il forme d’ailleurs un chiasme.
    Et aussi de façon à respecter la métrique, puisque le “e” muet de “comme” ajoute un neuvième pied à cet octosyllabe.
    Aurez-vous le bon goût de corriger ?
    Merci d’avance JLB

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.