lundi 10 mai 2010

Ru de Kim Thuy

Ru, le premier roman de la Canadienne Kim Thuy, née à Saigon, a reçu le grand prix RTL/Lire lors de la soirée d’inauguration du Salon du livre. Ce prix est décerné par un jury hétérogène d’une centaine de personnes, composé de professionnels du livre et de lecteurs.
Si ru en français signifie ruisseau ou écoulement de sang , de larmes ou d'argent, en vietnamien, il veut dire "bercer".  Dans ce livre, "Kim Thuy raconte avec sobriété ses souvenirs du Vietnam, son enfance à Saigon, l’arrivée du communisme et son exil vers le Québec."
J'ai beaucoup aimé ce récit très pudique mais réaliste et cru quand il le faut pour décrire les horreurs de la guerre et de l'exode des "boat people" vietnamiens  au milieu des pirates des mers du sud, dont les images chocs m'ont tellement marquée à la télévision. Elles sont  de celles que je ne peux plus oublier!
Mais le récit est plein d'exemples de vies réussies malgré un départ catastrophique, plein d'énergie optimiste, de reconnaissance pour le pays d'accueil, pour les ancêtres, entièrement tourné vers l'avenir et les enfants qui se sont si bien adaptés au Canada.
C'est un livre d'amour qui fait aimer la vie sous toutes ses formes, mêmes les plus cabossées!
C'est surtout un livre d'un grand écrivain! La plupart des chapitres ont à peine une demi page: j'aurais voulu tout noter, tout retenir tant la  langue est belle!
Que voilà un prix justifié pour une fois!
"Je suis toujours heureuse de déménager, ainsi j'ai l'occasion d'alléger mes biens, de délaisser certains objets afin que ma mémoire puisse devenir réellement sélective, qu'elle puisse se souvenir uniquement des images qui restent lumineuses derrière les paupières fermées... "
Ankya, Mathilde, Choco, Midola en parlent aussi qui m'ont donné envie de lire ce livre, belles photos en prime chez choco.

Ru de kim Thuy
(Liana Levi, 2010, 143p)

45 commentaires:

  1. Tu fais dans l'exotisme en ce moment... Bon encore un roman à découvrir, mais pas de tout suite, j'ai déjà quelques titres prioritaire !

    RépondreSupprimer
  2. Oh, devant un tel billet, je le note en priorité absolue (et sans passer par la case PAL...)

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour le lien ! Je suis ravie que ce livre t'ai touchée toi aussi. J'aime cette façon de décrire un passé difficile sans le condamner par une écriture scandalisée. On peut ainsi le ressentir avec nos propres émotions.

    RépondreSupprimer
  4. Je l'ai déjà noté, je le lirai dès que je pourrai.

    RépondreSupprimer
  5. Feuilleté, bien envie... Mais j'attends qu'il arrive en bibli!

    RépondreSupprimer
  6. Il est dans ma PAL, dédicacé par l'auteure.Un prix qui avait déjà couronné un excellent roman l'an dernier.

    RépondreSupprimer
  7. Deux bloggueuses séduites ? Je le note !!

    RépondreSupprimer
  8. Je suis tentée mais le sujet me fait hésiter.

    RépondreSupprimer
  9. Un livre qu'il faudrait que je lise avant le mois d'août, moment potentiel de ma rencontre avec cette auteure, au Québec, aux Correspondances D'Eastman où elle sera présente ...

    RépondreSupprimer
  10. Sans hésiter je note ce livre qui a tout pour me plaire et dont tu parles avec tant de coeur et d'admiraion !

    RépondreSupprimer
  11. je ne suis pas trop tentée, je préfère la fiction.

    RépondreSupprimer
  12. Ah je suis contente qu'il t'ait plu aussi ! il est plein de poésie...

    RépondreSupprimer
  13. Je l'ai noté récemment, il faut que je regarde si une de mes bibliothèques le possède !

    RépondreSupprimer
  14. un livre que j'ai déjà repéré et que je compte lire:)

    RépondreSupprimer
  15. maggie, pur hasard! Tentation de ma bibliothèque !Bon choix!

    RépondreSupprimer
  16. clara, tu as raison! Désormais je vais suivre de près cette romancière!

    RépondreSupprimer
  17. Ankya, elle se démarque des autres récits de vie à cause de ça! J'aime et j'admire son humanisme et sa philosophie si chaleureuse!

    RépondreSupprimer
  18. Aifelle, je suis presque sûre que tu l'aimeras!

    RépondreSupprimer
  19. Keisha, c'est aussi à la bibli que je l'ai trouvé!

    RépondreSupprimer
  20. valéria, un prix précieux pour ses choix alors! Tu as son livre dédicacé! Quelle chance!

    RépondreSupprimer
  21. constance, il est destiné à plaire à plusieurs, tu verras!

    RépondreSupprimer
  22. Theoma, sujet vécu, histoire terrible vécue par tout un peuple mais avenir radieux pour la nouvelle génération bien intégrée! Récit remarquable!

    RépondreSupprimer
  23. Kikine , tu as de la chance si tu la rencontres! Je suis fan d'elle maintenant Elle se montre très reconnaissante envers les Canadiens et les Québécois pour l'accueil reçu lors des incidents tragiques. J'aime ça!

    RépondreSupprimer
  24. sybilline , je suis certaine qu'il te plaira beaucoup et par ce qu'elle dit et par ses qualités d'écriture!

    RépondreSupprimer
  25. Manu, je pense qu'elle devait d'abord passer par ce stade du récit de vie avant de passer à la fiction!

    RépondreSupprimer
  26. Mathilde, tu l'as lu aussi? Je n'ai pas vu ton billet, je vais y remédier!

    RépondreSupprimer
  27. Kathel, sans doute que oui! Il était sur la table des nouveautés de la mienne!

    RépondreSupprimer
  28. esmeraldae, je lirai ton billet avec curiosité!

    RépondreSupprimer
  29. Je suis ravie de te voir convaincue par ce texte si beau ! J'espère que c'était grace à moi ;)
    Comme tu le sais, j'avais beaucoup aimé et j'aimerais qu'on parle plus de ce futur grand auteur !

    RépondreSupprimer
  30. choco, bien sûr que c'est chez toi que j'ai découvert ce livre! Tu as bien fait de me le rappeler!

    RépondreSupprimer
  31. J'avais déjà bien aimé « Soleil fané » de Tuyêt-Nga Nguyên donc je voudrais lire aussi « Ru » de Kim Thuy.

    RépondreSupprimer
  32. Je n'en étais plus sure mais peu importe : il faut découvrir cet auteur !! :))

    RépondreSupprimer
  33. catherine, décidément: elles sont très douées ces jeunes femmes vietnamiennes!

    RépondreSupprimer
  34. choco, je vais la suivre de très prés maintenant! je ne la lâche plus!

    RépondreSupprimer
  35. je viens de l'acheter, lecture à suivre

    RépondreSupprimer
  36. Dominique, je lirai ton billet avec intérêt mais je ne doute pas du résultat!

    RépondreSupprimer
  37. J'ai beaucoup aimé ce roman moi aussi. Plein de poésie, de nostalgie et remarquablement bien écrit.

    RépondreSupprimer
  38. Midola, je viens de lire ton billet que j'ajoute en lien, bien sûr!

    RépondreSupprimer
  39. Je me dis que comme il est tout court, il ne compterait presque pas...

    RépondreSupprimer
  40. C'est le meilleur vendeur de ma librairie depuis un moment... et pour ça, je ne l'ai pas lu (je suis étrange, parfois!)... mais j'avoue que je vais peut-être changer d'idée!

    RépondreSupprimer
  41. Edelwe, très bref et avec une belle photo!

    RépondreSupprimer
  42. Karine:), s'il se vent bien, c'est mérité cette fois, je trouve!

    RépondreSupprimer
  43. Il faudra 30 ans pour que cette jeune femme d’origine vietnamienne raconte. Elle avait dix ans quand tout lui est arrivé: la partition de son pays en deux communautés ennemies, la guerre, les camps de rééducation, les boat people, les camps de réfugiés, l’exode, et enfin l’accueil inconditionnel au Canada. Que ne pouvons-nous pas nous laisser inspirer de cette réussite d’intégration de peuples immigrés au Canada! Cela tient peut-être à ce qu’ils sont les maîtres de la pédagogie et qu’ils sont généreux de nature et que le combat contre la sévérité de la nature, donne de l’humilité et de la solidarité!
    Kim Thuy se penche sur les pages éparses de son passé répandu sur la plage, retrouve quelques bribes et fragments, et fabrique patiemment un livre beau comme un vitrail où se jouent la lumière et les couleurs de l’espoir. Point d’hostilité alors que les épreuves ont été une vraie descente aux enfers. Point de recherche de culpabilité, rien qu’une dignité sereine et louable, presque aristocratique, un amour de la vie inconditionnel. La peur est muselée. La poésie et l’humour lui redonnent maintenant une nouvelle harmonie. Une nouvelle vie grâce à l’écriture sensuelle, à côté de ce rêve américain réussi mais de béton, qui n’est pas elle. Le souvenir de ses attaches asiatiques ne la caractérisent qu’à traits grossiers. Ce qui la fait, c’est sa langue d’adoption, un merveilleux français qui nous berce et nous bouleverse, dans lequel elle pense, elle aime, elle ressent. Derrière les yeux bridés, il y a les yeux de l’âme. Grâce aux efforts de chacun dans sa famille elle a conservé le sens de la cohésion, elle n’a pas sombré dans l’aliénation et a eu, à tout moment, la capacité de rebondir en préservant son mystère intime d’humanité… et celle de pouvoir savourer les moindres moments de bonheur. On ressort de ce livre, plein de respect, baigné d’espoir, baigné du bonheur d’avoir vaincu le mal dans l’homme… car elle décline à tous les modes le verbe aimer, et le chante sur tous les tons, comme si le français devenait une langue tonale!
    Dans ce premier roman elle trouve des phrases, qui semblent l’effet d’une grâce… C’est un livre-bijou merveilleux.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.