dimanche 3 janvier 2010

Extraits de La Divine Comédie de Dante Alighieri

Dans son livre « Si c’est un homme »,  lu hier en lecture commune,  Primo Levi, déporté à Auschwitz, se sent descendu dans les Enfers comme Dante qu'il connaît presque par cœur. Il  fait sans cesse référence au chef d’œuvre poétique de  la langue italienne :  La divine Comédie de Dante Alighieri (Florence, 1265 – Ravenne, 1321),  long poème écrit en vers de 1307 jusqu’à sa mort .
Ce poème est considéré comme l’une des plus belles œuvres de la littérature mondiale. C’est aussi le premier grand texte en italien.
Dante était alors en exil, chassé de Florence, sa ville natale,  pour des raisons politiques.
Texte classique par excellence dont tout Italien cultivé connaît de larges extraits par cœur.  Enseigné dans tous les lycées, il est à la base des études littéraires italiennes. Voici deux passages très célèbres : les deux premières strophes  et l’entrée des Enfers, suivies de leur traduction.

Nel mezzo del cammin di nostra vita
Mi ritrovai per una selva oscura,
Chè la diritta via era smarrita.


Ah! quanto a dir qual era è cosa dura
Esta selva,  selvaggia e aspra e forte,
Che nel pensier rinnova la paura !


Au milieu de la course de notre vie,                                              
je perdis le véritable chemin, 
et je m'égarai dans une forêt obscure :

Ah ! Il serait trop pénible de dire combien cette forêt,
dont le souvenir renouvelle ma crainte,
était âpre, touffue et sauvage.

Dans le chant Troisième, avec Virgile, son guide, ils arrivent à la porte des Enfers où ils voient,  écrits en grosses lettres.:

Per me si va nella città dolente, 
Per me si va nell’eterno dolore, 
Per me si va tra la perduta gente.


Dinanzi a me non fur cose create,
Se non eterne, ed io eterno duro,
Lasciate ogni speranza, voi ch’entrate.

Par moi l’on va dans la cité dolente,
Par moi l’on va dans l’éternelle douleur, 
Par moi l’on va parmi la gent perdue.


Avant moi il ne fut rien créé
Sinon d’éternel, et moi je dure éternellement.
Vous qui entrez, laissez toute espérance

 La divine Comédie de Dante Alighieri
Dante par  Sandro Botticelli et par  Giotto.
La  barque de Dante par Delacroix: Dante et Virgile sont conduits par Caron sur le fleuve des Enfers entre les damnés.

25 commentaires:

  1. Une belle idée que ce poème !! En bilingue, un plus grand bonheur encore :)

    RépondreSupprimer
  2. Un des trésors de la poésie, une bien belle idée pour ce premier dimanche de l'année

    RépondreSupprimer
  3. Il est quelque part dans ma PAL ce grand classique. Je me le réserve pour mes vieux jours ..

    RépondreSupprimer
  4. Superbe billet!Merci ...un bel écho au livre de Primo Levi refermé hier.

    RépondreSupprimer
  5. J'aime cette langue si chantante!

    Pour entrer dans la nouvelle année, au contraire, n'abandonnons pas tout espoir!

    RépondreSupprimer
  6. Un choix très approprié après le livre de Primo Levi ; je n'ai lu que des extraits (surtout de L'Enfer) que j'ai trouvés très beaux. J'aimerais bien lire aussi la Vita Nova !

    RépondreSupprimer
  7. Une découverte pour moi... Comme presque tous les dimanches... Merci Mango!!

    RépondreSupprimer
  8. Celsmoon, C'est la lecture de Levi qui m'en a donné l'idée!

    RépondreSupprimer
  9. Je n'ai pas encore lu Primo Levi, et Dante non plus... mais ça viendra !

    Je te souhaite une très heureuse année avec beaucoup de joies, de lectures, de rencontres, d'échanges, et la réussite dans tous tes projets !

    RépondreSupprimer
  10. Dominique, un auteur qui m'écrase, trop grand pour moi! Trop d'interprétations possibles et de références derrière chaque vers, chaque mot, mais mon cher et tendre qui le connaît presque par cœur ne peut réciter ces vers sans une grande émotion!

    RépondreSupprimer
  11. Aifelle, pour ma part et malgré ma bonne volonté je ne connais à peu près bien que l'Enfer! Le Purgatoire et le Paradis me restent encore à découvrir!

    RépondreSupprimer
  12. mirontaine, oui, tu vois, les lectures s'appellent les unes les autres! Quand je pense poésie, je ne pense pas particulièrement à Dante et pourtant, quelle influence il a pu avoir!

    RépondreSupprimer
  13. esmeraldae, dur, dur quand même! :)

    RépondreSupprimer
  14. dominique, vu comme ça, c'est sûr, l'espoir est là! :)

    RépondreSupprimer
  15. rose, la Vita Nova est un très grand livre aussi, plus facile à lire, à mon avis, car moins allégorique!

    RépondreSupprimer
  16. C'est absolument hallucinant: j'ai failli, suite aussi à la lecture de Primo Levi, choisir un extrait de La Divine Comédie de Dante!!!!
    Merci, mille et une fois, pour cette lecture qui me parcours de frisson à chaque fois!

    RépondreSupprimer
  17. Liliba, merci! Je t'en souhaite tout autant!

    RépondreSupprimer
  18. Katell, les grands esprits se rencontrent, que veux-tu! :))

    RépondreSupprimer
  19. J'avoue, je n'ai lu que des extraits.. par contre j'adore les illustrations et les interprétations iconographiques qui en sont tirées comme la fameuse Barque de Dante de Delacroix !

    RépondreSupprimer
  20. Gio, je n'y pensais plus à ce tableau! Il est pourtant magnifique! La barque de Dante avec Virgile quand ils traversent le fleuve au milieu des damnés...brr! Merci Gio de me l'avoir rappelé!

    RépondreSupprimer
  21. Iluze a lu et commenté ce livre pour "J'aime les classiques": http://iluze.over-blog.com/article-dante-alighieri-la-divine-comedie-tome-1-l-enfer-41818687.html

    RépondreSupprimer
  22. come mi piace questo poéme da Dante Aligheri mille grazie ! Je découvre votre blog et je me réjouis ....merci

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.