jeudi 12 janvier 2012

La folle du logis de Rosa Montero.

Ce livre a été lu dans le cadre des 12 d’YsJanvier doit débuter par la lecture d’un auteur espagnol contemporain. J’ai choisi Rosa Montero, romancière et journaliste espagnole très populaire. Ses livres, en particulier La Folle du logis, sont des best-sellers.
Si je reçois à temps le livre que j’ai commandé: La fille du cannibale, je le présenterai les jours prochains pour respecter l’engagement pris avec Hélène de faire une lecture commune de ce roman avec elle. 

La Folle du logis, que j’ai pris tout d’abord  pour un roman, est en réalité un essai sur le métier d’écrire.  Tout  romancier professionnel,  depuis Henry James jusqu’à Vargas Llosa en passant par Stephen King, Montserrat Roig ou Vila Matas, éprouve ce désir urgent et impérieux d’écrire sur l’écriture.  C’est  chez lui comme une sorte de manie obsessionnelle 
Pour Rosa Montero, la fiction est l’art primordial des humains et nous inventons nos souvenirs,  nous nous mentons, nous nous leurrons, nous déformons le passé. C’est ainsi que  les souvenirs de l’histoire commune d’une famille sont totalement différents pour chacun des enfants. 

Mais d’où vient ce plaisir à inventer des histoires si ce n’est pour se sentir éternel? C’est aussi toujours contre la mort  que l’on écrit.

Rosa Montero s’interroge ici sur «La folle du logis»,  cette imagination, force et fragilité à la fois de tout  romancier. Elle passe  en revue ce qui a fait la grandeur et la décadence de quelques auteurs de fiction parmi les plus grands. C’est  Zola qui refuse de signer le manifeste de soutien à Oscar Wilde et qui, trois ans après, prend  la défense de Dreyfus. C’est Goethe qui arrête le récit  de sa vie au moment précis où il accepte l’offre de Weimar. C’est Truman Capote  qui « s’effiloche» avec le succès de son reportage romancé: «De sang froid». C’est enfin  Melville qui sombre dans la violence après le mauvais accueil fait à «Moby Dick» . Ce chapitre fait partie de mes préférés. 

Elle évoque aussi ses créations et la part de mystère et d’incontrôlable qui n’échappe à aucune d’entre elles comme la présence constante et le plus souvent inconsciente des personnages de nains ou de naines récurrents dans tous ses livres.  «Il ne faut pas trop grandir. Qui sait, c’est peut-être la raison de mon attirance pour les nains.»
Pourquoi,  à l’approche de la cinquantaine, tant d’écrivains éprouvent-ils cette anorexie créatrice si semblable à une maladie qui les empêche d’écrire ?   C’est que le vieillissement entraîne la perte progressive de nos capacités créatrices, une ankylose de notre imagination, une terrible indigestion de la réalité et la mort définitive de l’enfant qui est en nous. Le roman devient abstrait, désincarné et sans valeur avec la perte des "données circonstancielles", c’est-à-dire des détails précis concernant le lieu, l’heure, les personnages, les gestes, la mise en scène proprement dite. 

Ce livre, je ne l’ai plus quitté une fois  commencé mais je l’ai hérissé de post-in  au point  de m’y perdre en le reprenant pour écrire ce billet. Trop, c’est trop!  Il est si riche en belles citations, les  réflexions y sont si justes que je ne sais plus où donner de la tête et le résumer me semble une entreprise impossible. Les citations sont si nombreuses et si bien choisies dans les billets des blogueuses qui m’ont précédée que je vais m’abstenir d’en écrire davantage. 
Ont présenté ce livre aussi: Keisha, Dominique, Tania, Colo, Clarabel, 
La folle du logis de Rosa Montero.  Traduit de l’espagnol par Bertille Hausberg (Métailié, 2004, 204p.)

20 commentaires:

  1. Incroyable ! on a fait une LC sans le savoir ! Je crois que ce livre nous a fait à toutes les deux une très forte impression. Mon passage préféré est la comparaison entre l'écriture d'un roman et l'apparition d'une baleine... Du coup j'ai hâte de lire ses romans.

    RépondreSupprimer
  2. Très tentant, je le note sans tarder !

    RépondreSupprimer
  3. je partage totalement ton plaisir et ton enthousiasme

    RépondreSupprimer
  4. Un des meilleurs livres que j'aie lus en 2011, carrément, à lire absolument si on aime lire!

    RépondreSupprimer
  5. Une lecture indispensable si je comprends bien ..

    RépondreSupprimer
  6. J'imagine tout à fait : c'est le livre à citations par excellence ! Très tentée par cette auteur bien sûr, je crois que je vais commencer par un roman, mais je prends note de celui-là.

    RépondreSupprimer
  7. nathalie, c'est une belle rencontre! Ce passage avec la baleine m'a beaucoup plu aussi. Nul doute que je vais continuer à découvrir cette romancière.

    RépondreSupprimer
  8. Dominique,une belle surprise et un beau coup de cœur!

    RépondreSupprimer
  9. keisha, ça ne m'étonne pas que tu l'aimes autant. C'est un livre à conseiller à toutes les blogueuses lectrices et aux blogueurs, bien sûr.

    RépondreSupprimer
  10. Aifelle,oui et une lecture plaisir aussi, car ce n'est pas ennuyeux un seul instant.

    RépondreSupprimer
  11. Ys, un très bel essai, vraiment, sur notre loisir favori.

    RépondreSupprimer
  12. Je ne suis pas fan de ce genre d'essai mais j'ai La fille du cannibale dans ma PAL.

    RépondreSupprimer
  13. Oh, mais c'est bien tentant cela, comme tout livre qui évoque l'écriture ou le rapport à l'écriture. Je note !

    RépondreSupprimer
  14. Déjà noté !!!! j'ai très envie de le lire !

    RépondreSupprimer
  15. Manu, Je lis de très bonnes critiques sur "La fille du cannibale" mais celui-ci est différent et très réussi aussi.

    RépondreSupprimer
  16. Géraldine,je t'assure, ce livre est passionnant!

    RépondreSupprimer
  17. De Rosa Montero, j'ai tenté Le territoire des barbares et n'ai pas été très emballée... Je referais un essai avec un autre titre !

    RépondreSupprimer
  18. Kathel, Celui-ci, qui est un essai, tu l'aimerais,j'en suis sûre!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.