dimanche 22 janvier 2012

Un artiste dans le Nord de Tomas Tranströmer

Moi, Edvard Grieg,  je me déplaçais comme un homme libre parmi les hommes.
Je plaisantais assidûment, lisais les gazettes, voyageais et m’en allais.
Je dirigeais l’orchestre.
L’auditoire avec ses lampes vibrant au triomphe comme le ferry au moment d’accoster.

Je suis remonté jusqu’ici pour ferrailler avec le silence.
Mon ouvroir est étroit.
Le piano à queue y est aussi serré que l’hirondelle sous la tuile du toit.

Les belles falaises droites se taisent le plus souvent.
Nul passage
Sinon une trappe qui parfois est ouverte
et une curieuse lumière filtrant tout droit des trolls.

Simplifier !

Et les coups de masse de la montagne sont
sont
sont
sont entrés dans notre chambre une nuit au printemps
grimés en coups de cœur.

Un an avant ma mort, j’enverrai quatre psaumes à la recherche de Dieu.
Mais cela commence ici.
Un chant sur ce qui nous est proche.

Ce qui nous est proche.

Champ de bataille intérieur
où nous les Os des Morts
nous battons pour parvenir à vivre.

Un Artiste dans le Nord de Tomas Tranströmer (Prix Nobel de Poésie 2011)
(Traduit du suédois et préfacé par Jacques Outin)
Accords et traces, 1966.
Baltiques, œuvres complètes 1954-2004 
Poésie /Gallimard, 2011,  378p. (Photo Paris-Match)

18 commentaires:

  1. Réponses
    1. Dommage qu'on ne pourra jamais le connaître qu'en traduction, si belle soit-elle!

      Supprimer
  2. Une découverte pour éclairer mon après-midi de dimanche à l'intérieur ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'espère que ton dimanche a été agréable! Bon lundi désormais.

      Supprimer
  3. Un très beau poème, qui pour moi aussi est une découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce Prix Nobel n'est pas encore très connu ici.

      Supprimer
  4. C'est superbe ! Quelle nostalgie, que c'est difficile d'être un artiste, mais comme la vie est plus forte que tout... c'est ce que j'ai modestement compris... La dernière strophe est tellement "vécue" (la photo est parlante...)

    RépondreSupprimer
  5. Anne, Il y a de très beaux textes dans ce recueil mais souvent trop longs pour moi.

    RépondreSupprimer
  6. La poésie, comme le théâtre, sont deux genres littéraires que je pratique trop peu à mon goût... Un beau choix ! Bonne semaine Mango

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut bien faire des choix, vu les s emplois du temps si chargés parfois! Bonne semaine aussi Margotte!

      Supprimer
  7. J'aime les "belles falaises droite se taisent le plus souvent". J'aime le rythme de ce poème. J'aime le mystère qui se cache derrière ces mots.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les bilingues franco suédois s'accordent à trouver la traduction excellente. Tant mieux pour nous qui pouvons ressentir un peu du charme de ces vers et c'est vrai que l'image des falaises muettes est belle et très suggestive. Bonne journée Rébecca. .

      Supprimer
  8. j'ai emprunté un recueil en bibliothèque mais j'ai eu un peu de mal, une poésie qui ne m'a pas vraiment "parlé" mais parfois il faut du temps avec un poète et c'est bien d'attirer l'attention sur son oeuvre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas toujours simple pour moi non plus d'apprécier un poète d'aujourd'hui,surtout lorsqu'il s'agit d'un étranger.

      Supprimer
  9. J'ai "Baltiques" dans ma pal, mais je ne l'ai toujours pas commencé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De très beaux moments certainement mais je n'arrive pas à tout apprécier sans le rythme et la musique des mots pour m'enchanter au-delà du sens lui-même!

      Supprimer
  10. Voilà une très jolie découverte! C'est tellement rare pour moi de lire de la poésie actuelle...merci pour ce partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment parce qu'il a obtenu le Prix Nobel que je l'ai découvert parce que sinon je n'en avais jamais entendu parler.

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.