dimanche 29 janvier 2012

Quel joli petit tableau de Dorothy Parker

C'est avec délice que je viens de relire une des histoires  de ce recueil de 16 nouvelles,  mordantes, piquantes, acides, bref méchantes en définitive mais d’une féroce lucidité sur la vie en société. Je suis charmée, subjuguée, amusée aussi par tant de talent!
Chacun des récits de Dorothy Parker  est une petite merveille, une caricature finement ciselée, sèche et claquante à souhait qui,  comme un projecteur, illumine certains ridicules des couples dans leur vie  mondaine  ou restituent leurs pensées sombres et secrètes derrière les apparences policées et souriantes.  Mon précédent billet ICI

M. Wheelock est occupé à couper la haie de son jardin. 
Mme Wheelock est assise sous le porche impeccable de leur charmante maison en stuc. Elle recoud des boutons.
Leur fille, âgée de cinq ans,   joue tranquillement sur le chemin de gravier  qui traverse la minuscule pelouse.
Ils se parlent de choses et d’autres et se sourient de temps en temps.  
C’est une charmante et tranquille soirée d’été.
Mme Cole, une voisine, douce mais stérile, qui passe au bras de son mari,  reste un moment à contempler la scène et, soupirant avec volupté, s’exclame:
«Quel joli tableau!»

Oui mais voilà: contrairement à nous, lecteurs, elle ignorait les pensées secrètes qui agitaient chaque membre de ce charmant trio! Elle se serait enfuie rapidement!  
"Oh! et puis zut!"  Vite demi tour! 

Quel joli petit tableau. (1922)
Dorothy Parker (Thirteen Short Stories.) Mauvaise journée demain

Qui est Dorothy Parker? 
Écrivain et chroniqueuse,  (1893-1967)  elle fut, durant l'entre-deux-guerres, une des plumes les plus redoutées de la scène critique et intellectuelle new-yorkaise. Elle fut l'amie des Fitzgerald, de Dos Passos, Hemingway, Gertrude Stein, ou de Louise Brooks et mourut seule dans un hôtel de Manhattan. Elle avait proposé pour son urne funéraire l'épitaphe: «Pardon pour la poussière.»

14 commentaires:

  1. J'ai entendu parler de Dorothy Parker dans... Gilmore Girls (oui, on a les références qu'on peut, je sais). Pourquoi pas ces nouvelles pour découvrir, en fait?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens! Dans Gilmore Girls? Après tout pourquoi pas? Très bien ses nouvelles!

      Supprimer
  2. Je note ce recueil, il y a bien longtemps que je n'ai pas lu Dorothy Parker.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est un peu oubliée, il me semble.

      Supprimer
  3. Je l'ai sûrement lu, puisqu'il est à la bibli, mais il y a si longtemps... que je devrais bien recommencer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une relecture pour moi et comme une découverte cependant.

      Supprimer
  4. J'ai adoré le recueil de poésie que j'ai lu. Il faut aussi que je découvre ses nouvelles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai juste envie du contraire et lire maintenant ses poèmes que je ne connais pas encore.

      Supprimer
  5. je confirme après toi la finesse des textes, moi qui n'aime pas les nouvelles je m'étais largement laissé prendre , on comprend qu'elle fût redouté car quelle langue cruelle à certains moments

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce genre de nouvelles, courtes et ciselées à l'acide, j'aime, à l'égal de Raymond Carver .

      Supprimer
  6. J'ai bcp aimé la férocité de mauvaise journée et hymnes à la haine, un coup de coeur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu ton billet qui m'a vraiment donné envie de lire ses poèmes .

      Supprimer
  7. Un livre que je note et que je vais vite aller acheter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un petit livre parfait dans son genre.

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.