samedi 3 mai 2014

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais

Plus j’aime un roman, plus j’ai du mal à en parler - surtout si j’ai lu auparavant les billets enthousiastes des autres lecteurs. C’est le cas pour celui-ci et je ne saurais pas mieux dire que ce qui a déjà été écrit si ce n’est manifester à mon tour mon admiration pour ce récit sur une athlète qui m’a éblouie,  en direct, ce fameux jour de juillet 1976, aux JO de Montréal quand ses exploits aux barres parallèles, à la poutre,  au sol, furent tels que l’ordinateur officiel se détraqua au point d’afficher la note de 1/10 au lieu des 10/10 mérités.

Depuis, aucune autre gymnaste, si brillante soit-elle, n’a réussi à remplacer le souvenir de Comaneci à ces JO-là.  Un bijou. La perfection absolue. Un miracle difficile à reproduire. Une émotion en direct à la télévision,  jamais plus ressentie à un tel degré pour moi.
Magnifique aussi , ce roman acrobate de Lola Lafon, plus proche de la légende d’Icare que de la mythologie des "dieux du stade". c’est ce que j’appelle un roman inspiré.
Je m’attendais à un roman autobiographique sur une sportive célèbre, devenue mythique mais on en est proche et très loin à la fois. C’est bien plus que cela. Le roman retrace non seulement les sommets mais aussi les difficultés de la Comaneci athlète avec  ses changements morphologiques encombrants, ses efforts pour garder son corps d’enfant, ses échecs, ses souffrances, les manigances politiques dont elle était l’enjeu, la fracture entre l’Est et l’Ouest, terriblement présente et si vite oubliée depuis, l’importance de Béla Karolyi, , son manager, qu’elle défend toujours bec et ongles, la cruauté finalement de cette vie sous les feux des télévisions du monde entier, l’exigence absolue qu’on attend d’une athlète un moment si parfaite. Toujours plus quand elle a déjà atteint le maximum. De la folie. Alors Nadia est aux Etats-Unis maintenant et Bela aussi.
La romancière interroge au T°son héroïne  sur ses premières impressions en découvrant  l’Amérique si haïe dans son pays:
«C’était impressionnant cette abondance pour vous? 
-Bien sûr! Vous savez, la première fois que ma mère est venue à l’Ouest, c’était dans une banlieue du New Jersey, eh bien, elle a pleuré dans les allées du petit supermarché. » 
Je cherche à comprendre. Pleurait-elle de joie devant l’émotion de ces nouveaux choix et Nadia me coupe la parole, presque brutale. Le dégoût de cet amoncellement absurde, me corrige-t-elle. La tristesse de se sentir envahie de désir devant tant de riens. 
«Chez nous, on n’avait rien à désirer. Et chez vous, on est constamment sommés de désirer.»(P. 93)
Je voudrais continuer à relever des citations. J’en ai noté tout un tas  mais il faut savoir se freiner alors j’arrête. Il faut juste lire ce livre.






Aifelle annonce une soirée musicale suivie d'une rencontre avec Lola Lafon: Ici

Billet de Brize
La petite communiste qui ne souriait jamais, Lola Lafon,
Actes Sud, 2014, 318 p.

36 commentaires:

  1. Je suis en pleine lecture ; assez époustouflant ce travail de Lola Lafon (fin mai, je vais assister à la lecture de son roman, avec accompagnement musical http://terres-de-paroles.com/la-petite-communiste-qui-ne-souriait-jamais-actes-sud-2014).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle chance pour tous ceux qui en auront la possibilité que cette future rencontre , une lecture musicale suivie d'un entretien avec Lola Lafon! Sûrement une très grande soirée!

      Supprimer
  2. Lu et, tout comme toi, j'ai apprécié !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce livre m'a captivée. Merci pour les liens. Je ne les avais pas trouvés!

      Supprimer
  3. Je suis tentée moi aussi, après ce beau billet ... Je le lirai ce livre, dès que j'en aurai l'occasion.

    Y.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu l'aimerais beaucoup, je crois. ( Pseudo bienvenu; espoir de publication de poèmes?)

      Supprimer
  4. J'ai beau lire des avis enthousiastes, je ne suis toujours pas tentée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, c'est dommage, je t'assure. Qu'est-ce qui t'en empêche?

      Supprimer
  5. clap clap clap, c'est du très très bon Lola Lafon !
    je ne peux conseiller que de découvrir aussi ses disques :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne la connaissais pas entant que chanteuse. Je viens d'écouter son interprétation de "Bella ciao" mais dommage que la vidéo ne soit pas très bonne. En tout cas merci d'avoir rappelé cet aspect-là aussi de cette romancière.

      Supprimer
  6. Tu me donnes aussi envie de le lire, je n'ai jamais oublié les images de Nadia Comaneci... qu'on peut revoir sur Internet... Une belle soirée pour toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces vidéos de Comaneci dans sa grande année, je me les repasserais bien en boucle toute la journée: je ne m'en lasse pas!

      Supprimer
  7. Je l'ai aimé mais moins que toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai vu ça. Il y a énormément d'articles parus sur ce roman, surtout dans la presse mais encore assez peu de blogs. L'approbation, voire l'enthousiasme, l'emporte cependant pour le moment. Tu es plus mitigée mais tu l'apprécies quand même.

      Supprimer
  8. Bonjour Mango, toujours pas lu mais j'y pense, je n'ai lu et entendu que du bien sur ce roman (est-ce bien un roman?). Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est bien un roman car, bien que basé sur des faits historiques et malgré ses nombreux contacts avec Comaneci, Lola Lafon revendique ce genre, s'autorisant ainsi à imaginer bien des détails et même à mettre en doute certaines versions officielles grâce en partie aux sources secrètes dévoilées depuis l'ouverture du pays.

      Supprimer
  9. Pas lu, pas vu en bibli, bizarre... On verra
    (et j'arrive après la bataille car mon GR refuse de t'insérer dedans, j'ignore pourquoi, même ma liste de blogs de blogspot ne marche pas)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu en as l'occasion, ne l'évite surtout pas. (Je reconnais ne pas être en très bons termes avec cette plateforme depuis son changement d'interface; J'ai dû louper quelque chose mais j'ai du mal à la quitter tellement je la trouve plus commode que les autres, surtout pour les images)

      Supprimer
    2. Je la trouve pratique aussi!
      Pour les images, j'ignore comment on fait pour vraiment avoir de grandes images apparaissant dans le billet, ou pour en mettre une à droite une à gauche. Mais bon, on survit. ^_^

      Supprimer
    3. Ce que tu dis m'intrigue et je ne sais quels conseils te donner . Normalement il y a un choix possible quand tu cliques sur les images pour les mettre dans ton billet, pour te demander ce que tu veux en faire: diminuer ou agrandir en format petit, moyen, grand ou taille originale et un autre clic pour les mettre à gauche ou à droite au au centre. C'est ce que j'utilise et c'est justement ce qui me manque sur la plateforme où je voudrais pourtant bien aller.

      Supprimer
  10. Réponses
    1. Très et joliment écrit. Il se lit très bien.

      Supprimer
  11. J'ai trois filles qui ont fait de la gymnastique à un bon niveau et ont côtoyé des championnes, je te prie de croire que dans ce roman rien n'est exagéré et c'est pour cette raison qu'elles ont interrompu quand le choix du haut niveau s'est posé ! Pas question de les regarder souffrir et être détruite
    J'ai lu ce roman que je trouve tout à fait intéressant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les conditions de vie d'une sportive de si haut niveau sont vraiment terribles et je comprends tes filles qui ont eu la sagesse d'y renoncer!

      Supprimer
  12. Malgré tous vos billets plus qu'élogieux je ne suis toujours pas attirée... Sans doute parce que le sujet n'est pas pour moi, je ne m'intéresse pas du tout aux jeux olympiques ni aux sports intensifs, je ne les regarde jamais (je préfère nager ;0) Bon, en même temps ce n'est pas grave, il y a plus d'autres tentations ;0) Bonne semaine Mango

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne semaine, L'or. Malgré le sujet qui ne t'intéresse pas vraiment, je te confirme que c'est un livre passionnant qui parle d'un destin qui n'a pas été facile malgré les succès et les paillettes. Question de climat politique et donc d'époque également au cœur du roman.

      Supprimer
  13. Je suis comme toi, je me souviens encore de ces jeux olympiques!! elle paraissait si fragile et elle était si forte. Bien sûr je veux le lire. En plus ça a l'air bien écrit.

    RépondreSupprimer
  14. Ce roman m'intrigue et en même temps je n'arrive pas à me dire qu'il me le faut... J'attendrais peut-être sa sortie poche...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On connaît l'histoire. Ce n'est pas une nouveauté mais c'est tellement bien fait!

      Supprimer
  15. Beaucoup d'avis positifs mais je ne suis toujours pas vraiment tentée. Pas indispensable pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute pas indispensable mais qu'est-ce qui l'est vraiment, je me le demande de plus en plus souvent. Parfois il m'est indispensable de lire des bluettes pour adoucir mon quotidien mais ce n'est pas le cas de ce livre-ci qui est vraiment bien écrit et pensé! En plus c'est une histoire vécue.

      Supprimer
  16. Le thème ne m'intéressait pas à priori ( la gym) mais finalement, ca m'a l'air plus complexe avec l'arrière fond politique. Je l'avais repéré sur le blog de fleur et je compte bien le lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La gym, les performances, très peu pour moi aussi mais la beauté du mouvement, la grâce des gestes, une discipline aussi dure que la danse sinon plus, et la difficulté de la vie ensuite quand tout s'éteint, non c'est vraiment un beau livre.

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.