jeudi 15 mai 2014

Le Vin des amants de Baudelaire

Le vin des amants

Aujourd'hui l'espace est splendide!
Sans mors, sans éperons, sans bride,
Partons à cheval sur le vin
Pour un ciel féerique et divin!

Comme deux anges que torture
Une implacable calenture,
Dans le bleu cristal du matin
Suivons le mirage lointain!

Mollement balancés sur l'aile
Du tourbillon intelligent,
Dans un délire parallèle,

Ma sœur, côte à côte nageant,
Nous fuirons sans repos ni trêves
Vers le paradis de mes rêves!

Les Fleurs du mal,  (Le Vin, CVIII), Baudelaire
La Pléiade p. 109/110
(Calenture: Espèce de délire furieux auquel les navigateurs sont sujets sous la zone torride)

4 commentaires:

  1. Réponses
    1. Un poème est fait pour être lu et relu! :)

      Supprimer
  2. Je suis justement en train de relire les fleurs du mal...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon courage ou plutôt bon et grand plaisir car c'est vraiment un recueil formidable,peut-être celui que j'emporterais sur une île déserte! :)

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.