samedi 10 mai 2014

Je n'étais pas faite pour être morte, Anna de Noailles,


L'empreinte

Je m’appuierai si bien et si fort à la vie,
D’une si rude étreinte et d’un tel serrement
Qu’avant que la douceur du jour me soit ravie
Elle s’échauffera de mon enlacement.

La mer, abondamment sur le monde étalée,
Gardera dans la route errante de son eau
Le goût de ma douleur qui est âcre et salée
Et sur les jours mouvants roule comme un bateau.

Je laisserai de moi dans le pli des collines
La chaleur de mes yeux qui les ont vu fleurir
Et la cigale assise aux branches de l’épine
Fera crier le cri strident de mon désir.

Dans les champs printaniers la verdure nouvelle
Et le gazon touffu sur les bords des fossés
Sentiront palpiter et fuir comme des ailes
Les ombres de mes mains qui les ont tant pressés.

La nature qui fut ma joie et mon domaine
Respirera dans l’air ma persistante odeur
Et sur l’abattement de la tristesse humaine
Je laisserai la forme unique de mon cœur


Anna de Noailles, Le Cœur innombrable

Fille d’un prince roumain, héroïne du Paris aristocratique du début du siècle, Anna de Brancovan, comtesse de Noailles, (1876-1933) est l’auteur de neuf recueils de vers, de trois romans et de poèmes en prose.  Sa poésie, très autobiographique, est d’une sensibilité universelle. Elle nous permet de partager son amour de la nature, mais aussi les élans et les tourments d’une femme passionnée, aux enthousiasmes communicatifs. (Le livre de Poche)

Anthologie poétique et romanesque, Anna de Noailles,  
Le livre de Poche (Classiques), 2013, 396 p.


14 commentaires:

  1. L'unique Anna de Noailles ... j'aime toujours autant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends tout à fait. je l'aime aussi.

      Supprimer
  2. je ne la connais que de nom, mais ce poème me donne envie d'aller plus loin - merci mango

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Mango, très beau poème d'une poétesse. J'ai dû au moins étudier et apprendre au moins deux ou trois poèmes dans ma jeunesse. Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que j'ai dû apprendre quelques poèmes d'Anna de Noailles aussi mais je ne sais pas si on en parle encore parfois en classe.

      Supprimer
  4. Je dirais tout pareil que Niki, et ce poème me touche particulièrement ! Merci, Mango.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'aime pour sa sensibilité et ses références à la nature.

      Supprimer
  5. J'ai toujours beaucoup aimé cette jolie poétesse, merci pour cet instant à la relire ! C'est bon à savoir qu'elle est en Poche ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui les Poches pour lire de la poésie, c'est vraiment l'idéal. Difficile de lire des poèmes à la suite. J'ai surtout l'habitude de les grappiller par ci par-là.

      Supprimer
  6. C'est beau, c'est triste, c'est mélancolique... ça me plait ;0)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux L'or. Il me touche aussi beaucoup, ce poème.

      Supprimer
  7. Une poétesse que j'aime beaucoup...

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.