vendredi 17 janvier 2014

Chantal Thomas, Les Adieux à la Reine

Les Adieux à la Reine sont  ceux de la favorite, Gabrielle de Polignac,  que la Reine  Marie Antoinette aide à s'enfuir hors de France, grâce à un stratagème, en se servant de sa lectrice  du moment, cette Agathe-Sidonie Laborde qui est aussi la narratrice.    
J'ai beaucoup aimé cette lecture que je viens de terminer. Un bon roman historique sur les premières journées de la Révolution française, vues et racontées par la lectrice royale, en 1810, alors qu'elle s'est réfugiée à Vienne, dans le quartier des émigrés, une fois terminée l'épopée napoléonienne. 
Elle raconte les trois premières journées de la Révolution française,  à sa façon, comme elle les a vécues, en lectrice très proche de la Reine  qu'elle aime et admire mais aussi  en tant qu'observatrice très humble, aux côtés  de tous ceux qui,  à Versailles, étaient logés dans  les Communs du château, 
Le point de vue est original: si près des Grands, les observant sans cesse,  et si modeste cependant, par sa fonction, elle est presque invisible et pourtant au premier plan. Elle aime et défend la Reine, beaucoup moins la famille de Polignac.
Le contraste est saisissant entre les excès, les parures et les beautés de Versailles, en cet été 1789 et les trois jours décrits ici dans le détail, sans aucun ennui: les 14, 15, 16 juillet, avant la grande débandade de tous les habitants logés au Château, ces nobles qui abandonnent, sans scrupules, en un instant, le roi, la reine et leurs enfants qu'ils savent condamnés d'avance et qu'ils ne songent pas un instant à défendre. Ils s'en vont, affolés, désorientés, démunis, comme dans une volière, laissant seule derrière eux la famille royale.
Voici un passage  parmi tous ceux que j'ai particulièrement aimés
Marie Antoinette est furieuse quand elle apprend que son époux n'a pas suivi son conseil de partir immédiatement à l'étranger, eux aussi. C'est l'heure de la lecture mais rien ne lui plaît jusqu'au moment où la lectrice choisit un recueil de récits de Madame de La Fayette
Une page de La princesse de Montpensier s'offrit d'elle-même:
"Un jour qu'il revenait à Loches par un chemin peu connu de sa suite, le duc de Guise, qui se vantait de le savoir, se mit à la tête de la troupe pour lui servir de guide; mais, après avoir marché quelque temps, il s'égara et se trouva sur le bord d'une petite rivière qu'il ne reconnut pas lui-même. Toute la troupe fit la guerre au duc de Guise de les avoir si mal conduits, et, étant arrêtés en ce lieu, aussi disposés à la joie qu'ont accoutumé de l'être de jeunes princes, ils aperçurent un petit bateau qui était arrêté au milieu de la rivière, et, comme elle n'était pas large, ils distinguèrent aisément dans ce bateau trois ou quatre femmes, et une entre autres qui leur sembla fort belle, habillée magnifiquement, et qui regardait avec attention deux hommes qui pêchaient auprès d'elle. Cette nouvelle aventure donna une nouvelle joie à ces deux jeunes princes et à tous ceux de leur suite: elle leur parut une chose de roman."
Je lisais. Tout s'était tu autour de moi. La Reine écoutait. Je n'avais pas besoin  de voir l'expression de son visage pour en être sûre. Cet espace, qui, à mon arrivée, était occupé par le chaos, devenait limpide, ordonné. Il était l'intérieur même de son esprit Je lisais. Il y avait une  douceur et une fierté secrète dans ma voix.  Elle avait réussi cette merveille: libérer la Reine de l'étau de fureur et de regrets. La Reine s'abandonnait à la suite des mots comme à des notes de musique. Elle renaissait et j'étais l'instrument de sa renaissance ...Mais lorsqu'on annonça Gabrielle de Polignac, la Reine aussitôt m'échappa.  

Il me reste maintenant à lire son dernier livre de 2013, "L'échange des Princesses" et à voir le film de Benoît Jacquot, Prix Louis Delluc du meilleur film de 2012   
George aussi a lu ce roman et l'a aimé. Qui d'autre? 
Les Adieux à la Reine, roman, (Seuil, Prix Femina 2002, 245 pages)

21 commentaires:

  1. Il est dans ma PAL depuis longtemps. J'ai vu le film que j'ai bien aimé (mon seul bémol c'est que je n'apprécie pas du tout Léa Seydoux, nulle part, jamais ...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A ce point? Je ne la connais pas très bien pour ma part. En tout cas , le livre vaut vraiment la peine!

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Quelle maîtrise de la part de l'auteure entre imagination et réalité historique!

      Supprimer
    2. Oui et puis surtout quel point de vu original et maîtrisé : La tentation était grande même en temps que lecteur de privilégier les événement historiques mais elle a su rester la place de la lectrice et c'est ce qui est aussi délicieux que frustrant tellement on sait ce qui se passe au delà ; Comment dire, on a l'impression de voir l'histoire et l'Histoire d'en bas par rapport à nos cours dogmatiques d'Histoire classiques, et c'est génial :-)

      Supprimer
  3. belle critique; il est dans ma PAL aussi. j'ai beaucoup aimé "l'échange des princesses" donc je suis sûre que celui-ci me plaira. l'écriture de Chantal Thomas est belle, elle nous entraîne.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai apprécié son écriture aussi. Je suis sûre d'aimer celui que tu as lu, son dernier roman.

      Supprimer
  4. Moi aussi j'ai beaucoup aimé cette lecture. J'ai trouvé qu'elle sonnait très juste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça: elle sonne juste.

      Supprimer
  5. Tu es en train de me convaincre pourtant j'étais très réticente..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on aime cette période et qu'on a pas mal lu à ce sujet, on ne peut qu'être séduite! Je te le conseille!

      Supprimer
    2. Clara : il nous laisse dans une ambiance très sympa, après il ne faut pas le lire pour apprendre beaucoup de choses sur la période, mais plutôt pour la voir d'un autre point de vue, et celui-ci est très marqué et l'auteure s'y tient : C'est très beau.

      Supprimer
  6. je n'ai pas de billet car ma lecture remonte à longtemps mais j'ai beaucoup aimé ce roman, Chantal Thomas à l'art de parler de cette période, de Versailles et de ses dessous,
    J'ai beaucoup aimé l'échange des princesses, elle fait un beau portrait romancé de ce 18 ème

    RépondreSupprimer
  7. Je n'ai pas lu ce roman mais j'en ai vu le film, que j'avais beaucoup aimé. Je te conseille "L'échange des princesses", du même auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Jamais lu mais tu donnes envie. Il paraît que L'échange des princesses est très bien aussi.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai le film en DVD, on me l'a offert à Noël et je n'ai toujours pas eu le temps de le regarder, mais là tu me donnes envie ! :)

    RépondreSupprimer
  10. Une période qui ne m'attire pas et pourtant, tu donnerais presque envie :-)

    RépondreSupprimer
  11. J'en ai lu un de cette auteur qui ne m'a pas convaincu. Mais je lui laisserai une autre chance.

    RépondreSupprimer
  12. comme j'aime les romans historiques, je l'avais noté, mais ayant lu des avis négatifs, je me tâte

    RépondreSupprimer
  13. Je n'ai encore pas lu cette auteure. Ton billet m'a définitivement convaincue. Je dois la lire!

    RépondreSupprimer
  14. Je n'ai pas trop aimé ce livre : j'ai eu beaucoup de mal avec le style de l'auteur mais je l'ai lu jusqu'au bout car il aborde un aspect de la Révolution Française peu connu et on voit cet évènement du point de vue des nobles, ce qui est assez rare. Je n'ai pas accroché non plus au film (sauf pour les costumes et le rendu de l'atmosphère de l'époque (par exemple, Marie-Antoinette a un accent, ce qui n'est quasiment jamais le cas dans les film sur elle où elle parle toujours un français sans accent, ce qui ne devait pas être le cas)), notamment dans le traitement de la relation Marie-Antoinette/Madame de Polignac. A part ces détails (mais qui ont de l'importance pour moi), ça reste un bon divertissement.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.