vendredi 31 août 2012

Trois excentriques anglais de Lucien d'Azay

L’auteur enseigne le Français, à Venise et semble se spécialiser dans les biographies. Il a déjà publié Ovide ou l'Amour puni (2001),  Tibulle à Corfou (2003), Le faussaire et son double (Thomas Chatterton, le poète anglais) (2009) toujours aux Belles lettres. 


Cette fois,  c’est à trois auteurs anglais qu’il s’intéresse, tous trois qualifiés d’excentriques,  formant  une sorte de triptyque biographique,  conçu à la manière d’un retable. 

Chacun de ces portraits illustre un aspect esthétique et moral de l’Angleterre, avant,  pendant, après la période victorienne, soit  trois formes de déviance qui révèlent en négatif la société de leur époque.



Thomas Lovell Beddoes, gothique par excellence (1803-1849),  le poète le plus macabre du romantisme anglais qui tente de ressusciter le théâtre élisabéthain dans son chef d’œuvre posthume: Death's Jest-Book  et pousse la logique du nonsense à son paroxysme en faisant de la mort sa raison de vivre.
"Amoureux de la mort, disciple macabre de Shelley et du romantisme allemand, il annonce les "Décadents". Des poèmes paraîtront en 1850-1851, après son suicide au curare. 


 John Gray (1866-1934), ou le Dorian Gray de Wilde. Ami  de Ernest Dowson, Aubrey Beardsley et Oscar Wilde, il fut un traducteur de talent des symbolistes français, des poètes Verlaine, Mallarmé, Laforgue, Rimbaud.  Dandy décadent,  il se  convertit au catholicisme lors d'une crise mystique et  se fit prêtre. Ses œuvres sont des poèmes: Silverpoints , Le Long Road et Park, une histoire fantastique.

Aleister Crowley (1875-1947), érotomane,  enclin à toutes sortes d’expériences extrêmes, fondateur d’une secte: Thelema qui se proposait d’aider ses membres à trouver leur véritable volonté en recourant à la magie sexuelle. A eu une grande influence sur la contre-culture britannique. J'avoue ne pas avoir très envie d'en savoir beaucoup plus sur la vie et les livres de cet auteur, trop sulfureux à mon goût.  

J'ai cependant  apprécié de  découvrir un peu mieux ces trois personnages que je connaissais très mal jusqu'ici mais je n'ai aucune envie de les lire cependant. Ma curiosité s'arrêtera là. 
Trois excentriques anglais de Lucien d'Azay (Les belles Lettres, 333 pages)

4 commentaires:

  1. Une approche de l'esprit anglais intéressante... et si Aleister Crowley "mérite" que l'on se penche sur son cas, c'est pour mieux comprendre le versant noir de l'âme humaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Odieux à ce point cependant...,non merci!

      Supprimer
  2. Des trois, je ne connais que Crowley. "Sulfureux" est sans doute le meilleur adjectif qualifiant ce personnage^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucune envie de le lire pour ma part!

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.