jeudi 2 décembre 2010

Mediator, le médicament condamné ou la guerre des couvertures: un enjeu vital!

 Un cas de censure par couvertures de livres interposées?

Dans un précédent billet, du 17 septembre 2010, j'avais présenté le livre Mediator 150mg de Iréne Frachon  qui venait de sortir mais je n'avais pas été autorisée à montrer la vraie couverture, celle que l'auteur avait choisie  avec en sous-titre l'interrogation: "Combien de morts?" N'était autorisée que la couverture avec le sous-titre censuré.
En effet , les éditions Dialogues qui ont présenté ce livre avaient dû modifier leur titre après procès intenté par le laboratoire pharmaceutique producteur de ce médicament pour diabétiques.
"Le tribunal de Brest avait réclamé « la suppression immédiate, par tous moyens, de cette mention, sur tout exemplaire de l'ouvrage, sous astreinte de 50 euros par exemplaire distribué, offert à la vente ou vendu, à compter de l'exécution de la présente décision."
Le procès en appel vient de  donner raison  à la maison d'édition: ce médicament est bien probablement responsable de la mort de nombreux patients. 
C'est donc avec joie que je rectifie  l'image de la couverture  du livre. Le sous-titre peut désormais réapparaître!
"Mediator 150mg est un médicament antidiabétique souvent prescrit comme coupe-faim, dont l'autorisation de mise en marché a été suspendue par l'Afssaps (Agence du médicament), en novembre 2009, en raison de sa toxicité avec risque avéré d’atteinte des valves du cœur que sa consommation entraînait pour les patients. Les valvulopathies sont des maladies qui peuvent être mortelles. Deux millions de personnes ont consommé du Mediator. Et 300 000 encore tous les jours au moment où l'interdiction faite aux pharmaciens de le vendre a été prononcée. Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest, a été l'un des médecins dont l'enquête a conduit l'Afssaps à faire retirer le Mediator du marché."

Cependant le mal est fait et Irène Frachon a déclaré à l'AFP:
«L'éditeur a dû retirer de la circulation la quasi-totalité de l'édition d'origine et la réédition est très difficile à trouver, car elle n'est plus indexée de la même façon chez les libraires... C'est un paradoxe : tout le monde parle de ce livre, mais il est mort. Mais l'important est que le message soit passé. Maintenant, j'espère que mon éditeur rentrera dans ses frais...Si ce sous-titre n'avait pas existé, cette question n'aurait vraisemblablement pas été abordée par les autorités sanitaires. » (source: Nicolas Gary)

19 commentaires:

  1. Je suis toujours très choquée lorsque de telles affaires éclatent au grand jour! C'est inadmissible, insupportable!

    RépondreSupprimer
  2. Je suis d'accord avec toi Kenza!!! C'est totalement hallucinant que de telles choses puissent arriver!!!

    RépondreSupprimer
  3. Il y avait eu un article très intéressant sur le site de la rédaction de Dialogues où les dessous du procès (financier, politique) étaient expliqués. J'avais rédigé un billet dessus avec le lien...

    RépondreSupprimer
  4. Kenza, C'est une fois de plus l'éternelle histoire du pot de terre contre le pot de fer.

    RépondreSupprimer
  5. Marine Rose, ce dernier procès rétablit le droit, c'est un succès mais à quel prix!

    RépondreSupprimer
  6. Clara, J'ai rajouté ces liens indispensables en effet!

    RépondreSupprimer
  7. Toute cette affaire ne fera que doper les ventes du livre et c'est tant mieux !

    RépondreSupprimer
  8. Cynthia, justement non, l'éditeur a dû retirer l'édition d'origine. Il dénonce le côté paradoxal de l'affaire qui fait que ce livre est déjà mort quand tout le monde commence à en parler!

    RépondreSupprimer
  9. La puissance des laboratoires et leur cynisme sont hallucinants ! Et combien de complices ????

    RépondreSupprimer
  10. Aifelle, tu as raison! Et depuis combien de temps? Et pour combien de temps encore?

    RépondreSupprimer
  11. Oui mais maintenant que la censure est levée, peut-être vont-ils le rééditer non?

    RépondreSupprimer
  12. Cynthia, Ce serait effectivement la meilleure chose à faire! Je l'espère pour eux! Ce serait trop injuste sinon!

    RépondreSupprimer
  13. J'en ai entendu parler à la radio, bien en détail...
    HS : tu veux Longue sécheresse? j'ai juste à donner ton adresse à Antigone qui vient de la rcevoir, tu vois, c'est rapide!

    RépondreSupprimer
  14. Keisha, oui,je veux bien! Merci! tu as toujours mon adresse?

    RépondreSupprimer
  15. Un livre qui fait peur sur un médicament mal prescrit. Il décrit bien les coulisses du pouvoir des industries pharmaceutiques. Prêté à ma mère uqi le fait circuler à ses amies qui ont pris ce médic.

    RépondreSupprimer
  16. Alex, Personne n'est à l'abri de ces empoisonneurs qui ne songent qu'à leurs intérêts financiers! J'ai pris pendant dix ans un de ceux qui maintenant sont interdits!

    RépondreSupprimer
  17. Evidemment, cette fois je ne l'ai pas égarée... ^_^

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.