mardi 10 juin 2014

Confiteor, Jaume Cabré, un pavé par mois

Si j'aime lire les pavés,  en faire un billet  et un résumé me semble toujours presque impossible. C'est le cas pour  Confiteor, terminé depuis quelques jours mais dont je relis certains passages  plutôt que de rédiger mes impressions.. Curieusement plus j'ai aimé, plus c'est difficile et cette confession d'un jeune Catalan surdoué à la fin de sa vie quand il sent la maladie lui ôter la mémoire est un des plus beaux romans lus depuis bien longtemps.  L’histoire du violon, la période révélée par le vieux juif m'a fait penser à un autre chef d'œuvre qui m'a terriblement marquée et bouleversée également: Le choix de Sophie  de William Styron. Rien de commun cependant  dans l'histoire des  héros de ces récits si ce n'est leur plongée dans le Mal absolu qui aura dominé la deuxième moitié du XXe siècle avec l'enfer des camps d'extermination et le rappel de l'Inquisition et des autres infamies dues aux excès des pouvoirs aussi bien  religieux que politiques.  Impossible désormais d'oublier ce jeune mais aussi ce très vieil Adrià Ardèvol, son ami Bernat, qui l'aime et l'envie à la fois, le violon Storioni, un des grands moments de sa vie. C'est à Sara, sa femme très aimée mais trahie et disparue avant lui qu'il raconte sa vie de façon décousue, au gré de sa mémoire  et de sa concentration, toutes deux vacillantes Je me suis parfois perdue dans les récits,  les changements de tons, d’âges mais sans jamais  ressentir l’envie de m’arrêter grâce au fil d’Ariane savamment tendu  entre un souvenir et un autre qui fait que j’ai parcouru avec infiniment de plaisir et de tristesse à la fois cette vie d’un homme si doué dans tous les domaines  et si malchanceux pourtant dès les premiers instants de sa naissance,  entre un père  et une mère mal aimants, chacun rêvant pour lui à des destinées contraires. Un beau grand livre qui restera parmi mes meilleurs moments de lecture. 

Et je me demande aussi pourquoi ils s’étaient mariés, mes parents. Je ne crois pas qu’ils se soient jamais aimés. A la maison, il n’y eut jamais d’amour. Et moi, j’ai été une pure conséquence circonstancielle de leurs vies. (p.41)

-        Eh? Où es-tu Adrià?      
 
  Adrià cligna des yeux et dit:
-  Ici, avec toi, en train de parler de Dieu.     
  --  Parfois tu t’en vas.  
-     Moi? 
-     A la maison ils disent que c’est parce que tu es savant. 
-    Une merde, c’est ça que je suis. J’aimerais bien avoir … 
-     Ne recommence pas. 
-      Ils t’aiment. 
-      Chez toi aussi, non? 
-     Non: ils  me calculent. Ils mesurent mon quotient intellectuel, ils parlent de m’envoyer en Suisse dans une école spéciale, ils parlent de me faire faire trois années en une seule. 
-   Purée, c’est super! 
– Il le regarda du coin de l’œil. 
- Non? 
-    Non. Ils discutent de moi, mais pour ce qui est de m’aimer, tintin. 
-        Bof, moi, les baisers … (p. 113) 
Confiteor, Jaume Cabré, traduit du catalan par Edmond Raillard, (Actes sud, 2013, 784 pages)
Cette lecture est ma première participation au challenge de Bianca: Un pavé par mois. 

22 commentaires:

  1. Tu me donnes envie non seulement de lire ce roman mais aussi de sortir Le choix de Sophie de ma PAL.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Deux très beaux romans. Difficile d'oublier "Le choix de Sophie"!

      Supprimer
  2. Heureusement qu'il est à la médiathèque, j'aurai l'occasion de le lire, tu me donnes envie aussi de lire Le choix de Sophie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te recommande les deux. Ils n'ont qu'un défaut pour qui n'aime pas les gros romans,c'est justement leur nombre de pages mais pour qui aime s'immerger complètement dans une histoire, il n'y a pas mieux!

      Supprimer
  3. Bon, il faut que je me décide et profiter des vacances pour la lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce pourrait être le bon pavé de l'été!

      Supprimer
  4. Je ne peux pas passer à côté de cette lecture, vivement les vacances !!

    RépondreSupprimer
  5. Les pavés ne me dérangent pas, pour autant qu'il n'y ait pas de longueurs inutiles. Je les délaisse faute de temps pour le moment. Je suis certaine que si je participais à ce challenge, je ne pourrais pas lire autre chose que ce pavé sur le mois :)
    Ce roman ainsi que "Le choix de Sophie" me tentent beaucoup (il faut dire qu'avec cette couverture, dur de résister...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un bon pavé se lit très vite mais il faut quand même avoir le temps d'arriver au bout! Ce devrait être le cas pour celui-ci!

      Supprimer
  6. Tu en parles très bien et même si tu n'avais pas besoin de me convaincre puisqu'il est déjà dans ma PAL et qu'il me tente déjà énormément, je suis carrément déconfite de ne pas avoir le courage de me lancer dans un pavé en ce moment ;0)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut avoir un peu de souffle pour se lancer, c'est vrai et renoncer aux autres lectures, ce qui est peut-être le plus dur en fin de compte! :)))

      Supprimer
  7. J'ai été captivée, éblouie par ce livre!

    RépondreSupprimer
  8. Il est sur mon étagère, allez je me décide, prochaine lecture !

    RépondreSupprimer
  9. Je ne sais pas si j'aimerais, je n'arrive pas à me faire une idée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ose pas trop m'avancer mais je pense que oui!

      Supprimer
  10. Un roman que j'ai très très envie de lire!!! Tiens, je ne connais pas Le choix de Sophie, je vais de ce pas me renseigner...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Le choix de Sophie" serait à relancer: une de mes lectures les plus marquantes!

      Supprimer
  11. Pour ma part, j'ai découvert récemment le choix de Sophie. Et je n'ai pas du tout accroché...
    Par contre, Confiteor me tente beaucoup (et je crois qu'il me plaira).

    RépondreSupprimer
  12. Voilà un livre qui fait l'unanimité ! Je n'ai lu que de très beaux avis sur ce roman. Pour ne pas passer à coté d'une merveille, il faut vraiment que je me décide à le lire.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.