dimanche 16 octobre 2011

Poème d'amour, Clément Marot

De soy même
Plus ne suis ce que j'ai été
Et plus ne saurai jamais l'être
Mon beau printemps et mon été
Ont fait le saut par la fenêtre
Amour tu as été mon maître
Je t'ai servi sur tous les dieux
Ah si je pouvais deux fois naître
Comme je te servirais mieux.


Clément Marot (Cahors,1496/97, Turin,1544)

17 commentaires:

  1. Arrrgh, ça me fiche le bourdon cet extrait ! A nos âges voyons, est-ce bien raisonnable ces considérations hélas trop vraies ? :)

    RépondreSupprimer
  2. J'aime bien tes poèmes du dimanche cela nous offre une jolie parenthèse dans nos semaines!

    RépondreSupprimer
  3. Un poète qu'on connait trop peu...

    RépondreSupprimer
  4. Un poète que je découvre.
    J'aime beaucoup ce texte.

    RépondreSupprimer
  5. Et ces mots qui restent en nous et nous questionnent, chaque jour. Il me semble que nos esprits se sont rencontrés aujourd'hui ;) ou hier.

    RépondreSupprimer
  6. Je ne connaissais pas ce poème, mais il me parle !

    RépondreSupprimer
  7. Ou alors doubler le nombre d'heures (surtout celles consacrés à la lecture) dans une journée ça serait déjà pas mal...
    Bon dimanche Mango

    RépondreSupprimer
  8. Asphodèle, il faut dire qu' à l'époque de Marot, ils s'en allaient très tôt! Lui-même ...

    RépondreSupprimer
  9. liliba,on ne lit plus beaucoup les poètes de ce siècle et Marot encore moins que les autres sans doute.

    RépondreSupprimer
  10. dimitri, Il dit là une vérité éternelle.

    RépondreSupprimer
  11. ötli, c'est aussi ce que je ressens.

    RépondreSupprimer
  12. Irrégulière, Ravie de te l'avoir fait connaître.

    RépondreSupprimer
  13. L'or des chambres, ce serait une belle surprise si on pouvait en effet! Bonne semaine L'Or.

    RépondreSupprimer
  14. Le Journal de Chrys, c'est vrai.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.