mardi 16 avril 2013

Une question d'orgueil, Pierre Assouline

A la croisée entre le roman et la biographie,  ce livre de Pierre Assouline   sur  Georges Pâques, espion de la guerre froide,  m’a passionnée à partir du moment où  le personnage du traître prend toute son importance tout en s’enfonçant dans son mystère.
Saura-t-on jamais la vérité,  même après cette enquête menée en pointillé mais  de façon approfondie, qui privilégie  le côté psychologique de ce  personnage très complexe,  haut fonctionnaire  français, arrêté en 1963 et condamné à perpétuité pour renseignements fournis aux Soviétiques, concernant en particulier l’organisation de l’OTAN? Gracié en 1970 par Pompidou, son condisciple de la rue d’Ulm, il est mort en 1993. 
Curieusement, l’homme retrouvé par le narrateur, qui habitait à deux pas  de chez lui,  apparaît, en 1985,  plutôt quelconque mais il ne faut pas s’y tromper, ce n’est qu’une apparence. 
Au physique, silhouette et visage, rondeurs bonhommes et nez plongeant. Pas du genre à se laisser embarrasser par ses contradictions. Singulièrement assuré et néanmoins distrait. Sceptique avec une touche de cynisme. Doté d’une intelligence spéculative formée à la réflexion virtuose plus qu’à la compréhension du réel. Sa modestie inquiétait quand sa voix, sa graphie, sa poignée de main rassuraient. On le sentait en quête d’absolu à l’issue d’une vie qui n’aurait été qu’une rumination intérieure sans fin.  
L'orgueil et un antiaméricanisme à toute épreuve, voilà ses mobiles selon Assouline,  et non l'appât du gain ou l'idéologie comme on aurait pu s'y attendre. Il était catholique de droite et non communiste. 
L'orgueilleux, selon Pascal apparaît comme celui qui se voile la face sur ses propres misères et révèle celles de la société pour mieux prétendre s'élever au-dessus d'elles. 
L'auteur se met en scène lui aussi et ses recherches sont très vivantes ainsi que ses entretiens  avec son héros lui-même et avec son entourage, sa femme, ses anciennes connaissances, ses correspondants en Russie où il n'hésite pas à se rendre. En fin de compte, cependant,  de cet espion, de ce personnage énigmatique, il me restera essentiellement  cette définition:
L'homme que son ombre avait investi de la haute mission de maintenir l'équilibre entre l'est et l'Ouest. 
Peu de choses en réalité mais  si la personnalité de l'espion  demeure floue et lointaine, la lecture de ce livre a été agréable et  intéressante.  
Une question d'orgueil Pierre Assouline,  de l'Académie Goncourt (Roman, Gallimard, 2012, 272 p.)

Billet pour l'anniversaire de Pierre Assouline, né le 17 avril 1953,  dans le cadre de l'opération initiée par Ys: ICI  Date avancée pour cause de BD du mercredi.

7 commentaires:

  1. Promesse alléchante... Je ne connais que "Les invités" d'Assouline, mais suis tenté par ce livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est aussi la première fois que je lis cet auteur. J'ai découvert également un être bien complexe en la personne de ce Georges Pâques,(Opaque est-il écrit dans quelque chapitre.)

      Supprimer
  2. Pierre Assouline fait donc bien de mêler ses talents de biographe et de romancier. Merci pour cette participation.

    RépondreSupprimer
  3. Je note ce livre car il m'intéresse beaucoup.

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup Assouline, il avait mêlé histoire et roman avec brio dans Lutétia (j'avais moins aimé le dernier des commondo), mais j'aime aussi ses romans fiction. Je suis étonnée d'être passée à côté de celui là qui est sorti l'an dernier. Je vais aller le chercher; merci de ce billet.

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai jamais lu cet auteur...

    RépondreSupprimer
  6. Voilà qui est bien tentant ! En plus, je n'ai jamais lu cet auteur !

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.