jeudi 7 juin 2012

Les insurrections singulières de Jeanne Benameur

Antoine est ouvrier dans une usine bientôt délocalisée au Brésil.  
Il vient de se séparer de son amie, une intellectuelle, professeur de lettres qui lui reproche son mutisme. A quarante ans, il retourne vivre chez ses parents  très déçus de sa situation et inquiets pour son avenir. Il frôle la dépression, regrette les études qu’il n’a pas réussies, la relation ratée avec Karima qui lui manque, les enfants qu’il n’a pas eus. Il revit des épisodes de son passé,  se remet en question, entre finalement à l’usine de son père, participe aux réunions syndicales mais s’y trouve vite en porte- à faux. Il  regarde vivre ses parents et admire leur entente et leur sagesse, les aide sur leur stand  au marché dominical, y rencontre finalement Marcel, un ami de ses parents, qui lui fera découvrir la biographie du Français, parti seul au Brésil au siècle précédent  et qui fut à l’origine de l’usine où a lieu la délocalisation. Antoine décide alors d’accepter le travail proposé là-bas.

Avec Marcel,  l’ancien bouquiniste, qui,malgré son grand âge,  quitte tout, lui aussi, pour l’accompagner, il  commence alors une vie nouvelle  et   un avenir tout neuf qui le transforme en le rendant heureux.
Les révolutions les plus réussies sont aussi les plus singulières  et les plus intérieures. 
Le style est bref, fait de phrases courtes avec de nombreux retours à la ligne comme dans une poésie
Le message est optimiste.
L’accent est mis sur l’espoir:  même dans les situations  désespérées, on peut réagir, avec un peu de rage et la volonté de tout quitter pour mieux recommencer ailleurs. 
Jeanne Benameur a eu l'idée de créer Antoine après avoir rencontré des ouvriers d'Arcelor-Mittal pendant près d'un an en 2006.  Son histoire est ainsi  très actuelle et en même temps elle s’appuie   sur le passé puisqu’elle a déclaré s’être inspirée de la vie de Jean de Monlevade, parti dès le milieu du XIXe siècle développer la sidérurgie au Brésil.

Un livre agréable.  Une petite musique bien gentille  mais pour une histoire pareille, ça manque malgré tout de souffle. 
De très nombreux blogs en parlent mieux que moi et se montrent  plus enthousiastes.  
Les insurrections singulières de Jeanne Benameur (Actes Sud, 2011,198 p)

28 commentaires:

  1. Je le prendrai à la bibliothèque, j'aime beaucoup l'écriture de Jeanne Benameur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je la découvre avec ce titre mais je lirai aussi "Les demeurées" qui, vu le résumé, devrait mieux me convenir.

      Supprimer
  2. Un auteur que je délaisse malgré les blogs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement à cause de éloges nombreux lus sur les blogs, je m'attendais à nettement mieux.

      Supprimer
  3. le fin ne correspondait pas à l'ensemble du livre, je trouve.

    RépondreSupprimer
  4. Malgré certains avis enthousiastes ce livre ne m'a jamais tentée, mais je ne dis pas que je ne le lirais pas un jour si l'occasion se présentait...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi pas? Il est court, du type plaquette! Il se lit donc très vite.

      Supprimer
  5. Je l'avais acheté suite à des billets très positifs, le tien confirme bien que ce roman est à lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce roman est à lire en raison du grand nombre de blogueurs qui l'ont beaucoup aimé,ce qui n'a pas été vraiment mon cas, sans doute justement parce que j'en attendais trop.

      Supprimer
  6. Je me suis laissée tenter par des billets de blogs et j'ai été infiniment déçue! Je vois que comme moi, tu as trouvé ça gentil et léger...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il ne m'a pas touchée comme je le pensais. je suis restée très extérieure à cette histoire. Je ne nie pas qu'elle écrive agréablement mais bon! Une petite déception, comme toi apparemment!

      Supprimer
  7. oh la, tu es dure avec ce titre, pour ma part il a été un gros coup de coeur... Chaque phrase a résonné en moi... Et il y a quand même une écriture somptueuse... Que je qualifirais pas de "petite musique bien gentille" !! Bon, à chacune se perception...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes nombreuses à l'avoir aimé et je suis la première étonnée que ce ne soit pas mon cas aussi car d'habitude j'ai à peu près les mêmes goûts mais j'ai survolé ce récit sans m'en imprégner. Il faut dire que les livres minces comme ça me déçoivent de plus en plus souvent.

      Supprimer
  8. Il faut plutôt lire LEs demeurées, ou Les reliques, là c'est du Jeanne Benameur plus "authentique" je crois (quoique sa démarche soit authentique ici aussi).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le pense aussi et je vais sûrement lire un de ces deux livres, "les demeuréed" de préférence, si je le trouve.

      Supprimer
  9. J'ai emprunté ce livre à la bibli il y a un mois ou deux, et... j'ai bien aimé jusqu'à la moitié, puis décroché complètement. ça manque de consistance, je n'ai pas réussi à m'intéresser à la partie brésilienne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu exprimes là exactement ma pensée. C'est comme un soufflé qui retombe! :))

      Supprimer
  10. Ce fut, un peu comme toi, une déception en égard aux éloges lus de ci de là. La première partie m'a passionnée et puis le soufflé est retombé dans une désespérante banalité. Dommage, y avait matière à mieux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est aussi ce que je me dis: il y avait matière à mieux. On dirait que tout son effort a reposé sur la documentation, le monde de la sidérurgie et des syndicalistes au début puis la deuxième partie , ce n'est plus qu'une série de choses attendues sur la belle vie simple et riche au Brésil où brusquement tout est possible et donc idéal pour repartir à zéro. Il ne suffit pas de bien écrire pour réussir un roman.

      Supprimer
  11. De Jeanne Bénameur j'ai beaucoup aimé Les demeurées, un récit très court, très fort, toute la magie incisive de la nouvelle. Ensuite, je trouve personnellement que la verve de l'auteur est demeurée là ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu résumes là un sentiment assez général. Il faut donc que je lise "Les demeurées" pour mieux apprécier cette romancière.

      Supprimer
  12. Un de mes gros coups de coeur de l'année dernière... Je suis toujours soufflée par l'écriture de Jeanne Benameur... J'ai aussi adoré Les demeurées, Les reliques... et tant d'autres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, oui, tu fais partie de ses inconditionnelles. Je vais lire son premier roman pour ne pas risquer d'être injuste mais cette enfilade systématique de phrases très courtes et ces retours à la ligne si fréquents dans une sorte de livre opuscule m'agace, surtout quand je constate combien ce genre a tendance à se développer!

      Supprimer
  13. Réponses
    1. Pas follement séduite en effet! Même un peu déçue vu mon attente.

      Supprimer
  14. Pas enthousiasmée par ce roman non plus....

    RépondreSupprimer
  15. Pour moi, ce livre fut un coup de coeur à sa sortie. j'y ai trouvé beaucoup de mes révoltes passées toujours présentes finalement.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.