mardi 5 juin 2012

Le carnet de la mathématicienne de Michelle Richmond

Le carnet dont il est question dans le titre est celui de Lila, une jeune et brillante mathématicienne et la sœur aînée de Ellie,  la narratrice, qui raconte ici comment, après des années d'inertie,  elle a  enfin  fait tout son possible pour découvrir la vérité quant à l'assassin de sa sœur. 
Cette décision, elle l’a prise une vingtaine d’années après l’horrible  événement  qui a traumatisé  sa famille lorsqu’elle rencontre au Nicaragua celui qui est soupçonné du meurtre, Peter McConnell, également mathématicien et amant de Lila avec laquelle il faisait des recherches  très pointues. C’est lui qui  lui remet le fameux carnet. 

De retour chez elle, elle retrouve Andrew Thorpe, son ancien professeur de littérature qui,  après avoir mené sa propre enquête,  a écrit un livre à  succès, sur le modèle du roman-vérité de Truman Capote: «De sang froid»  Il y désigne Peter McConnell comme le seul  meurtrier possible. Ellis,  sa principale source de renseignements,  en a été  longtemps  convaincue aussi.  Cependant, avec le carnet et la sympathie que lui a inspirée Peter, elle commence à douter et entreprend d’enquêter à son tour, en  remettant en cause les méthodes  et les preuves sur lesquelles le romancier  s’appuyaient  jusqu’ici, concentrant toute son attention sur un seul homme. 
Jusqu’au dernier moment la question de la vérité reste au cœur du roman: vérité des preuves, des évidences, des enquêtes imaginaires, des récits  romancés, des biographies, des sciences elles-mêmes. Même les souvenirs des proches  ne l’atteignent pas. Une pensée de Pascal à ce sujet est mise en exergue:
On peut avoir trois principaux objets dans l’étude: l’un de la découvrir quand on la cherche; l’autre de la démontrer quand on la possède; le dernier, de la discerner d’avec le faux quand on l’examine. 
J’ai beaucoup aimé ce récit  mené de main de maître, sans  les  longueurs  que je craignais sur les énoncés mathématiques, bien au contraire. Ce n’est pas à proprement parler ce qu’on appelle un polar ni  un thriller. Comment le caractériser, ce récit, sinon comme une recherche de la vérité sous toutes ses formes, une remise en cause des apparences et des  réalités artistique et mathématique? J’ai été séduite.  
Ellis aurait peut-être été plus prudente et moins  certaine de détenir l'identité du meurtrier si elle avait moins suivi les cours d'écriture et de Littérature américaine contemporaine  de son célèbre professeur qui affirmait:
"En fait, tout tient aux personnages. L'intrigue, le décor, le style, tout cela ne vaut rien si vous n'avez pas de personnages intéressants, de préférence en situation de conflit." C'était précisément ce qu'il recherchait, c'était l'effet que son livre allait produire qui lui importait.
Il ne me reste plus maintenant qu'à aller me documenter sur le photographe hongrois, Martin Munkacsi, ainsi que sur le biologiste Reginald Punnett qui croit que les gènes récessifs continueront à apparaître indéfiniment, à un taux constant, dans la population. 
En ont fait un billet: Clara, Cathulu,
Le carnet de la mathématicienne de Michelle Richmond. (Buchet. Chastel, 2012, 416 p)  Roman traduit  de l'américain par Sophie Aslanides. Titre original: No One you Know

Michelle Richmond est l’auteur de trois romans dont L’année brouillard (l2009) et Le Rêve d’Amanda Ruth (2011).  Née à Mobile dans l’Alabama et lauréate de plusieurs prix littéraires, elle vit aujourd’hui avec son mari et son fils à San Francisco où elle enseigne les techniques d’écriture et publie sur le Web Fiction attic, une revue littéraire.
Livre lu dans le cadre de l'opération Masse critique de Babelio 

27 commentaires:

  1. mmmh ce roman apparait de plus en plus tentant...(pour masse critique, je n'ai pas pu y participer, grrr!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu ne le trouves pas assez vite à la bibliothèque, je te l'envoie. Pour l'instant je l'ai proposé à Aifelle.

      Supprimer
  2. Je l'ai déjà noté chez Cathulu, il me reste à espérer que la bibliothèque l'aura à la rentrée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'as-tu pas reçu mon mail où je te propose de te l'envoyer? Il est à ta disposition!

      Supprimer
  3. Un roman vraiment très riche !:)

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. Moi aussi: il est vraiment bien fait!

      Supprimer
  5. Tellement traumatisé par les maths que rien que le titre aurait tendance à me faire fuir. Mais bon, ton avis vient tempérer les choses et au final je suis davantage intrigué que rebuté^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas besoin d'aimer les maths pour suivre ce roman. L'intérêt est ailleurs même si les passages concernant les problèmes à résoudre sont intéressants même si, comme moi, on n'y comprend pas grand chose!

      Supprimer
  6. ah un polar qui tient la route c'est bon à prendre car je viens d'en lire deux qui m'ont déçu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est à peine un polar. C'est plutôt un roman avec une jeune femme qui recherche l'assassin de sa sœur, 20 ans après, sans aucune méthode policière ni aucun autre appui que son esprit de déduction et sa ténacité.

      Supprimer
  7. Non, je n'ai pas reçu ton mail. Je t'en envoie un tout de suite ...

    RépondreSupprimer
  8. J'avais beaucoup aimé L'année brouillard, et puis je vois que la traductrice est celle de Craig Johnson ! De quoi noter ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu "L'année brouillard" mais "Le rêve d'Amanda Ruth".. Celui-ci est meilleur!

      Supprimer
  9. J'ai un autre roman de l'auteure dans ma pile... l'année brouillard, je pense. On va commencer par celui-là... et on verra après!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "L'année brouillard" ne reçoit que de bonnes critiques. Je vais le lire aussi.

      Supprimer
  10. moi et les maths... disons que ce n'est pas vraiment un histoire d'amour! Mais je ne rechigne pas à lire sur le sujet, après le thriller Improbable qui m'avait réconciliée avec le sujet (du moins sa lecture, pas sa pratique, faut pas pousser non plus!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'inquiète pas: tu n'es pas la seule dans ce cas mais vraiment les maths ici se font si légères qu'on ne se souvient plus qu'elles nous ont beaucoup ennuyées parfois!

      Supprimer
  11. J'avais beaucoup aimé "L'année brouillard", celui-ci me tente moins ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'ayant pas lu le premier, je ne peux pas comparer mais, dans l'absolu, je peux te dire que c'est un des bons romans que j'ai lus dernièrement.

      Supprimer
  12. Une auteure à découvrir on dirait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, ses romans reçoivent un très bon accueil de la blogo, depuis quelque temps.

      Supprimer
  13. Bon, j'ai beaucoup aimé " Le rêve d'Amanda Ruth " et je viens de lire en commentaire que tu dis que celui-ci est meilleur, d'accord... je vais adorer ! o))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui-ci,je l'ai trouvé plus policier que sentimental.

      Supprimer
  14. Il est tout en haut de ma PAL et attend les vacances pour être dévoré ;-) J'avais beaucoup aimé "L'année Brouillard" !

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.