vendredi 4 octobre 2013

Il faut beaucoup aimer les hommes, Marie Darrieussecq

Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela, ce n’est pas possible, on ne peut pas les supporter.  (Marguerite Duras)

Une femme rencontre un homme. Coup de foudre. L’homme est noir, la femme est blanche. Et alors?  (4éme de couverture)
Entre ces deux citations, le récit de la relation  entre Solange  - déjà personnage dans "Clèves", un roman de 2011, devenue actrice de second ordre à Hollywood, d'origine basque - et Kouhouesso Nwokam, beau Camerounais à dreadlocks et grand manteau dont l'obsession est d'adapter le roman de Conrad: "Au cœur des ténèbres" qu'il ira tourner au Congo avec mille difficultés,  Solange à ses côtés, censée tenir un petit rôle. 

Pour elle , c’est  une grande histoire d’amour,  pour lui, ce n’est qu’un passe temps et quelques textos plus ou moins rassurants  entre de longues plages de silence  qui s’étirent de plus en plus.  Elle ne pense qu’à lui, il ne songe qu’à son film.

Le récit navigue entre Hollywood,  avec Georges (Clooney),  Steven (Soderberg), Vincent (Cassel)  et bien d’autres acteurs célèbres, Paris et la Côte basque où vit le fils et la famille de Solange et  surtout l’Afrique où se tourne le film, au Gabon, au Cameroun, avec des Pygmées ou plutôt des Bakas. Les difficultés s’enchaînent. Tout est lourd, lent, compliqué.  On y rencontre les abikus, les enfants qui meurent à peine nés, les démons «qui entraient dans les corps et y faisaient des démoneries »,  les arbres qui parlent et «prennent le parti des sages» et on respecte les caprices coûteux des stars qui craignent les maladies. 
La relation entre la jeune actrice blanche et le réalisateur noir a-t-elle résisté à tant de déboires?
Après le retour à Roissy, le récit s'achève et il faut les  deux deniers chapitres de seulement quelques lignes chacun   pour qu'on soit informé de ce qui s'est passé. 
Merci à Marie Darrieussecq d'avoir ainsi pris soin de ses lecteurs en leur proposant une fin en bonne et due forme. 

Si je n'ai pas été particulièrement captivée par cette histoire, le style de l'auteur en revanche  m'a séduite: des phrases courtes, précises, ciselées qui m'agaçaient au début, en raison du rythme saccadé que cela donne à la lecture  puis curieusement j'ai apprécié ensuite, comme si je lisais en accéléré, toujours un peu à bout de souffle, presque comme en lecture rapide. Ça tombe bien: l'histoire s'y prêtait. 

Le livre était retenu sur la première sélection pour le Goncourt et le Médicis. Il a disparu du Goncourt mais qu'en est-il du Médicis?  Il est sur la liste de la deuxième sélection que voici:

Les 8 romans français  (2éme sélection du Médicis)
« Le Milieu l’horizon », par Roland Buti (Zoé) 
« Voir du pays », par Delphine Coulin (Grasset)
« Il faut beaucoup aimer les hommes », par Marie Darrieussecq (P.O.L)
« Faber. Le Destructeur », par Tristan Garcia (Gallimard)
« Le dernier seigneur de Marsad », par Charif Majdalani (Seuil)
« Faillir être flingué », par Céline Minard (Rivages)
« La Conjuration », par Philippe Vasset (Fayard)
« Arden », par Frédéric Verger (Gallimard)

Il faut beaucoup aimer les hommes, Marie Darrieussecq

Rentrée littéraire 2013 (Participation 2)

25 commentaires:

  1. Je n'arrive pas à savoir s'il me tente celui là :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ça peut être un critère, je te dirais que l'écriture m' a peut-être intriguée, c'est vrai et pourtant je n'aimerais pas le relire, ce roman.

      Supprimer
  2. Ses thèmes ne m'attirent pas du tout, ce n'est pas avec celui-ci que je franchirai le pas ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le premier livre que je lis de cette auteur mais je m'attendais à mieux!

      Supprimer
  3. Le titre me fait sourire... mais l'auteur moins ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait que je lise Truismes, le roman qui l'a fait connaître!

      Supprimer
  4. Je l'ai eu pour mon anniversaire ! Je le programme pour la semaine prochaine...
    Je reviendrai prendre ton lien et lire ton article. Je n'ai vu que ta conclusion...

    RépondreSupprimer
  5. Mouais... je n'aime pas beaucoup Darrieussecq...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non? eh bien je ne suis pas très enthousiaste non plus, comme tu l'auras compris, mais ce n'est que mon premier livre!

      Supprimer
  6. Affaire à suivre pour le Médicis, alors.

    RépondreSupprimer
  7. Réponses
    1. Peu de chance alors que celui-ci te plaise!

      Supprimer
  8. Ces auteurs français m'ennuient ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je leur préfère de loin les Américains! Ce n'est pourtant pas faute d'essayer!

      Supprimer
  9. Bonsoir,
    pas un mauvais souvenir de Truisme mais je l'ai lu en 1997 et ne m'en rappelle que vaguement ....
    Bisous et bon WE !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas très envie de poursuivre ma découverte de cet auteur!

      Supprimer
  10. Je garde un très mauvais souvenir de Clèves donc je passe mon tour sans aucun regret.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais quand même bien lire Truismes , pour comprendre les raisons de son succès!

      Supprimer
  11. C'est une auteur qui ne m'attire pas du tout : de la littérature française comme je n'ai pas envie d'en lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon premier essai avec elle mais il n'est pas très concluant, comme tu vois!

      Supprimer
  12. Il est dans ma LAL, j'espère avoir la chance de le lire d'ici la fin de l'année!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et surtout j'espère que tu l'apprécieras!

      Supprimer
  13. Je n'avais pas été transcendée par Clèves, il faut peut être que je retente avec celui ci...

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.