dimanche 10 août 2014

Lady Hunt, Hélène Frappat

Pourquoi ce besoin constant de vouloir  garder le souvenir de chacune de mes lectures, même et peut-être surtout  si je ne les ai pas aimées, comme aujourd'hui? Écrire un tel billet m'est difficile parce que  tout d'abord, comme ça, spontanément, à peine le livre refermé,  je ne sais pas vraiment au juste ce qui m'a déplu. 
Certains passages comme celui-ci résument assez bien mon malaise. 
Peu à peu le rêve a envahi tout l'espace. Il a enfreint la frontière du jour et de la nuit. Chaque réveil conservait la marque de l'autre monde. Son odeur collait à mes vêtements, à mes cheveux. Le rêve se mêlait aux souvenirs. Le futur avait un air de déjà-vu. Quand le rêve s'est invité sur le mur de ma chambre, il m'a chassée de chez moi.
Je les trouve beaux et agaçants à la fois. Poétiques, mais trop peu explicites. De quoi s'agit-il au juste? Je ne suis pas sûre d'avoir bien compris l'histoire.
Il y est question d'une maison  pleine de brume et de mystère qui hante l'héroïne Laura Kern  (dont le prénom peut aussi devenir Luna, du nom de cette maison dans l'incendie de  laquelle fut brûlée vive Diane, son arrière-grand-mère )
Au bout de la route, Luna m'attend. Diane me réclame en sacrifice.
Toi et moi avons hérité de la chevelure de Diane. Le feu est là dans nos cheveux. Le feu protecteur et vivant de Diane chasseresse. Et la lune d'Hécate doit sortir de nos cœurs. 
 Les maisons ont une grande importance. Laura les fait visiter aux éventuels acheteurs  de la Plaine Monceau, à Paris. C'est là aussi  qu'elle vit sa liaison avec son employeur, là qu'elle a des visions dans les miroirs, là qu'elle a vu disparaître un enfant.  

A ces souvenirs s'ajoute la crainte toujours présente d'avoir hérité du sang des Kern. Son père l'a quittée quand elle avait sept ans, à l'annonce de la maladie de Huntington. Laura et Elaine sa sœur vont-elles se décider à connaître leur propre sort? Ont-elles hérité du gêne de John, leur père? Quel rôle pourrait jouer cette malédiction dans les étranges visions et les peurs de la jeune femme? 

Tout cela pouvait m'intéresser mais non, je n'ai pas pu m'attacher aux personnages. Ils ne m'ont pas semblé réels. Peu m'importait leur sort. Un comble avec la menace de cette terrible maladie psychique planant au-dessus d'eux! Une déception. 

Lady Hunt, Hélène Frappat, (Actes Sud, août 2013, 318 p )

27 commentaires:

  1. Réponses
    1. J'ai aimé le début. J'aurais voulu pouvoir l'aimer jusqu'à la fin!

      Supprimer
  2. j'y ai trouvé beaucoup de bémols...

    RépondreSupprimer
  3. Les passages que tu cites m'auraient agacée et incitée à virer le bouquin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le style poétique de l'auteur. J'ai été tentée à plusieurs reprises de fermer définitivement le livre sans connaître la fin.

      Supprimer
  4. J'ai beaucoup aimé ce roman... (voix discordante) ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'es pas la seule et justement ce sont les blogueuses avec lesquelles je suis souvent d'accord qui l'ont aimée le plus, ce qui m'a déconcertée.

      Supprimer
  5. Je crois que c'est un livre qu'on aime ou qu'on n'aime pas, sans milieu possible. Pour ma part, j'avais passé un très bon moment, mais il faut accepter la part d'onirisme et de fantastique qui s'infiltre dans ces pages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute! J'aime le fantastique dans un roman mais probablement moins le flou et le style poétique.

      Supprimer
  6. J'ai bien aimé l'atmosphère de ce roman, mais six mois après ma lecture je dois reconnaître qu'il ne m'en reste plus grand chose. ..

    RépondreSupprimer
  7. Bienvenue au club... je n'ai pas aimé non plus mais au moins, j'ai pu rédiger un billet drôle à partir d'un livre peu apprécié ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui,j'ai apprécié. J'ai eu l'impression que presque tout la blogo l'avait déjà lu, ce roman: les réactions sont d'ailleurs très variées.

      Supprimer
  8. Je pense que je serais comme toi, j'ai un peu de mal avec ce style.

    RépondreSupprimer
  9. Je ne me rappelle plus trop de l'histoire, mais plutôt de l'ambiance générale du roman, que j'ai bien aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi c'est surtout l'ambiance qui me restera mais je l'ai moins aimée que toi cependant.

      Supprimer
  10. Et bien l'extrait que tu as mis ne me tente pas trop pour la lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce roman restera pour moi une vraie déception.

      Supprimer
  11. Qu'est-ce qu'il aura suscité des controverses ce roman! Il divise complètement la blogo! Personnellement, je l'ai aimé mais il est vrai que quelques passages étaient compliqués à comprendre. C'est beaucoup dans l'imaginaire, le ressenti, le mystérieux. C'est sans doute l'ambiance qu'Hélène Frappat a voulu installer avec cette histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute mais je trouve que c'est justement le genre de livre qui dépend beaucoup de l' humeur au moment où on le lit. Je crois que ce n'était pas la bonne période pour moi alors que j'ai surtout besoin en ce moment d' histoires fortes ou au contraire très légères, des romans d'été en somme.

      Supprimer
  12. C'est un des livres que j'ai abandonné il y a peu.
    L'histoire m'attirait et puis, je n'ai rien compris.
    Dommage.

    RépondreSupprimer
  13. Un roman pas banal qui m'a plu au début au moins, un peu moins sur la fin, mais me reste une belle impression néanmoins

    RépondreSupprimer
  14. oh non...je l'ai beaucoup beaucoup aimé.....
    Bon je sais qu'il ne fait pas l'unanimité, il est très spécial, avec moi ça a pris tout de suite...

    RépondreSupprimer
  15. C'est un roman qui me tentait terriblement et qui m'a beaucoup déçue aussi: pas beaucoup de plaisir à la lecture, un sentiment de confusion et comme toi, pas vraiment d'attachement aux personnages. Je me souviens d'une rédaction de billet très pénible.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.