vendredi 11 juillet 2014

Karina Sokolova, Agnès Clancier

Comme le renard du Petit Prince a été apprivoisé à sa demande pour devenir unique au monde, en partageant tout son amour, de même Karina Sokolova, petite ukrainienne de trois ans, abandonnée à sa naissance dans un orphelinat de Kiev, est devenue l’enfant unique et adorée  de sa mère adoptive, la narratrice, la romancière, Agnès Clancier qui évoque  leur vie en s’adressant à la jeune fille  devenue grande,  prête à quitter le nid  qui l’avait recueillie.
C’est un récit autobiographique, un livre de souvenirs, un bel hymne d’amour pour ce bébé si fragile devenue une belle jeune femme rieuse et confiante. C’est bien écrit, avec sincérité et pudeur. J’ai beaucoup aimé.
  Cela fait plusieurs années que tu ne demandes plus: Qu’est-ce qu’on va  faire,  après?  Et après? Et après?

L’avenir ne te fait plus peur. Tu es rassurée, confiante. Tu bâtis des projets, qui t’appartiennent. Tu parais convaincue que tout le reste de ta vie sera facile. Les requins mangeurs de maman ne viennent plus hanter ton sommeil. Tu as l’insouciance des adolescentes.
Il n’est personne sur terre qui soit plus gaie que toi.
(…)
Le passé est ce qu’il est. Fait de miracles et de mystères.
C’est ton histoire. Elle a fait de toi la magnifique personne que tu es. Il n’y a rien à changer.  
 Billets  de Cuné et de Clara

Résumé de l'éditeur:
 Lorsque la narratrice découvre celle qui deviendra sa fille, celle-ci a trois ans. Abandonnée à la naissance dans une rue glaciale, son état est désespéré puis lentement s’améliore. Rien ne permet de dire d’où elle vient. Elle est seulement une enfant trouvée. Mais le formidable appétit de vivre dont elle fait preuve force son destin. Après des années de solitude, sa vie bascule ce jour-là et elle devient en un instant une petite fille aimée et choyée.
Mais les choses sont-elles si simples ? Comment vit-on privé d’une partie de son histoire et comment combler ces manques sans qu’il en reste pour toujours quelque chose d’inconsolable ?Agnès Clancier, avec beaucoup de délicatesse, nous raconte l’histoire d’une relation mère fille exceptionnelle, sorte de chemin d’amour où chacune apporte à l’autre ce qui lui manque.
 Karina Sokolova, Agnès Clancier, (arléa, 2014,  227 p.)

7 commentaires:

  1. un très beau roman plein de pudeur, oui !

    RépondreSupprimer
  2. Je ne me souvenais pas d'avoir vu passer ce roman, ça a l'air très beau...

    RépondreSupprimer
  3. Je l'avais noté et un peu perdu de vue, je renote.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai dû le faire commander par la bibliothèque. Personne ne connaissait!

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup l'extrait Je note!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.