lundi 30 juillet 2012

Un homme de Philip Roth

«Un homme»,  de Philip Roth, c’est  «Everyman»,  le titre original.   
Ce pourrait être n’importe qui  et  tout le monde puisque le destin de chacun,  réduit à l’essentiel,   est toujours fatalement le même  avec ces deux seuls  évènements vraiment majeurs que sont la naissance et la  mort.    

C’est tout le sujet du roman dont le héros,  anonyme,   vient de mourir sur le billard quand  commencent les premières lignes de cet unique chapitre qu’est son histoire.
"Autour de la tombe, dans le cimetière délabré, il y avait d'anciens collègues de l'agence de publicité, qui rappelèrent son énergie et son originalité et dirent à sa fille Nancy, tout le plaisir qu'ils avaient eu à travailler avec lui."   (Première phrase)
De l’aveu même de l’auteur dans un entretien, l’idée initiale du roman est d’écouter le corps  malade,  de "raconter la vie d'un homme non pas à travers ses succès ou ses amours, mais à travers les différentes maladies qui l'ont affecté tout au long de sa vie et qui le mènent finalement à la mort. Le corps est le paysage de ce livre.

C'était aussi le projet de Daniel Pennac dans son livre "Journal d'un corps". (Billet ICI)  Le sujet semble devenu à la mode mais quand Philip Roth écrit cette histoire sur la fragilité de l’homme face à la maladie, à la décadence et à la mort,  les   trois grandes œuvres  sur ce thème auxquelles il fait référence sont  La Mort d'Ivan Ilitch, de Tolstoï,  La Montagne magique, de Thomas Mann,  Le Pavillon des cancéreux, d'Alexandre Soljenitsyne.

Cependant ce n’est pas un roman triste ou morbide bien qu’égrené de détails sur  la santé du héros, ses  maladies, ses opérations variées et  ses urgences médicales  mais c’est surtout le bilan de sa vie  qui n’est pas des meilleurs alors qu’il avait tout pour être heureux : de bons parents, un frère aîné  aimé et admiré, une belle réussite professionnelle,  de l’aisance,  un premier mariage qui lui a donné deux fils puis un second dont il a eu sa fille chérie et enfin un dernier avec une jeune mannequin. 
Seulement, contrairement aux apparences, sa vie lui semble un échec surtout sur le plan sentimental. Il se retrouve seul  à la fin de sa vie. Ses deux fils lui en veulent de son divorce.  Sa  dernière femme,  inexistante face aux maladies,  s’éloigne définitivement, le laissant seul avec ses infirmières.  Par jalousie  de la santé florissante de son frère aîné,  il s’est détaché de celui qui était son seul véritable soutien moral et financier.  Il ne lui reste que sa fille, la seule vraie chance de sa vie finalement mais elle est très occupée.
Enfin conscient de ses erreurs,  Il voudrait  rattraper le temps perdu et se rapprocher des siens, du moins de ceux qui lui restent car le vide s’agrandit autour de lui à chaque nouveau décès de ses parents, amis ou simples connaissances. C’est tout un monde qui disparaît avec eux et sa solitude s’accroît sans cesse.
C’est un homme simple  qui essaie de se soumettre avec stoïcisme  aux contraintes  des coups du sort.  Se sentant artiste, Il  donne  tout d’abord des cours de peinture à d’autres retraités comme lui puis abandonne, ne trouvant plus refuge ni dans l’art, ni dans la religion, ni  dans quoi que ce soit d’autre.   Il n'y avait que des corps, nés pour vivre et mourir selon des limites fixées par d'autres corps nés et morts avant eux.  
Ce n’est pas un héros, mais juste un homme parmi d’autres qui tente de survivre de son mieux. Il n'a rien de glorieux  ni de particulièrement admirable malgré sa réussite sociale mais la lecture  de ses difficultés,  elle, en revanche,  a su me séduire.    

Ce billet se voudrait dithyrambique pour un  livre très aimé, un  admirable chef d’œuvre, un  coup de cœur enfin,  tellement attendu. Je n’ai qu'une  critique  à lui faire: lu en trois-quatre heures,   il m’a pourtant  semblé  trop court!
Un homme de Philip Roth - Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Josée Kamoun. 2007.  Ed. Gallimard, coll. Du monde entier, 150 p. Titre original: Everyman. (2006)

(Dans quel challenge pourrait entrer ce billet?)  J'avoue avoir perdu le fil de ceux qui existent en ce moment  (à revoir) 

13 commentaires:

  1. Je n'ai pas apprécié tous les livres de Roth que j'ai lus (pour certains, c'était il y a longtemps et j'étais certainement trop jeune), mais celui-là m'intéresse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le thème ne plaira sans doute pas à tout le monde mais le roman est très réussi, je trouve.

      Supprimer
  2. J'ai toujours "la tâche" dans ma PAL, alors pour l'instant, je n'en rajoute pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas lu encore "La tâche" mais bien envie!

      Supprimer
  3. Je n'avais pas accroché à cette histoire trop triste.

    RépondreSupprimer
  4. Comme j'ai subitement honte de n'avoir jamais lu Philip Roth ;) je l'inscris dans la liste des priorités.
    Et je te laisse ici un petit salut amical au passage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de honte à avoir: tant de livres que tu connais et que je n'ai pas lus! Un petit salut dominical à toi aussi!

      Supprimer
  5. Toujours pas lu cet auteur qui m'attend dans ma PAL...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette fameuse Pal qui nous nargue sans cesse! :)

      Supprimer
  6. J'ai adoré Opération Shylock de l'auteur mais Portnoy et son complexe m'attend toujours dans ma PAL. J'attends de l'avoir lu avant d'en lire d'autres de l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. A chouette, j'ai ce livre dans ma PAL depuis peu, il semble que j'ai choisi le bon titre pour découvrir l'auteur !

    RépondreSupprimer
  8. Je l'ai lu il y a quelques années mais il ne m'en reste rien !

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.