vendredi 13 juillet 2012

Le livre périssable, une solution pour diminuer les PAL?


Une nouvelle apprise hier m'a bien suffoquée, ICI
Sous prétexte que les lecteurs auraient tendance à acheter des livres sans s'y plonger aussitôt, la maison d'édition argentine Eterna Cadencia a lancé sur le marché "El libro que no puede esperar, ou "le livre qui n'attend pas".
Il s'agit d'un livre vendu dans un sac hermétique et imprimé avec de l'encre qui disparaît progressivement au contact de l'air et de la lumière. Deux mois après sa première ouverture, les pages de l'ouvrage redeviennent totalement blanches.
Nous pensons que c'est une manière magique et poétique d'expliquer un problème réel. Nous avons voulu faire un livre qui était un message en soi, qui nous incitera à lire ces auteurs avant que leurs récits ne disparaissent vraiment, là, devant nos yeux
Ainsi,  les auteurs seraient sûrs d'être lus et les jeunes écrivains se sentiraient encouragés.

Idée folle, simple pub ou bonne idée? En tout cas l'expérience a eu du succès puisque l'éditeur est en rupture de stock pour ce livre et que  de nombreux auteurs sont partants pour l'aventure.

De même, toujours dans le domaine de la rentabilité et de la vitesse, pour pouvoir vendre davantage
d'e-books aux bibliothèques, l'éditeur HarperCollins fait désormais expirer les siens au bout de 26 prêts.
En supposant que l'emprunteur le garde en moyenne deux semaines, cela signifie une durée de vie d'une année au minimum. Depuis, de nombreux bibliothécaires se mobilisent à travers le pays et boycottent HarperCollins, l'éditeur de Doris Lessing, Joyce Carol Oates ou encore Sarah Palin.
Voir ICI, sur le journal du net.

43 commentaires:

  1. Alors je ne vis pas dans "Mission Impossible", donc le coup du "ce document s'autodétruira blablabla" je trouve ça... stupide. Moi mes livres, j'aime les garder, pouvoir en relire des passages etc., donc s'il s'efface... et puis on fait quoi du truc quand il n'a plus que des pages blanches ? On le réécrit ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve ça effarant! C'est le monde du vite fait, vite acheté, vite utilisé, vite jeté! Tout disparaît.

      Supprimer
  2. N'importe quoi ! Je n'achèterai jamais un livre pareil. Vu le temps que mes livres restent dans ma PAL, quand je voudrais les lire, ils seraient tous blancs !!!
    Et pour l'ebook, alors là, vraiment nul !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me rappelle mon écœurement quand j'ai vu que mes photos d'il y a plusieurs années devenaienet rouges et pratiquement inutiles dans mes albums!

      Supprimer
  3. Comme Manu, mon avis est tranché : n'importe quoi ! Seul point positif : l'imagination de nos contemporains n'a pas de limite lorsqu'il s'agit de faire vendre. Tout, absolument tout, du moment que l'on en parle un moment et que cela se vende pendant que c'est la mode...
    Enfin, je vais chez mon libraire cet après-midi, je vais m'assurer que les livres que j'achète resteront lisibles très longtemps, il faut bien ça vu l'état de ma PAL ;-)
    Bonne journée Mango !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après une telle info, je regarde ma Pal d'un œil beaucoup plus bienveillant! :)

      Supprimer
  4. Un livre qui, lorsque l'encre disparaitra se changera en carnet livre à écrire personnel ?
    Ou quelques acheteurs malins ne l'ouvriront jamais pour pouvoir le revendre dans 10, 20 ans ?

    Franchement, vous aimeriez acheter un livre qui sera redevenu vierge dans deux mois ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'y pense même pas une seconde! :((

      Supprimer
  5. C'est une nouveauté qui ne m'entraine pas, je préfère garder mes vieux bouquins!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil pour moi! Quelles idées saugrenues!

      Supprimer
  6. j'adore l'idée mais ça me stresserait trop d'avoir de tels livres chez moi ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve un côté menaçant à ces deux initiatives!

      Supprimer
  7. Eh bien, je crois que l'idée du livre, avec l'encre magique qui disparait, ne me plairait pas du tout. La conservation, c'est tout de même l'une des fins en soi qui fait que j'achète un livre. Si c'est pour me retrouver avec un livre vide au final, non merci !
    Quant au deuxième sujet, je serais aussi d'avis de boycotter HarperCollins. C'est quoi ces prêts limités? Non mais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère bien que ces idées ne seront pas reprises! C'est consternant!

      Supprimer
  8. alors là, j'y crois pas ! :D
    je ne risque pas d'en acheter de ces livres-là, même si effectivement cela résoudrait le problème des pal ;)
    mais comme kikine, je serais stressée à l'idée d'avoir un livre de ce type
    et puis, sincèrement, ça fait très "dictateur" tout ça

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est fou, ce qui se propose en ce moment!

      Supprimer
  9. C'est quoi cette histoire ... un poisson d'avril ou effectivement un statagéme digne d'une uchronie totalitaire ... oui c'est bien ça , nous vivons sous la dictature de la consommation à court terme et de l'obsolescence de plus en plus programmée !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je réagis comme toi! C'est une histoire de folie! Pourvu qu'elle ne devienne pas collective!

      Supprimer
  10. C'est toujours la même chose, le livre est traité comme un kleenex, son contenu n'a aucune importance, alors que c'est la première chose que nous recherchons. Je ne risque pas d'adhérer à de telles démarches.

    RépondreSupprimer
  11. Moi je trouve l'idée plutôt sympathique et poétique. Le message délivré n'est pas si bête, ça a un petit côté amusant et pensé. Après forcément ça reste ponctuel, un coup marketing sûrement mais artistique aussi. Dans ce sens ça ne me choque pas. (mais bien sûr il ne faut pas non plus vendre ça au prix d'un vrai livre !)

    Par contre je reste perplexe pour les e-books de HarperCollins... J'ai du mal à comprendre à vrai dire. :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un coup d'essai mais j'aimerais mieux que l'expérience s'arrête là!

      Supprimer
  12. C'est une blague ! un effet publicitaire...
    OU... nous rentrons dans la 5ème dimension !
    Comme le dis L'Irrégulière, on se croirait dans Mission Impossible.

    RépondreSupprimer
  13. C'est toujours un coup de pub ces histoires mais pratiquement parlant c'est souvent stupide !! Je me souviens d'un éditeur de poche qui avait eu l'idée de livre jetable et dont les livres se désagrégaient en magasin (du vécu)... Ils ont vite changé de stratégie marketing.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle idée aussi! C'est bien le même principe! On jette tout. On ne conserve rien!

      Supprimer
  14. Je trouve que c'est du grand n'importe quoi ! Une proposition qui va dans le sens de la consommation car pour le relire, il faudra le racheter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour nous habituer à la lecture virtuelle sans doute!

      Supprimer
  15. Et bien voilà qui m'éviterait de revenir avec 40 livres d'une braderie aux livres :-))

    RépondreSupprimer
  16. Je suis interloquée ! Ce n'est pas possible !!! Cela va à l'encontre de toute déontologie et en particulier de la vocation d'un livre papier que l'on aime à garder et à relire 10 à 20 ans plus tard ! Donc si on n'a pas lu Les Misérables entre 10 et 15 ans, on ne pourra jamais le faire !! Et ainsi de suite... Je trouve ça...au-delà du stupide ! Manichéen et commercial...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est possible désormais dans ce domaine et il faudrait ne plus s'étonner. Il souffle comme un vent de panique qui pousse les éditeurs à faire n'importe quoi!

      Supprimer
  17. Brrreeee ça fait froid dans le dos .... Comme la dégénérescence programmée des biens de consommation :-s on ne sait plus quoi inventer en matière de consommation. Aux lecteurs d'intervenir en ne se procurant pas ce type de livre :-O
    On oublie ici encore les liens sociaux apportés par la lecture, pauvre monde capitaliste et déprimant....
    Bisous Mango !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus de traces, plus d'archives, plus de mémoires ... du vide!

      Supprimer
    2. Gloups ...
      Ah non alors ! Refusons ce principe en ne le cautionnant pas !

      Supprimer
  18. C'est ce qu'on appelle prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages ..................

    RépondreSupprimer
  19. Et le plaisir de lire, il est où ? Si on doit avoir un temps compté pour lire les ouvrages ? Je n'aime pas d u tout cette idée : je relis souvent les mêmes livres (hélas, ma mémoire a pafois des trous !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si les livres disparaissent sous cette forme, ceux que l'on a vont devenir précieux!

      Supprimer
  20. Ca nous pousserait à acheter des livres un peu moins compulsivement et à bien choisir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une contrainte de plus! Je n'aime vraiment pas cette idée!

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.