lundi 9 juillet 2012

Les identités remarquables, Sébastien Lapaque.

"Tu vas mourir, aujourd'hui, et tu ne le sais pas encore."
Ainsi commence l'histoire des "Identités remarquables" et ce début est si beau  que j'étais sûre que  j'allais adorer  mais de remarquables dans ce roman, je n'ai trouvé que le titre et cette toute première phrase.
C'est d'ailleurs ce qui a suffi pour me donner l'envie de  ce livre qui n'est plus tellement d'actualité puisqu'il date déjà d'il y a trois ans et que  la mode, en ce moment, est aux livres qui vont concourir pour les prix de la rentrée.
C'est donc de la chronique d'une mort annoncée dont il est question dès la première page et le récit est celui de cette unique  journée banale mais à l'issue  qui devrait être tragique. C'est habile. La curiosité du lecteur est amorcée et son attention ne faiblit pas même si  son ennui s'accroît tout au long de sa lecture.
C'est qu'il s'agit de savoir si le narrateur mourra comme prévu à la dernière page... et puis soudain j'ai eu un doute. Qui est au juste celui qui raconte en s'adressant toujours à lui-même comme à un autre  ou comme s'il s'agissait d'un autre, celui dont on ne connaît le nom qu'à la fin: Louis Lamballe -  et qui est alors ce Laroque, son seul ami qui se donne tant de mal  pour devenir écrivain?
Tout cela sur fond d'amours contrariées et de vengeance familiale.
Deux femmes poursuivent le héros: une Mademoiselle Mystère le condamne d'avance de sa haine féroce et une tendre  Caroline de son amour indestructible.
Rien à faire: ça n'a pas marché pour moi! Mon intérêt du début s'est envolé en cours de route. Qu'il meure ou pas à la fin,  j'ai fini par ne plus avoir si envie que ça de le savoir. Un comble!  

Billets à lire: Georges,   Laure, Audrey,
Sébastien Lapaque. Les identités remarquables. Actes Sud. Août 2009. 175 pages

20 commentaires:

  1. Aïe c'est mal parti en effet, quand on se moque pas mal de ce qui peut arriver aux héros (j'ai démarré un livre de ce genre - il stagne page 40)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'aurais abandonné aussi si cette première phrase ne m'avait pas poussée à aller jusqu'au bout sans tricher. Je m'attendais à ce que la fin soit aussi belle que le début! Hélas, elle n'était que banale.

      Supprimer
  2. Ah, que c'est décevant ces livres dont on espère beaucoup et qu'on est obligé de lâcher en cours de route!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, surtout quand ils promettent beaucoup au départ. La déception est d'autant plus grande!

      Supprimer
  3. Oui, toujours triste d'être déçue par un roman dont on attend beaucoup.

    RépondreSupprimer
  4. Une si belle couverture, un si beau début... pour une telle déception ! quel dommage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis tombée de haut et ça me fait encore mal! :)

      Supprimer
  5. Mauvaise pioche on dirait, tu ne me donnes pas envie de le découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La réussite des premières pages ne tient pas la route ensuite! Dommage!

      Supprimer
  6. Aie, dommage... c'est vrai qu'avec une telle première phrase, c'est difficile de résister.

    RépondreSupprimer
  7. Aïe, j'ai lu son roman qui sort à la rentrée et je n'ai pas aimé.

    RépondreSupprimer
  8. Ah, les livres qui se font accrocheurs dès les début pour nous laisser ensuite sur la route... Bon, moi, je laisse celui ci où il est !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au moins ça t'évitera d'être déçue!

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.