jeudi 26 juillet 2012

Combien? Douglas Kennedy

Présentation de l'éditeur:
Quand il entame la rédaction de Combien?Douglas Kennedy a trente-cinq ans, pas un sou en poche et serait bien incapable de discuter actions ou investissements. 
Mais s'il n'est pas un as de la finance, Kennedy est le plus fin des observateurs. Car après tout, écrire sur l'argent, n'est-ce pas écrire sur la condition humaine? 
Ce que j'en pense: 
C'est un livre sur l'argent, sur l'attraction et le pouvoir écrasant qu'il exerce depuis les années 70  mais surtout,  il s'agit, dans ce livre qui n'est pas un roman, et comme le suggère le sous-titre original, "Travels in Pursuit of Money",  de voyages  sur les grandes places financières en 1990. L'auteur avait déjà écrit deux récits de voyage (Au-delà des pyramides et Au pays de Dieu) et pas encore de roman.
Il se rendait compte alors qu'il était resté  un observateur distant plutôt qu'un participant actif des années de boom économique déclenché par le credo Reagan-Thatcher, de cette ère du triomphe des yuppies et de l'apologie de l'enrichissement à toute force.

Il se décida à consacrer une année entière  pour répondre à la question centrale: pourquoi et de quelle manière l'argent nous définit-il? Au centre du livre se tient la notion récurrente que l'argent est la  métaphore de tout ce qui nous dérange et nous déstabilise.
Contrairement à ce que je pensais au tout début, ce thème de l'argent à travers des rencontres de financiers de tous niveaux dans de nombreux pays, ne m'a pas ennuyée une seconde. L'auteur a su  rendre ces sortes de reportages très vivants. Lui se met au centre, bien sûr, en héros modeste et naïf d'une quête  qui se veut existentielle et ses interlocuteurs deviennent de vrais personnages dont la vie a  toujours fini par m'intéresser.  On sent très vite  que le romancier n'est pas loin.

Le point de départ est habile. A 35 ans, lors d'une fête, l'auteur retrouve ses anciens amis d'université qui tous, curieusement,  travaillent à Wall street. Il les interroge sur leur travail et leur vie de famille et ce qu'il découvre est si étonnant qu'il décide de partir faire le tour du monde des grands marchés de l'argent, ce qui le conduit de New York à Londres, en passant par  Casablanca, Sydney, Singapour, Budapest. On découvre des pays en plein changement, des parcours de vie très différents mais surtout on rencontre des hommes et quelques femmes qui ne sont pas dupes de la fragilité de leur situation  et qui, bien que devenus riches, ne sont pas particulièrement comblés. Un seul point commun les rassemble:  stressés en permanence,  ils travaillent énormément, sauf peut-être les Marocains, plus fatalistes.
Chaque rencontre est traitée comme  un mini roman et j'ai regretté à chaque fois de quitter aussi rapidement le personnage en question. 
Le style est celui des romans qui suivront: limpide, précis, simple. Ainsi de son arrivée à Sydney: 
Les villes du Nouveau Monde sont toujours plus séduisantes une fois la nuit tombée, quand leur anguleuse et agressive modernité est adoucie par le jeu des illuminations et de l'obscurité. Pas étonnant qu'une telle apparition nocturne ait excité tant d'appétits prédateurs: plus qu'aguichante, Sydney la nuit resplendit de promesses vénales. 
Un livre  à ne pas négliger.
 Douglas Kennedy vit entre Paris et Londres. Il s’est imposé avec, entre autres, L’homme qui voulait vivre sa vie (1998, réédition en 2005), La Poursuite du bonheur (2001), Les Charmes discrets de la vie conjugale (2005), La Femme du Ve (2007), Piège nuptial (2008), Quitter le monde (2009) et Cet instant-là (2011), tous parus chez Belfond et repris par Pocket. 

Combien? Douglas Kennedy.  Traduit de l'américain par Bernard Cohen. Éditions Belfond,  mai 2012, 312 pages. Titre original : Chasing Mammon : Travels in Pursuit of Money, 1992. Ce livre est un partenariat avec les éditions Belfond que je remercie. 

18 commentaires:

  1. J'ai arrêté de lire ses romans, mais ses "essais" m'ont l'ai intéressant (j'en ai un sur la bible belt...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le deuxième livre de l'auteur que je lis après un roman assez peu convaincant et dont je ne sais même plus le titre.

      Supprimer
  2. Certains passages m'ont laissée de marbre, mais globalement c'est effectivement très intéressant et instructif !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas l'impression d'avoir appris grand chose sur l'argent et ses utilisations concrètes mais davantage sur ceux qui s'en occupent à longueur de journées. Je n'en demandais d'ailleurs pas plus!

      Supprimer
  3. Je n'ai encore rien lu de cet auteur, même si j'ai un de ses titres dans ma PAL... Cet essai est complètement d'actualité!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai lu très vite, comme un roman.

      Supprimer
  4. J'ai lu La femme du Ve et j'ai tellement peu aimé que je n'ai jamais relu cet auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas non plus aimé un de ses romans et je ne sais même plus lequel!

      Supprimer
  5. Ca fait longtemps que je n'ai pas lu du Kennedy mais ce titre là ne m'attire pas du tout :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le titre me rebutait également et puis, bon, l'auteur nous parle surtout de ses rencontres avec des personnes très différentes et toujours insatisfaites donc intéressantes! :)

      Supprimer
  6. Je suis plus attirée par les romans, a priori...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un roman à proprement dit mais je l'ai lu presque comme tel!

      Supprimer
  7. Tout comme Gwenaëlle, je ne l'ai jamais lu, malgré un roman qui attend dans ma PAL depuis longtemps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Généralement je ne me précipite pas non plus sur ses dernières parutions!

      Supprimer
  8. Jamais lu ses romans (j'ai lu trop d'avis négatifs) et je ne savais d'ailleurs pas qu'il s'essayait à d'autres genres. Je ne sais pas trop. Comme le dit Gwenaelle, voilà un sujet phare mais je pense que je préférerais une analyse à un assortiment de témoignages.

    RépondreSupprimer
  9. Un auteur qui ne m'a jamais convaincu.

    RépondreSupprimer
  10. "La femme du Ve" m'avait déçu, du coup, j'hésite.

    RépondreSupprimer
  11. Ça m'a l'air interessant ! un titre qui fait fait envie.
    J'ai toujours aimer découvrir les secrets et coulisses de la famille Kennedy.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.