jeudi 31 mai 2012

Abandons de mai 2012

Hélène, (Lecturissime)  ce matin, ICI,  me rappelle une bonne idée: celle de regrouper en fin de mois ces livres pour lesquels je ne fais pas toujours  de billets parce que trop décevants ou  abandonnés en cours de route pour diverses raisons. Il y en a eu plusieurs ce mois-ci dont certains traînent encore sur ma table.

Supplément à la vie de Barbara Loden de Nathalie Léger (P.O.L, 2012, 150 p.) Barbara Loden ( 1932/1980)  est une actrice, la deuxième femme d'Elia Kazan,  qui ne joua qu'un seul rôle important au cinéma, celui qu'elle se donna en tant que réalisatrice, celui de  Wanda une mère de famille qui fit de la prison après un braquage. Ainsi résumé, ce récit pouvait me plaire. Hélas, je me suis vite perdue dans les méandres d'une  ambition  trop démesurée et qui m'a semblé vaine surtout. La romancière  s'est compliqué la vie en voulant trop bien faire sans doute et mon plaisir de lectrice s'en est trouvé anéanti. 

Voici son propre résumé à la page 82:
Résumons. une femme contrefait une autre écrite par elle-même à partir d'une autre( ça, on l'apprend plus tard), jouant autre chose qu'un simple rôle, jouant non pas son propre rôle, mais une projection de soi dans une autre interprétée par soi-même à partir d'une autre.
Ouf!  Après quoi, j'ai abandonné.  Je ne suis ni masochiste ni étudiante pour me  casser la tête ainsi!

La onzième heure de Isabelle Pestre (Belfond, septembre 2011,188 p)
"Premier roman initiatique évoquant Le Clézio, (Le désert) où l'indicible est décrit avec précision et acuité." ai-je lu quelque part.
L'auteur, mère de cinq enfants,  a 36 ans et  vit à Versailles.
Le récit est celui des malheurs de Lisbeth, rejetée par ses parents car lourde et passive et confiée à onze ans,  lors d'un séjour à la mer, à la garde d'une baby-sitter qui la délaisse pour son petit ami.  Elle se confie alors à un Albanais immigré qui ignore sa langue mais l'écoute jusqu'au drame.
Catastrophique! Dans les deux sens du terme! J'ai préféré en rire, n'ayant pas trouvé  cela crédible - ou  parce que trop grotesque ou trop  cliché, bref pas convaincue la lectrice - du tout - sauf au début: ça partait bien mais après...! Désolée  Clara et  Hérisson,

Bon, j'en ai quelques autres encore que j'ai laissé tomber ainsi  en cours de route mais je me lasse. J'hésite: ne vaut-il pas mieux passer sous silence  un livre qu'on n'aime pas plutôt que d'en dire du mal? Entre les deux attitudes mon cœur  balance toujours. Une vérité demeure: j'éprouve un plus grand plaisir à faire les éloges d'un roman qui m'a plu que de descendre un récit qui m'a ennuyée.

C'est ainsi que j'arrête là car revenir sur ce que je n'aime pas me gâche le moment présent. Alors à quoi bon?  Après tout, je ne suis pas critique de profession -  pour mon plus grand plaisir  d'ailleurs! Personne ne m'oblige!

39 commentaires:

  1. Tant de livres abandonnés en un mois ? Je n'en ai pas autant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois bien en avoir deux ou trois encore que je n'ai pas aimés et plusieurs BD que je vais rendre à la bibliothèque sans les avoir terminées. Pas toi?

      Supprimer
  2. Ce mois-ci je n'en ai pas eu mais en mars et avril, j'en recense trois qui, si j'avais pu, je les aurais lâchés volontiers... J'ai fait des billets désastreux mais c'était pour des partenariats et là aussi, je préfère dire ce que j'en pense ... Mais, comme toi, si ce sont des livres à moi, j'élude le billet autant que faire se peut....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois, je prends ça à la légère,un soupir et je prends un autre livre qui pourra mieux me retenir. Dans ce cas, j'oublie tout simplement ce livre sans faire de billets mais parfois aussi, quand ces romans se succèdent trop rapidement, je prends la mouche tellement je suis déçue par tout ce temps perdu, alors j'écris un billet d'autant plus rosse que les articles de presse étaient très élogieux.

      Supprimer
  3. En même temps, tout n'est pas bon, ou des choses peuvent être améliorées, donc il n'est pas bon que les auteurs n'entendent que des critiques dithyrambiques,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous lisent-ils? Je n'en suis pas si sûre sauf exception!

      Supprimer
  4. Je peux me joindre à vous pour la lecture d'Hiver, de Mons Kallentoft, le 12 septembre ? Si tout va bien d'ici là !

    RépondreSupprimer
  5. Je n'en abandonne pas souvent et si je n'aime pas un livre, je préfère le dire, sinon c'est comme cela qu'après on achète un roman les yeux fermés parce que tout le monde en a dit du bien. C'est mieux d'avoir des ressentis contrastés non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai pour les livres qu'on n'aime pas pour telle et telle raison mais ceux qu'on abandonne, tellement tout de suite on s'ennuie ou bien on n'y comprend rien ou le style nous est définitivement désagréable, souvent je préfère n'y plus penser et ne pas m'imposer une épreuve supplémentaire en les analysant.

      Supprimer
  6. Je parle de mes déceptions et abandons seulement si j'ai persévéré au-delà d'un minimum raisonnable, de façon à pouvoir argumenter un peu... On n'a pas forcément beaucoup à dire sur un livre abandonné après 15 petites pages ! Et il m'arrive souvent aussi de ne pas avoir envie d'en parler du tout. Les blogs, c'est pour se faire plaisir, si c'est un pensum, cela ne m'intéresse pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah,voilà! Tu exprimes là exactement ce que je pense aussi.

      Supprimer
  7. Je comprends que tu aies abandonné le premier : ca a l'air d'une histoire assez incompréhensible !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus j'avançais dans ma lecture plus ça devenait un casse-tête absolu.

      Supprimer
  8. Disons que de temps en temps, c'est pas mal de faire un article sur ceux qui nous sont tombés des mains (ce qui ne veut pas dire qu'ils sont mauvais...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais il ne faudrait pas que ce soit trop souvent or je tombe parfois sur certains petits livres d'une vacuité abyssale ou au contraire d'une prétention qui tourne au snobisme incantatoire de certaines coteries intellectuelles! Tu admireras cette fin de phrase qui se veut parodique! :))

      Supprimer
  9. J'ai eu la même ressenti pour le Barbara Loden, de bons passages et un thème intéressant mais l'ensemble ne m'a pas emballée non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as quand même réussi à aller jusqu'au bout. Franchement je t'admire!

      Supprimer
  10. J'ai aussi tendance à ne pas écrire sur un livre qui ne m'a pas retenu, je le passe sous silence. Mais le commentaire d'Aifelle fait réfléchir ( c'est finalement pour cela que j'ai chronique " du domaine des murmures " malgré ma déception, et j'ai été surprise de lire autant de com' faisant part de déception aussi, comme quoi. Mais c'est vrai que ce n'est pas très plaisant comme billet, on préfère partager nos enthousiasmes ! )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que cette drôle de réaction des lecteurs qui n'avouent leur déception que si quelqu'un avant eux a d'abord écrit un billet négatif, ça m'a toujours impressionnée. Ce qui laisse trop souvent penser qu'un livre est unanimement apprécié par la blogo alors que ce n'est pas le cas.

      Supprimer
  11. En général, j'essaie de commenter toutes mes lectures, y compris celles que je n'ai pas aimées (exception de ce mois-ci : "La vie intérieure de Martin Frost" de Paul Auster car je n'avais strictement rien à dire dessus...).
    Si je me limitais aux livres aimés, je pense que cela donnerait l'impression que j'adore tous les livres qui me tombent dans les mains.
    Moi même en tant que lectrice de blogs, je pense que je douterais de la légitimité d'un lecteur qui enchaînerait les éloges à tour de bras.
    Et puis les critiques négatives font débat, permettent de cerner les goûts des uns et des autres et peuvent même pousser à la curiosité :) (cela dit ton abandon n°1 ne me tente pas ^^).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'avouerai que si je n'aime pas trop moi-même en écrire, j'aime beaucoup lire les billets critiques, évidemment à condition que leurs reproches soient justifiés et illustrés. Tu le fais très bien d'ailleurs. J'ai en mémoire certains d'entre eux qui t'ont valu de cinglantes réactions de la part d' auteurs outrés dans leur orgueil créatif! Quel est le maximum de commentaires que tu as reçus ensuite pour te soutenir?

      Supprimer
    2. J'ai mis un peu de temps avant d'oser les critiques négatives. Je pensais trop à l'auteur et pas assez à moi en tant que lectrice. Je me disais " Mais de quel droit te permets-tu de juger alors que toi tu serais incapable d'écrire un roman ?"
      Mais si l'on ne pouvait donner son avis que sur les choses que l'on peut maîtriser soi-même, il n'y aurait plus beaucoup de critiques :)
      J'essaie de faire en sorte de ne pas charger un auteur gratuitement, de ne pas tomber dans la mesquinerie. Parfois "je me lâche" un peu plus parce que j'ai finalement une relation très passionnelle au livre et que quand je l'ai vraiment trouvé exécrable, ça m'énerve et j'ai l'impression que l'auteur s'est fichu de moi.
      Je pense avoir reçu plus de 500 commentaires au moment de "l'affaire JCD". Encore maintenant, après 2 ans, je trouve ce nombre hallucinant. Rassurant aussi car c'est la preuve que les blogueurs tiennent à leur intégrité et à leur liberté d'expression. Il y a d'ailleurs un respect naturel entre nous. Si une blogueuse a adoré un roman qu'une autre a détesté, elle lui dira qu'elle n'a pas aimé pour sa part mais ne se permettrait jamais de remettre en question son intelligence, ses goûts littéraires,...Les problèmes rencontrés viennent généralement de l'"extérieur" : de lecteurs sans blog, d'auteurs mal lunés...

      Supprimer
    3. Plus de 500 commentaires! Tu dois tenir là un record! Il faut dire que pour moi, ça reste un des moments forts de l'histoire de la blogo littéraire! Qu'est-ce qu'il avait pu nous énerver cet auteur dont j'ai déjà oublié le nom! Écrit-il toujours?

      Supprimer
  12. Les positions de chacune sont intéressantes. Je relève le commentaire de Kathel que je comprends parfaitement. Je ne crois pas que çà me soit arrivé d'abandonner un livre si vite, c'est peut-être parce que je ne m'aventure pas trop non plus. Je choisis mes lectures dans ce que je sais être dans mes cordes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es prudente dans tes choix et c'est l'idéal. Abonnée à trois bibliothèques où les nouveautés disparaissent en un clin d'œil, je choisis souvent les romans signalés comme récents et comme coups de cœur des spécialistes de ces lieux,oubliant ainsi ma propre LAL.

      Supprimer
  13. Pour info, Isabelle Pestre sortira un nouveau livre en septembre...

    J'emprunte beaucoup à la biblio et quand j'abandonne au bout de 10 pages, je n'en parle pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lui donnerai une seconde chance. J'espère que ce sera moins mélo cette fois.

      Supprimer
  14. Vous avez toutes sûrement raison on devrait parler des romans abandonnés ou très décevants mais .... le temps est déjà trop court pour lire les bons livres et faire des billets qui tiennent la route et faire un billet de déception prend également du temps pas question de descendre un livre sans arguments
    je l'ai fait une ou deux fois mais trop rarement et faire une sorte de billet "poubelle" ne m'enthousiasme" guerre, comme tu le dis Mango nous ne sommes pas des critiques donc pas obligé de parler de certains livres et pas obligées de servir la soupe aux éditeurs ou auteurs ouffffffffffffff

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, notre force et notre plaisir ne tiennent qu'à notre liberté. Chacun fait comme il veut sur son blog, heureusement. Entre les béni-oui-oui et les tontons flingueurs, je voudrais le mien juste sucré-salé comme il faut mais on le sait, rien n'est jamais parfait et nul n'est à l'abri des excès.

      Supprimer
  15. Le plus désespérant c'est quand tu as apprécié le livre et que tu n'arrives pas à écrire de billet ! J'en ai une petite pile...

    RépondreSupprimer
  16. J'ai choisi cette formule de fin de mois parce que je voulais effectivement aussi garder une trace de ces abandons ou déceptions. Souvent j'ai des commentaires enthousiastes de lecteurs heureux de lire enfin des avis mitigés sur tel ou tel livre. Il se trouve que souvent ce sont des abandons liés à mes goûts (je ne supporte pas par exemple les livres trop glauques) et quand je pense être plus objective dans ma déception, je leur consacre un billet entier plus argumenté. Mais au moins, ceux qui ont les mêmes goûts que moi savent à quoi s'en tenir...
    Je prouve aussi avec ces billets que on peut très bien recevoir des SP et faire des articles négatifs... Les 2 déceptions de ce mois sont des SP et "les nuits de karachi" édité peu avant aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve que c'est une très bonne idée, ce récapitulatif des oubliés mal aimés chaque fin de mois! Je n'y pense jamais assez.

      Supprimer
  17. Les billets "abandons" sont toujours fort intéressants ! D'une part car ils détonent généralement des billets majoritairement laudatifs, d'autre part car les arguments sont souvent objectifs et très personnels. Bref, même si ça ne me tente pas outre-mesure pour ces deux-là, j'ai aimé connaître les raisons de la non-adhésion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est curieux : j'aime aussi lire les avis négatifs sur les autres blogs mais ce qui m'étonne toujours, c'est le peu de commentaires qui sont laissés alors.

      Supprimer
  18. Je n'abandonne quasiment jamais (peut-être 4 ou 5 dans ma vie de lectrice) mais j'essaie d'expliquer pourquoi je n'ai pas aimé un livre. Car combien de fois j'ai été déçue d'un roman à cause d'avis enthousiasmes et que personne n'avait osé donner son avis négatif. Je sais à qui je peux faire confiance autant pour les avis positifs que négatifs. Mais je ferais beaucoup plus de mauvais choix si tout le monde ne publiait que son avis sur les livres aimés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les critiques négatives sur un livre peuvent aussi être utiles aux autres lecteurs même si ce ne doit pas être le cas pour les auteurs concernés qui ont toujours tendance à les trouver injustes. C'est un effort qu'il faudrait faire plus souvent plutôt que de passer bon nombre de ses lectures sous silence. Ce genre de billets est largement minoritaire dans l'ensemble.

      Supprimer
  19. J'ai entendu de ce livre presque que des critiques. J'aurais presque envie de le lire, histoire de me faire ma propre opinion !

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.