vendredi 18 mai 2012

Les heures silencieuses, Gaëlle Josse, premier roman

Voici un délicieux  roman  (trop court à mon goût)  qui est aussi un premier roman d’une auteur très douée assurément.
Il s'agit  du journal intime qu'écrit, à 36 ans et pendant tout un mois,  Magdalena, la jeune femme du tableau d'Emmanuel de Witte qui  joue de l'épinette.
Á Delft, le 12 de ce mois de novembre 1667

Je m’appelle Magdalena Van Beyeren. C’est moi, de dos, sur le tableau. Je suis l’épouse de Pieter Van Beyeren, l’administrateur de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales à Delft et la fille de Cornelis Van Leeuwenbroek. Pieter tient sa charge de mon père.   J’ai choisi d’être peinte, ici,  dans notre chambre où entre la lumière du matin.  
C’est un beau portrait de femme: Magdalena a eu toutes les chances de son côté à sa naissance:  intelligente, riche, cultivée, musicienne, elle raconte avec plaisir les heures magnifiques passées avec son père sur les bateaux de sa Compagnie. Elle aimait cette vie active et se montrait douée  dans les affaires commerciales mais la place de la femme dans cette société de Delft, au  XVIIe siècle,   ne pouvait être qu'à la maison. 
Magdalena a été une bonne épouse et une bonne mère. Elle a eu sa part de malheur avec la mort de plusieurs enfants mais elle est fière de ses filles  et vit un peu à travers elles.

Les heures silencieuses sont celles de Magdalena qui  se sent peu à peu disparaître. Ses espoirs de jeunesse s'effacent.  Ses rôles de mère et d'épouse s'amoindrissent. Son époux a décidé d'interrompre leurs rapports après un accouchement difficile et  ses filles sont en âge de se marier.
Que lui reste-t-il? Son importance s'affaiblit chaque jour.   On ne la verra que de dos sur le tableau.
Son seul plaisir désormais  est d'accompagner son mari  à Rotterdam pour y accueillir un de leurs navires chargés de soieries du Japon et des laques de Coromandel. 
Je crains que ce soit là un des seuls plaisirs qui me restent. La mer et les navires me demeurent chers  et avivent mes plus doux souvenirs. ... Avec le temps, ce sont nos joies d'enfant que nous convoquons le plus facilement dans nos souvenirs. Nous ne possédons que l'amour qui nous a été donné et jamais repris. 
Une réussite, ce récit! Une vraie pépite! 

Les heures silencieuses de Gaëlle Josse. (éditions Autrement, 2011, 135 pages)  Premier roman, Prix Orange.  Son second livre vient de sortir: Nos vies désaccordées
Les avis de Clara, Sylire, Manu, George, 
et  Grillon, qui donne l'interprétation par des spécialistes  de la scène peinte. et qui rappelle qu'il faut  savoir  lire  les symboles qui s'y cachent  de même que dans le tableau de Vermeer évoqué dans le roman: "Femme tenant une balance". On se rend compte alors qu'on est peut-être loin de l'histoire racontée par Gaëlle Josse dans son joli roman. Qui est cet homme dans le lit?  Mari ou amant?  Trahison ou maladie? Romance ou tragédie?  A reconsidérer!  


Emmanuel de Witte, Intérieur avec une dame au virginal, 1665-1670, musée Rotterdam:  ICI

37 commentaires:

  1. Un premier roman saisissant et époustouflant par sa justesse, par les émotions qui s'en dégagent ! Et quelle écriture !!!
    Je te conseille de lire son nouveau livre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais aller le chercher dans la journée,c'est sûr!

      Supprimer
  2. On se suit de peu mais nos avis sont similaires ! je vais aller lire le billet de Grillon ce que tu en dis m'intéresse beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son point de vue est particulier. Parmi les articles que j'ai pu lire sur le roman, elle est la seule à se montrer un tant soit peu plus réservée et prend le parti de l'analyse du tableau.

      Supprimer
  3. Un délice, oui, cette lecture, j'ai adoré l'atmosphère et cette originalité du récit à partir du tableau. Et quelle plume, tant raconter en si peu de mots, un voyage !
    ( je viens de m'offrir " Nos vies désaccordées " . Et puis, qu'ils sont jolis ces livres :) )
    ( rien à voir : pour l'abécédaire sur mes pages, je crois qu'il faudrait que tu retentes ta chance, zinzinuler, c'est une très belle image, mais je propose un abécédaire de la lecture, à moins de chanter en lisant ;) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, je n'ai pas vu ton billet sinon je l'aurais déjà mis en lien mais peut-être n'en as-tu pas écrit un?
      Merci de me prévenir! Quelle mauvaise élève je fais si je ne sais pas comprendre une consigne! :((

      Supprimer
    2. Effectivement pas de billet... Là, c'est moi la mauvaise élève ^^
      ( ne t'en fais pas pour la consigne, c'était adorable quand même :))

      Supprimer
  4. Il est en poche maintenant, je sens que je vais craquer :-))

    RépondreSupprimer
  5. Un beau roman que j'avais choisi sur un coup de tête chez Babelio. Comme quoi, il faut oser parfois sortir de ses habitudes de lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est même recommandé. Il est toujours bon d'aller un peu voir ailleurs, hors des sentiers battus. Voilà un premier roman qui aura au moins rencontré son public!

      Supprimer
  6. Oui, très bon roman ! Par contre, j'ai apprécié la brieveté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends pour la brièveté mais là nous divergeons: Je préfère les romans au-delà des 200 pages mais c'est arbitraire, bien sûr, et celui-ci est vraiment une belle découverte.

      Supprimer
  7. Je vais peut-être me décider avec la sortie poche :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il se lit en deux heures. Un exemple de sobriété et de pudeur dans l'aveu d'une vie gâchée malgré tout ce qu'elle ne veut pas avouer.

      Supprimer
  8. J'ai beaucoup aimé ce roman aussi, je vais me l'offrir en poche, je crois, parce que je l'avais emprunté à la bibli. Je garde le suivant pour le publier à la fête de la musique (par exemple !) L'analyse du tableau m'intéresse, je m'en vais découvrir ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'analyse minutieuse d'un tableau peut porter très loin et dire plus qu'on ne soupçonnait. J'aime beaucoup ça!

      Supprimer
  9. Un délicieux souvenir de lecture aussi, le plaisir de partager des moments intimistes.
    La première chose que j'ai fait en fermant ce livre fut d'en recommencer (aussitôt) la lecture (une grande première pour moi!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends très bien et le relirais bien volontiers aussi. De plus il se lit si vite et tout est dit avec tant de mesure qu'on se dit qu'on a peut-être raté une confidence importante et passée inaperçue.

      Supprimer
  10. je l'ai choisi dans le cadre de masse critique... on verra !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien choisi. Bonne chance et bonne lecture.

      Supprimer
  11. Puisqu'il est en livre de poche maintenant, je vais me l'offrir ; ton billet m'incite à le lire .

    Bonne journée Mango.

    Y.

    RépondreSupprimer
  12. Ha, je ne savais que tu avais lu mon avis à propos de ce livre, nous avons des appréciations divergentes ! J'ai vu le nouveau roman de G. Josse à la librairie, je n'ai pas eu envie de l'acheter ... aïe, si on s'intéresse de près à la peinture, on devient assez critique ensuite avec ce que les écrivains brodent autour. J'ai eu ainsi du mal avec Tracy Chevalier, sa Jeune fille à la perle serait une jolie histoire si elle ne commettait pas de fâcheuses erreurs ... il vaut mieux ne rien savoir de l'authenticité !
    Bon week end :-) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est justement parce que nous ne sommes pas totalement d'accord que j'ai aimé ton billet.

      Supprimer
  13. J'ai aussi beaucoup aimé ce roman lu il y a quelques mois, je l'ai trouvé délicat et d'une grande maitrise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça: il touche et intéresse à la fois.

      Supprimer
  14. Il me tente de plus en plus celui là.... Et en plus il ne fait que 136 pages, ma PAL devrait l'accepter facilement :0)

    RépondreSupprimer
  15. Ah chic, je l'ai acheté en poche ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis presque sûre que tu vas l'aimer.

      Supprimer
  16. Il me tarde de le lire. Il est sur une étagère à attendre.

    RépondreSupprimer
  17. Une très belle écriture, un portrait touchant, qui aurait mérité quelques pages de plus pour être plus complet...

    RépondreSupprimer
  18. J'aime beaucoup l'idée de départ, et la plume de Josse a fait le reste ! :)

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.