dimanche 1 novembre 2009

Je mourrai d'un cancer de la colonne vertébrale de Boris Vian,

Je mourrai d’un cancer de la colonne vertébrale
Ce sera par un soir horrible
Clair chaud parfumé sensuel


Je mourrai d’un pourrissement
De certaines cellules peu connues
Je mourrai d’une jambe arrachée
Par un rat géant jailli d’un trou géant


Je mourrai d’un éclat de voix
Crevant mes oreilles
Je mourrai de blessures sourdes
Infligées à deux heures du matin
Par des tueurs indécis et chauves


Je mourrai sans m’apercevoir
Que je meurs Je mourrai
Enseveli sous les ruines sèches
De mille mètres de coton écroulé


Je mourrai nu ou vêtu de toile rouge
Ou cousu dans un sac avec des lames de rasoir
Je mourrai peut-être sans m’en faire
Du vernis à ongles aux doigts de pied
Et des larmes plein les mains


Je mourrai de voir torturer des enfants
Et des hommes étonnés et blêmes
Je mourrai rongé vivant
Par des vers je mourrai les
Mains attachés sous une cascade


Je mourrai un peu beaucoup
Sans passion mais avec intérêt
Et quand tout sera fini,
Je mourrai
Je mourrai d’un cancer de la colonne vertébrale de Boris Vian

 Faute d'avoir pu lire un roman de Boris Vian ce mois-ci, en même temps que les blogueuses du Blogoclub, j'ai choisi ce poème pour ce dimanche de Toussaint!
Les amateurs de poèmes du dimanche sont ici, chez Celsmoon,

40 commentaires:

  1. Il fait frémir ce poème, très noir ! (tu es taguée chez moi)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai hésité à le choisir! Je ne me suis décidée qu'à la dernière minute, vu le mois de l'auteur choisi par le blogoclub!
    J'ai vu ton tag! Il est redoutable avec tout ce rose à trouver! :)

    RépondreSupprimer
  3. Je le trouve magnifique ce poème! Ca me réconcilie un peu avec l'auteur. Juste un peu...

    RépondreSupprimer
  4. Pimprenelle, ce poème est redoutable, bien digne d'un auteur grand malade du cœur, je ne sais pas si j'aimerais le lire souvent!

    RépondreSupprimer
  5. Ce poème me donne des frissons...

    RépondreSupprimer
  6. Je dirai que c'est un choix de Toussaint... Emotion et sueurs froides graranties !

    RépondreSupprimer
  7. Ce poème est évidemment noir, mais Boris a tout de même réussi à me faire sourire par le génie de son écriture...

    RépondreSupprimer
  8. Je connaissais cet extraordinaire poème mais je ne l'avais pas relu depuis longtemps : merci de m'en avoir donné l'occasion, Mango !

    RépondreSupprimer
  9. midola, tu as raison,l'exagération dans la noirceur appelle une forme de rire et pour associer ces deux aspects, Vian est un maître!

    RépondreSupprimer
  10. Brize, je l'ai découvert récemment et il m'a beaucoup surprise!

    RépondreSupprimer
  11. celsmoon, est-ce la première fois?:)

    RépondreSupprimer
  12. Vian a une écriture reconnaissable entre tous !

    RépondreSupprimer
  13. Anjelica, je suis bien d'accord! On ne peut pas se tromper!

    RépondreSupprimer
  14. J'ai entendu par hasard une chanson avec ces paroles il y a quelques mois (impossible de me souvenir de l'interprète). Je m'en souviens très bien, car le texte ne laisse pas indifférent... J'apprends par ton billet que Vian en était l'auteur !

    RépondreSupprimer
  15. Brrr il fait froid dans le dos ce poème...

    RépondreSupprimer
  16. calepin, ce poème est particulièrement dur! Tu m'apprends que c'est aussi une chanson! Je vais essayer d'en savoir plus!

    RépondreSupprimer
  17. bookworm, oui, c'est un poème très noir!

    RépondreSupprimer
  18. Ouh là là, trop dur ce poème !

    RépondreSupprimer
  19. Lounima, je suis bien d'accord mais c'est du Boris Vian!

    RépondreSupprimer
  20. Il me rappelle un autre poème : Je voudrais pas crever...

    RépondreSupprimer
  21. Kathel, en effet! Je viens d'aller lire ce poème que tu me signales: c'est dans la même veine!

    RépondreSupprimer
  22. Ce poème est tout à fait dans la veine noire et réaliste de Boris Vian ... C'est là que l'on se rend compte qu'il a été influencé aussi par les existentialistes ! Un poème pour le moins corrosif et d'une grande lucidité ...

    RépondreSupprimer
  23. Nanne, choquant au premier abord mais en le relisant on se dit que...

    RépondreSupprimer
  24. Ce poëme a été dit lors du spectacle que j'ai vu sur l'oeuvre de Vian, il est très beau et me semble assez précurseur des idées existentialistes, j'aime bien!

    RépondreSupprimer
  25. J'ai aimé retrouver là ce poème que j'avais lu et relu il y a fort longtemps, et il me fait toujours le même drôle d'effet, glaçant, tellement excessif de lucidité qu'on finit par sourire !

    RépondreSupprimer
  26. la Nymphette, Un spectacle sur l'œuvre de Vian, ça me plairait bien! Ce poème pourtant ne doit pas être simple à dire! Quel ton employer?

    RépondreSupprimer
  27. cagire, c'est tout à fait ça! si excessif qu'on en sourit! Glaçant quand même!

    RépondreSupprimer
  28. Bouhhh... Noir de chez noir ! Je ne suis pas trop capable d'apprécier ces vers...

    RépondreSupprimer
  29. Marie, poème grinçant! très grinçant même!

    RépondreSupprimer
  30. Je ne connaissais pas ce texte, que je trouve étonnant et magnifique. On dirait bien que Boris Vian me parle plus dans son oeuvre poétique que dans ses romans (qui, eux, me tombent des mains)...

    RépondreSupprimer
  31. Turquoise, bon poète, bon romancier, bon musicien et quoi encore que j'oublie... Il avait beaucoup de dons!

    RépondreSupprimer
  32. Il avait aussi du vent dans son crâne et il avait tous les talents.
    Un qui me manque et qui me manque vraiment, parce que quand tout a été fini, il a trouvé le moyen de mourir.

    RépondreSupprimer
  33. Laurence, la sagesse populaire n'a pas toujours tort: ce sont souvent les meilleurs qui s'en vont les premiers! :)

    RépondreSupprimer
  34. Merci !! Quand je pense que j'ai prêté le livre et que cette personne ne me l'a jamais rendu !! ( la preuve qu'il a plu bon d'accord) ... il faut que je me le rachète !

    RépondreSupprimer
  35. Je n'arrive pas a saisir le message de ce poème, pourriez vous m'aider?

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.